mercredi 2 octobre 2019

Réunion du Gouvernement: Examen et approbation de projets de décrets exécutifs concernant plusieurs secteurs

 Le Gouvernement a tenu, mercredi, une réunion sous la présidence du Premier ministre, Noureddine Bedoui, consacrée à l'examen de plusieurs projets de décrets exécutifs relatifs à plusieurs secteurs, indique un communiqué des services du Premier ministre. Le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire a présenté, lors de cette réunion, "un projet de décret exécutif relatif à la réforme du bureau municipal d'hygiène, son organisation, son fonctionnement et la définition de ses missions". Ce texte "s'inscrit dans le cadre des réformes globales des secteurs relatifs à l'hygiène au niveau local, à travers l'adaptation de leur cadre juridique aux exigences nationales, internationales et à celles de la santé environnementale et de l'environnement urbain, 30 ans après la création des bureaux municipaux d'hygiène dont le fonctionnement a été entaché de plusieurs dysfonctionnements, notamment après la prévalence de certaines maladies et la prolifération de la pollution en milieu urbain". "Ce bureau a été annexé à l'organigramme de la commune conformément à ses missions notamment le contrôle, l'inspection, le respect de la gestions des déchets ménagers, la surveillance de l'hygiène lié à la distribution de l'eau potable et d'irrigation, le traitement des eaux usées et le contrôle de la qualité des produits destinés à la consommation humaine et animale", ajoute le communiqué. Ce bureau "jouira du pouvoir de prendre des mesures coercitives rigoureuses allant jusqu'à la fermeture administrative des entreprises et structures, outre la suspension provisoire de l'activité et la possibilité de fermer ou de condamner les puits et les sources polluées ou toute autre structure menaçant le citoyen et son environnement". Rappelant l'approbation par le Gouvernement de ce texte important, le Premier ministre a mis en avant "l'impératif de doter tous les bureaux d'hygiène en moyens matériels et humains pour leur permettre de s'acquitter pleinement de leurs missions conformément aux besoins réels exprimés qui devraient êtres pris en charge par les collectivités locales concernées, en fonction de leurs capacités financières avec la possibilité de recours, au cas par cas, à l'intervention de la Caisse de solidarité des collectivités locales". A ce propos, "le ministre de l'Intérieur a été chargé de l'élaboration d'un plan d'action clair ayant un calendrier bien défini pour la mise en œuvre des nouvelles missions des bureaux municipaux d'hygiène dans le cadre d'une coordination intersectorielle et entre les collectivités locales ce qui permettra à ce dispositif important de tirer profit des moyens techniques d'intervention dont disposent tous les secteurs, à l'instar des laboratoires de contrôle de qualité". De son côté, le ministre de la Justice a été chargé de "la mise en place d'un groupe de travail regroupant les secteurs de l'environnement, des ressources en eau, de l'Habitat et du Commerce pour examiner les modalités de conférer aux différents agents publics le statut de la Police judicaire en tant que procédure contribuant à renforcer l'efficacité de leur intervention dans la lutte contre les phénomènes nuisibles à la vie quotidienne des citoyens et à la sécurité de leur environnement". Dans le même contexte, le ministre de la Formation et de l'Enseignement professionnels a présenté un exposé sur les deux projets de décrets exécutifs portant création de "Vingt (20) instituts nationaux spécialisés dans la formation professionnelle dont 08 nouveaux centres et 12 centres transformés en institut national au niveau de 18 wilayas, ce qui permettra d'assurer 10.000 nouveaux postes de formation à partir de l'année 2020", en plus de "Vingtdeux (22) centres de formations et d'apprentissage dont 05 annexes transformées en centres outre 17 nouveaux centres, ce qui permettra la création de 7.700 nouveaux postes de formation dès 2020 à travers 15 wilayas". Après avoir salué le renforcement du système national de la formation et de l'enseignement professionnels par ces nouvelles structures, M. Bedoui à instruit le ministre en charge du secteur à l'effet d'"accélérer l'action de la commission installée dernièrement, chargée de la concrétisation du projet de Baccalauréat professionnel, encourager et favoriser la formation par apprentissage, assurer une exploitation meilleure et intégrale des ressources humaines disponibles dans le domaine de l'encadrement des structures du secteur, consolider la formation de formateurs afin de hisser leur niveau, notamment dans le cadre de la coopération avec les pays développés dans les domaines de la formation professionnelle et l'apprentissage et tirer profit des expériences de ces pays". Le Premier ministre a souligné également la nécessité de "consolider la dimension nationale des instituts spécialisés dans la formation professionnelle relevant du secteur, au profit des jeunes à travers tout le territoire national, afin de faire augmenter les chances d'échanges entre jeunes et garantir la disponibilité de la main-d'œuvre qualifiée dans toutes les spécialités à travers toutes les wilayas". Par ailleurs, la ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme a présenté un exposé sur le projet de décret définissant les conditions et les méthodes de protection et de prise en charge de l'enfant. En réponse à cet exposé le Premier ministre a affirmé que "la protection et la prise en charge de l'enfance, et la création de toutes les conditions d'un bon développement et de l'épanouissement de nos enfants sont au centre des intérêts du Gouvernement. Il a chargé la ministre de la Solidarité nationale, de revoir ce texte, de manière à renforcer la protection de l'enfant dans notre pays, dans le respect des valeurs de notre société, de notre religion, et des normes internationales adoptées par l'Algérie à travers l'élargissement des consultations aux associations activant dans le domaine de l'enfance, aux experts et aux professionnels". La ministre de la solidarité nationale a également été chargée de"proposer une stratégie aux contours clairs, pour opérer des réformes profondes dans le domaine de la protection et de la prise en charge de l'enfance, afin de garantir l'avenir de nos enfants et du pays".Le Gouvernement a écouté un exposé du ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière sur des "projets de passation de marchés de gré-à-gré entre la wilaya d'Alger et +Cosider Construction+,  pour la réalisation de quatre hôpitaux, dont 3 publics d'une capacité de 120  lits à Baraki, Réghaia, Ain Benian et un hopital "Mère-enfant" d'une capacité de 60 lits à Heraoua".Le projet de réalisation de ces hôpitaux s'inscrit dans le cadre de l'amélioration du niveau des prestations offertes au citoyen et l'allègement de la surcharge qui pèse sur les hôpitaux situés dans la région Est de la capitale, au vu de leur forte densité de population, à même de consolider les indicateurs de la couverture sanitaire dans la wilaya d'Alger". A l'issue de l'exposé, le Premier ministre a "chargé le ministre de la santé en coordination avec le ministre des finances à l'effet de soumettre ces projets à la Caisse nationale d'équipement pour le développement (CNED) relevant du ministère des finances, en vue d'effectuer un audit de l'enveloppe financière nécessaire à leur réalisation, et soumettre au Premier ministre un rapport sur les résultats de l'audit, et ce en consécration du souci du Gouvernement à rationaliser les dépenses publics". APS  


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire