dimanche 22 septembre 2019

Véhicules d’occasion importés : le ministre du Commerce signale que l'objectif tend à créer un marché « concurrentiel » avec ceux montés localement

Les conditions d’importation par des particuliers de véhicule de moins de trois années d’âge sont l’objet de vifs débats au sein de la société, certains nationaux jugeant que le pays n’a pas à servir de déversoir aux rebus des pays avancés, d’autres craignant que l’achat d’une automobile ayant déjà roulée ne nécessite des coûts abusifs que les moins nantis parmi eux ne pourraient supporter.    Passant outre ces préoccupations, le ministre du Commerce, Saïd Djellab, signale que, « sous certaines conditions », les  véhicules d’occasion « ne sont pas interdits à l’importation » dans le monde. S’exprimant, dimanche, à un journaliste de la chaine 3 de la Radio Algérienne, celui-ci déclare à propos des véhicules montés en Algérie, que se pose la question de leur coût. Pour lui, en autorisant l’importation d’automobiles ayant déjà roulées on crée un « marché concurrentiel », laissant le choix à des citoyens, soit d’en acquérir un qui a déjà roulé, soit de faire l’acquisition d’un véhicule neuf monté localement. Il explique que la décision prise par le gouvernement d’ouvrir le pays aux véhicules d’occasion ramenés de l’étranger, l’a été pour inciter l’industrie automobile en Algérie à se placer « dans la chaine des valeurs mondiales ». Pour autant, tient-il à préciser, il n’est pas question « d’importer n’importe quoi », rappelant que les voitures importées doivent, en plus de présenter les conditions de sécurité maximum, rouler à l’essence et être adaptable au GPL.     Le représentant d’une association de protection des droits des consommateurs, Hassan Menouar, observe d'emblée que l’ouverture du marché de l’automobile n’occasion « n’apportera rien à l’économie nationale ». Pour lui, si l’Etat est parti sur des investissements de l’industrie de montage de véhicules, « il faut qu’il continue » sur cette voie et non pas qu’il  « retourne en arrière » et « peine » ainsi les investisseurs. Selon lui, l’accès à un véhicule d’occasion n’est pas rentable sachant, déclare-t-il, « qui ne pas coûter moins de 10.000 euros » et qu'outre son prix d'achat il nécessitera le paiement de frais pour son transport et celles de taxes douanières. L’auteur de cette enquête rappelle, par ailleurs, que l’importation des véhicules d’occasion est prévue dans le projet de Loi de finances de 2020 lequel est appelé à être prochainement discuté au sein de l’APN.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire