vendredi 16 août 2019

Mobilisation citoyenne – 26ème vendredi : Le hirak boucle son sixième mois de marches revendicatives et pacifiques

Le Hirak poursuit son bonhomme de chemin pour un nouveau souffle en bouclant en ce 26ème vendredi les six mois de protestation pour un changement profond après avoir mis à la série de mandats à uu système de gouvernance qui a ruiné le pays par une gestion chaotique doublée de l’arbitraire et une omerta autour d’une immense escroquerie savament orchestrée pour mettre l'Algérie et son économie à genoux. Plus ou moins nombreux, les hirakiens continuent, ce vendredi 16 août, leur déferlement, en bravant, dans les rues des villes algériennes, seuls, en famille ou en amis, tous les aléas saisonniers du terrain afin de faire entendre leurs slogans revendicatifs clamés depuis le 22 février, date du premier vendredi de cette mobilisation citoyenne inédite qui a ébranlé le système en place d’alors et émerveillé un monde avide de voir des protestations populaires sans casses, sans sang et sans relâche. Les citoyens se rassemblaient dans des marches hebdomadiares qui ont été, sont et resteront toujours pacifiques, autour des mêmes mots d’ordre pour : "le changement radical", "une justice équitable", "les libertés" et contre une démocratie de façade.   La  26ème sortie des marcheurs coïncide avec l’ancrage du dialogue avec des segments de la société par le travail qu’effectue les membres du panel de médiation et de dialogue où siègent des sages issus du monde universitaire et des personnalités nationales sans ambition politique ni tendances partisanes chargés, en effet, de rassembler autour des discussions les représentants des classes politique, syndicale, estudiantine ou corporatistes et autres organisations professionnelles ainsi que des citoyens acteurs du hirak dans le but d’asseoir une plate-forme consensuelle de sortie de crise à entériner la Conférence nationale du dialogue qui statuera sur la composante de l'Instance indépendance de l'organisation des élections et fixer la date de la présidentielle.  


Aucun commentaire:

Publier un commentaire