mardi 8 octobre 2019

Abdelkrim Chelghoum, président du Club des risques majeurs: 90% des projets érigés sur des sols non-constructibles à Alger

Le Professeur Abdelkrim Chelghoum, président du Club des risques majeures revient à la charge et tire la sonnette d’alarme sur les conséquences fâcheuses d’une éventuelle catastrophe naturelle. «Un séisme de 7 sur l’échelle de Richter va dévaster la capitale», avertit-il. S’exprimant, ce mardi, dans l’mission l’invité de la rédaction de la radio Chaine 3, M. Chelghoum affirme que 90% des projets érigés sur des sols non-constructibles. «De nombreux projets, notamment à Alger colossaux ont été bâtis sur des oueds. «Alors comment voulez-vous que ces projets puissent absorber une secousse sismique importante ?», s’est-il demandé en rappelant que la Loi  04/20 adopté en 2004 a prohibé ces procédés. La loi 04/20 restée lettre morte Pointant du doigt l’insouciance des pouvoir public et leur ignorance de ces risque qui ne cesse de faire des victimes et occasionnent d’énormes pertes matérielles, l’invité de la Chaine 3, déplore la non application de la 04/20 qui est resté «lettre morte». En effet, cette loi adoptée par l’Algérie suite aux inondations de Bab el Oued, survenues en 2001 et le séisme qui avait ravagé, en 2003, la wilaya de Boumerdes, prévoit dans ses textes des dispositifs de prévention et des organes de surveillance et d’alerte sur le respect des normes. 15 ans plus tard aucune démarche de mise en vigueur n’a vu le jour, rappelle l’expert.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire