mardi 5 novembre 2019

Mardi 37 des étudiants : toujours mobilisés contre la présidentielle et ses candidats et pour un état de droit et la libération des détenus d’opinion

Crédit Photo : Casbah Tribune

La mobilisation des étudiants ne faiblit pas. Pour leur 37ème mardi de suite, Ils ont organisé des marches et des rassemblements, dans les principales villes universitaires du pays. Ils dénoncent la présidentielle et ses candidats, qualifiés de résidus de l’ancien système, et réclament la libération des détenus d’opinion. A Alger, pour ce nouvel acte de mobilisation, les étudiants ont emprunté le même itinéraire, à savoir Place des Martyrs-Grande Poste. Tout au long de leur imposante marche, renforcée par de nombreux citoyens de tous âges et de toutes conditions, ils ont scandé des slogans hostiles au pouvoir et à ses élections et contre le recyclage de l'ancien système. Les cinq (05) candidats à la présidentielle (Benflis, Teboune, Bengrina, Mihoubi et Abdelaziz, ndlr) ont particulièrement été dénoncés, car considérés comme un personnel de l’ancien système. Par ailleurs, « les étudiants ont affiché, une nouvelle fois, leur solidarité et leur soutien avec les détenus d’opinion et ont appelé à l’indépendance de la justice », rapporte Mohamed Amine Aberkane, de la radio Chaine 3, dans son compte rendu pour le journal parlé (JP) de 12h30.  « Plus que jamais déterminés, les étudiants veulent faire abdiquer le pouvoir en place et faire partir toutes les anciennes figures du système », note, encore, l'envoyé de la radio chaine 3 à la marche des étudiants à Alger.   


Aucun commentaire:

Publier un commentaire