dimanche 29 septembre 2019

L’analyste politique, Saïd Medioni Mokhtar : le mouvement populaire de contestation gagnerait à s’impliquer dans la prochaine présidentielle

Le mouvement populaire gagnerait-il à se structurer en prévision de l'élection présidentielle de décembre prochain ? C’est la question sur laquelle a été amené à s'exprimer, dimanche, M. Saïd Medioni Mokhtar, lors de l’émission L’Invité de la chaine 3 de la Radio Algérienne. Cet expert et analyste politique estime que ce mouvement devrait s’impliquer directement dans l’élection présidentielle, en restant mobilisé et en appelant les nationaux à donner leur voix à un candidat qu'il aura choisi, qui aime son pays et qui « incarnera la rupture avec l’ancien système ». Il considère que pour celui qui a contribué à écarter « ceux qui ont pillé le pays pendant 20 ans », ce serait un « gâchis » s’il ne se structurait pas en prévision de la présidentielle et qu'il s’y impliquerait après, aux fins d’assurer « la continuité de cette révolution ».   Mais comment se structurer quand au sein du mouvement populaire existent « ceux qui s’opposent totalement à la tenue de la présidentielle » et ceux qui conditionnent celle-ci à des mesures d’apaisement ? Pour l’intervenant, ceux qui « s’opposent à ces élections » doivent savoir que tout conflit doit se terminer par un dialogue et être matérialisée par un scrutin.  Pour lui, « ceux qui refusent tout » doivent avoir « d’autres agendas », de plus, ajoute-t-il, aimer son pays ce n’est pas « chercher la confrontation ». A propos du mouvement populaire, auquel il signale avoir pris part depuis ses débuts, M. Medioni Mokhtar y relève des « dérapages » résultant, d'après lui de « manipulations ». Il y note également une « radicalisation » qu’il impute à « certains groupes » en son sein, lesquels viseraient, « l’institution qui a sécurisé ce pays ». L’invité n’en considère pas moins que les élections « ne sont pas une fin en soit ». Les grands chantiers, signale-t-il, c’est après, parce que observe-t-il, le pays possèdent des lois « qui ne sont pas correctes », parce qu’« anti-peuple, votées à l’unanimité » et une Constitution « dangereuse » pour celui-ci, autant de tares dont il considère que seul un président élu démocratiquement pourra notamment faire modifier par référendum.  


Aucun commentaire:

Publier un commentaire