dimanche 2 juin 2019

Le président de la FOREM : en raison des carences de ceux qui en étaient chargés, l’Ecole Algérienne n’a pas été à la hauteur de sa mission

De l’Ecole, un maillon important dans l’épanouissement et de l’éducation de l’enfant, il est attendu qu’elle contribue à former le futur citoyen Algérien, « ce qui n’est pas le cas aujourd’hui ». Accueilli, dimanche, à l’émission L’Invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio Algérienne, le président de la FOREM, Mustapha Khiati, constate que les ministes qui ont eu à se succéder, au cours des 20 dernières années à la tête de l’Education, « n’ont pas été à la hauteur de leur mission ». La raison, relève-t-il, en est que la configuration donnée à l’école par ces derniers, a contribué à « casser les rapports moraux de l’enfant avec sa société », en réduisant, sinon en éliminant les matières d’éducation civique et morale. A l’origine de cette situation il souligne la grande responsabilité de Boubaker Benbouzid, durant la présence duquel il a été noté les déperditions scolaires de quelque 2,3 millions d’enfants, sur cinq années. L’intervenant pointe également du doigt les habitudes de « bourrage de crâne » des écoliers et les programme surchargés de l’enseignement dont ils sont victimes, astreint, de plus à transporter, chaque jour, près de 13 kilos de manuels et de cahiers dans leur cartable. Alors que la mission de l'école de d’assurer une bonne scolarisation des enfants confiés à sa responsabilité, le professeur Khiati estime que celle-ci est paradoxalement en train de former des « personnes violentes ». Constatant que le système d’éducation, qui n’a cessé, poursuit-il, de faire l’objet de réformes à répétition et de pratiquer le dirigisme, a finalement « raté » les objectifs attendus de lui, le président de la Fondation pour la promotion de la santé et de la recherche constate que celui-ci est en train « de se diriger vers le mur ». Commentant, d’autre part, le rôle joué par la formation professionnelle, chargée d’assurer de prendre en charge les élèves été exclus de la scolarité, il la perçoit comme « un corps étranger », parce que n’assurant pas convenablement la succession de cette dernière. Sur les 400.000 postes offerts par les centres de formation et d’apprentissage,  en 2018, il note qu’il n’en a été inscrit que 35.000, en raison, explique-t-il, du refus des jeunes d’y bénéficier d’un stage formation. Face à cette situation, il propose de repenser entièrement le système de fonctionnement de ce type de structures et de l’intégrer directement au système d’enseignement.  


Aucun commentaire:

Publier un commentaire