samedi 9 février 2019

28ème Forum des chefs d'Etat et de gouvernement du MAEP : Ahmed Ouyahia représente le président Bouteflika

Ahmed Ouyahia lors de sa participation au 31ème Sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine

Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a pris part à la 28ème session du Forum des chefs d'Etat et de gouvernement du Mécanisme africain d’évaluation par les pairs (MAEP), dont les travaux ont débuté samedi à Addis-Abeba (Ethiopie). M. Ouyahia représente le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, aux travaux du sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine (UA) prévu dimanche et lundi. A cette occasion, le président tchadien, Idriss Deby Itno, président du Forum des chefs d'Etat et de gouvernement du MAEP, s'est engagé à "tout mettre en oeuvre pour concrétiser les objectifs que s'est fixé le MAEP". Il a fait part "des priorités à mettre en oeuvre en vue de renforcer notre mécanisme d'auto-évaluation de la bonne gouvernance dans nos pays respectifs et plus généralement sur l'ensemble de notre continent". Lors de cette session, deux pays, en l'occurrence le Botswana et la Gambie, ont adhéré au MAEP, ce qui porte le nombre d'adhérents à cette instance à 39 pays membres. Créé en 2003, le Mécanisme africain d'évaluation par les pairs est un dispositif de contrôle visant à favoriser la bonne gouvernance en Afrique. Il s'est avéré utile à la réalisation des priorités du Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD), actuellement transformé en Agence de développement de l'Union africaine, et des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Il s'agit d'un instrument établi d'un commun accord, auquel les Etats membres de l'Union africaine adhèrent volontairement en vue de favoriser l'adoption de mesures, normes et pratiques conduisant à la stabilité politique, à la croissance économique, au développement durable et à l'accélération du processus d'intégration économique régionale. Cet objectif est atteint avec l'échange d'expériences et le renforcement des bonnes pratiques, y compris l'identification des lacunes et, pour les pays participants, l'évaluation des capacités à renforcer. Ce Mécanisme favorise le partage et l'apprentissage réciproques, grâce à un dialogue constructif et à la persuasion. L'évaluation du MAEP est menée dans le cadre des valeurs, codes et normes établis d'un commun accord et inscrits dans la déclaration de l'Union africaine sur la démocratie, la gouvernance politique et économique et la gestion des entreprises dans les quatre domaines essentiels. Il s'agit de la démocratie et la gouvernance politique, la gestion et la gouvernance économiques, la gestion des entreprises et le développement socio-économique.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire