lundi 13 avril 2020

Le Président Tebboune décide d'abroger le service civil pour les médecins spécialistes

Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune a annoncé, lundi au cours d'une visite à des structures sanitaires à Alger, plusieurs décisions au profit des praticiens de la santé, dont l'abrogation du service civil pour les médecins spécialistes, des mesures incitatives pour l'exercice de la profession dans les wilayas du Sud et la validation d’une année de service, lors du calcul de la retraite, pour chaque bimestre passé par le personnel soignant dans la lutte contre le COVID-19. Le Président Tebboune qui s'est réuni avec les membres du Comité de suivi de l’évolution de la propagation de la pandémie de COVID-19 au siège du ministère de la Santé, a annoncé l'abrogation du service civil pour les médecins spécialistes et la prise de mesures incitatives à leur profit pour les inciter à travailler dans les wilayas du sud. Entre autres mesures, le Président de la République a évoqué des facilitations accordées aux bacheliers résidant dans les wilayas du sud pour poursuivre des études en médecine avec une moyenne égale ou supérieure à 14/20, pour peu qu'ils s'engagent à exercer dans leurs wilayas respectives pour une durée minimale de cinq ans, avant de pouvoir travailler dans d’autres régions. En cas de manquement à cet engagement, ils se verront interdits d’exercer la profession dans d'autres régions et leur diplôme retiré. Il a été décidé, en outre, d’accorder des mesures incitatives financières, dont la perception d'un double salaire pour ceux qui voudraient volontiers exercer dans le Sud. Il a, également, été question de la mise sur pied "très prochainement" d’une Agence nationale de la sécurité sanitaire qui sera chargée d’élaborer un nouveau système de santé pour s’adapter à la réalité et aux exigences sanitaires du citoyens. Ladite Agence sera dotée d'un pouvoir de décision et de prospection, a souligné le Président Tebboune ajoutant que "l’Administration et le Gouvernement n’auront qu’à appliquer ses décisions". Outre le Conseil national économique et social (CNES) et les cadres du corps médical, les compétences nationales résidant à l’étranger seront également sollicitées dans le cadre de la création de cette Agence qui vise une "restructuration totale" du secteur de la Santé en vue de l’adapter aux exigences du 21e siècle, a-t-il ajouté. Le Président de la République a, également, salué les initiatives prises par des jeunes pour la production d’équipements de prévention contre la pandémie de Covid-19, soulignant l’impératif d’organiser cet élan de solidarité et de le mettre à profit à l’avenir pour investir dans ce domaine.  


Aucun commentaire:

Publier un commentaire