mardi 18 juin 2019

Nulle sortie de crise n’est envisageable sans dialogue et mutuelles concessions, estime l’ancien officier supérieur, Mohamed Khalfaoui

Pour libérer l’Algérie des effets de la crise à laquelle elle est confrontée depuis près de cinq mois, il y a urgence pour les représentants de la contestation populaire et du pouvoir en charge de gérer la transition, d’engager le dialogue et d'accepter de faire de mutuelles concessions Ancien officier supérieur de l’ANP, Mohamed Khalfaoui rappelle que lors de son discours de mardi, le chef d’Etat-major, Gaïd Salah avait relancé l’idée d’une recherche de solution par le biais d'un dialogue organisé dans un cadre constitutionnel seul moyen, selon lui, de parvenir « à une entente ». S’exprimant, mardi, à l’émission L’Invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio Algérienne, celui-ci considère que les Algériens doivent prendre conscience de l'extrême gravité de la situation à laquelle est présentement confronté leur pays et que seul, estime-t-il, le président de l’Etat, dont il juge qu'il doit continuer à assurer ses fonctions, est légalement à même de décider des mesures pour y faire face. « On ne peut, souligne-t-il, étêter l’Etat en cette période de crise » souligne-t-il. A propos de l’organisation d’une présidentielle « propre et honnête », laquelle pourrait, declare-t-il, pouvoir se tenir dans trois à quatre mois, l’intervenant abonde, par contre, dans le sens des revendications exprimées durant les manifestations de chaque vendredi, réclamant le départ « justifié » du Premier-ministre, Nourredine Bedoui et des ministres de la Justice et de l’Intérieur. L’urgence, considère-t-il, est de rassurer les citoyens qu’ils sont désormais défendus par une justice indépendance et une armée qui a donné des gages de sa  bonne volonté à répondre à leurs revendications, « sans exception ». Des menaces pesant sur la Nation à partir de ses frontières, M. Khalfaoui relève que sans l’apport du peuple, l’armée s’en trouverait diminuée ,mais que dans le cas contraire, nul ne pourrait être tenté à empiéter sur la moindre parcelle de leur territoire commun, d'où, reprend-t-il, l'impérieuse urgence à dépasser la délicate situation auquel fait face présentement le pays.                  


Aucun commentaire:

Publier un commentaire