mercredi 19 juin 2019

Dr.Mohamed Bekat Berkani, membre de la Conférence nationale de la société civile : «nous n’avons plus le temps pour une Constituante»

« L’Algérie est déjà dans la transition et nous n’avons plus de temps à perdre », a indiqué mercredi le docteur Mohamed Bekat Berkani lors de son passage, ce matin, à l'émission L'invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio Algérienne, prédisant que « la conférence nationale de la société civile est un réel succès de par le consensus acquis autour des quatre points à appliquer très vite ». Le président de l'Ordre national des médecins qui s'exprimait en tant que membre de la conférence nationale de la société civile revient sur le déroulement des rencontres ayant regroupé, durant le mois du Ramadha, près d'une centaine d'assocations professionnelles, syndicats autonomes et autres organisations de la société civile et se félicité de déboucher sur une plateforme de consensus, en quatre points, dans le sens des revendications populaires. Il réfute la thèse de certains qui supposent même «un échec ». « Certains sont venus pour parler de la révision de la Constitution pour aller vers une Constituante, mais cette proposition requiert du temps alors que le temps nous est compté », rétorque-t-il à la question d’expliquer l'opposition de certains participants à ladite conférence du mouvement associatif.     Dans le sillage de l’analyse de la situation qui prévaut, le président de l’Ordre des médecins algériens a insisté à souligner que la faillite politico-financière généralisée « nous exige d’écourter la transition et aller vers la solution de la crise patente ». Revenant sur la conférence qui a réuni quelque 100 corporations, l’invité de la rédaction de la radio chaine 3, a indiqué que « ces discussions s’articulaient, dans le fond, autour d’une plate-forme qui ne s’éloigne pas des revendications populaires et où personne n’a eu à redire », et d’aller, enjoint-il, vers la Conférence du dialogue national, « où toutes les sensibilités seront représentées, pour se parler, arriver à une applicabilité d’un consensus et aller enfin à la présidentielle qui a été refusée par la vox populi dans les conditions dictées par le pouvoir ». « Nous nous sommes donnés rendez-vous samedi prochain pour affiner la feuille de route entérinée dans cette conférence nationale de la société civile », a-t-il affirmé. Pour rappel, plus d’une centaine d’organisations issues du mouvement associatif, corporatiste et de syndicats professionnels s’étaient réunis en conclaves durant tout le ramadan et la semaine d'après pour discuter des propositions à émettre lors de la Conférence nationale du dialogue prévue le 29 mois en cours.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire