lundi 13 janvier 2020

Le porte-parole du MAE souligne les efforts déployé pour amener les belligérants Libyens à un cessez-le-feu

Commentant l’entrée en vigueur du cessez-le-feu conclu, dimanche, entre Tripoli et Benghazi, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Chérif, a souligné, lundi, les «efforts soutenus » entrepris par l’Algérie pour permettre son entrée en vigueur. S’exprimant, dimanche, à la chaine 3 de la Radio Algérienne, il a indiqué qu’Alger s’est, sans cesse, attachée à proposer aux deux belligérants Libyens la mise en œuvre d’une solution politique, précédée préalablement d’une « désescalade militaire ». Il rappelle en cela l’accueil par les autorités Algériennes de nombreuses délégations « de très haut niveau », citant notamment celle du chef du Gouvernement d’entente nationale de Libye, Faiz Serradj, à l’effet, dit-il, d’établir des passerelles de dialogue entre les parties Libyennes, « à l’exception, indique-t-il, de celles ayant  opté pour le terrorisme ». Du cessez-le-feu qui s’en est suivi, le représentant du MAE déclare que la partie Algérienne l’avait accueilli avec beaucoup de satisfaction et le souhait de voir les Libyens décider en commun de leur avenir, « en dehors de toutes interférences étrangères ».    


Aucun commentaire:

Publier un commentaire