samedi 20 juillet 2019

CAN-2019 : les champions d'Afrique algériens dans le bus pour une parade dans la capitale

Les champions d'Afrique algériens, arrivés  samedi après-midi à Alger en provenance d'Egypte où ils ont pris part à la Coupe d'Afrique des nations CAN-2019 de football, ont pris place dans le bus pour effectuer une parade dans les artères de la capitale. Après une pause au salon d`honneur de l`aéroport Houari-Boumediene, les partenaires du capitaine Riyad Mahrez entament une parade qui les mènera à travers les artères de la capitale où un accueil populaire est prévu en leur honneur, après leur consécration africaine, 29 ans après leur premier succès. Les joueurs algériens défilent dans un bus à impériale selon un itinéraire qui débute par une sortie sur l`avenue de l`ALN vers le rond-point de la place du 1er-Mai. Les hommes de Djamel Belmadi prendront ensuite la route vers l`avenue de l`Indépendance en direction du Palais du peuple, point final de la parade, où ils seront reçus par le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah. La sélection algérienne de football a été sacrée championne d'Afrique pour la deuxième fois de son histoire en battant le Sénégal (1-0) vendredi soir au Caire, en finale de la CAN-2019.


CAN-2019 : les champions d'Afrique algériens dans le bus pour une parade dans la capitale

Les champions d'Afrique algériens, arrivés  samedi après-midi à Alger en provenance d'Egypte où ils ont pris part à la Coupe d'Afrique des nations CAN-2019 de football, ont pris place dans le bus pour effectuer une parade dans les artères de la capitale. Après une pause au salon d`honneur de l`aéroport Houari-Boumediene, les partenaires du capitaine Riyad Mahrez entament une parade qui les mènera à travers les artères de la capitale où un accueil populaire est prévu en leur honneur, après leur consécration africaine, 29 ans après leur premier succès. Les joueurs algériens défilent dans un bus à impériale selon un itinéraire qui débute par une sortie sur l`avenue de l`ALN vers le rond-point de la place du 1er-Mai. Les hommes de Djamel Belmadi prendront ensuite la route vers l`avenue de l`Indépendance en direction du Palais du peuple, point final de la parade, où ils seront reçus par le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah. La sélection algérienne de football a été sacrée championne d'Afrique pour la deuxième fois de son histoire en battant le Sénégal (1-0) vendredi soir au Caire, en finale de la CAN-2019.


Retour en Algérie des champions d'Afrique : les Verts atterrissent à Alger

L'équipe algérienne de football, victorieuse vendredi soir au Caire de la Coupe d'Afrique des nations-2019, a regagné le pays samedi après-midi en provenance de la capitale égyptienne. L'avion de la compagnie Air Algérie qui transportait les coéquipiers de Baghdad Bounedjah,s'est posé vers 14h00 sur le tarmac de l'aéroport international Houari-Boumediene.   Le capitaine Mahrez, trophée à la main, le président de la FAF Kheïreddine Zetchi et le sélectionneur national Djamel Belmadi étaient les premiers à descendre de l'avion. La délégation algérienne a été accueillie à son arrivée par Noureddine Bedoui, Premier ministre et Salim Raouf Bernaoui, ministre de la Jeunesse et des Sports, ainsi que des membres du gouvernement. Les joueurs de Djamel Belmadi ont décroché le titre africain après leur victoire contre le Sénégal 1-0, vendredi soir au stade international du Caire, en finale de la CAN-2019 grâce à un but de Baghdad Bounedjah dès la 2e minute.  


Des titres de la presse française rendent un fervent hommage à Belmadi le "héros"

Certains titres de la presse française ont rendu vendredi soir un fervent hommage au coach algérien Djamel Belmadi, le "héros" qui a conquis les coeurs des fans des "Fennecs". "Vingt-neuf ans après sa première étoile africaine, l’Algérie a conquis sa deuxième coupe d’Afrique des nations (CAN) en douchant le Sénégal (1-0) après seulement 79 secondes de jeu grâce à un but de Baghdad Bounedjah, vendredi 19 juillet, au Caire (Egypte)", a rappelé Le Monde, indiquant qu'arrivés "sur la pointe des pieds" aux pyramides, les joueurs algériens "quittent l’Egypte avec le sceptre de champion d’Afrique, au fil d’un tournoi maîtrisé de bout en bout qui les a vus battre deux fois les Lions de la Teranga, les meilleurs du continent au classement FIFA". Pour le quotidien, le 19 juillet a vu l’avènement d’une "nouvelle génération" et de "son guide" Djamel Belmadi, "qui a transformé en un an une équipe moribonde, absente du Mondial-2018, en une machine à gagner". "Arrivé avec l’étiquette de choix par défaut pour remplacer Rabah Madjer en août 2018, l’ancien international (20 sélections) a conquis les coeurs des fans et des observateurs", a ajouté Le Monde. De son côté, Franceinfo a écrit : "En décrochant en Egypte la deuxième étoile africaine de l'histoire de la sélection, près de 30 ans après son unique titre continental, Djamel Belmadi restera, avec le buteur décisif Baghdad Bounedjah, comme les seuls +B+ qui ont enthousiasmé l'Algérie". Pour France Football, l'Algérie, face au Sénégal, "retrouve les sommets de l'Afrique en remportant la deuxième coupe d'Afrique des nations de son histoire". "Au terme d'une finale (très) décevante, l'Algérie a été sacrée championne d'Afrique pour la première fois depuis 1990 grâce à un but très précoce avec une frappe de Bounedjah qui a miraculeusement terminé dans les filets (1-0). Le Sénégal, trop peu précis et presque timide, n'a toujours pas remporté la moindre CAN dans son histoire", a ajouté le magazine. France 24 a indiqué que "vingt-neuf ans après, l’Algérie est de nouveau sur le toit de l’Afrique", soulignant que face au Sénégal, en finale de la CAN-2019, "les Verts sont allés chercher le deuxième trophée continental de leur histoire, au terme d’une rencontre qui ne restera pas dans les annales du football". Le quotidien du sport L'Equipe a relevé que "trop souvent, les finales de rêve deviennent des finales de verre, qui s'ébrèchent, s'émiettent sous la pression", soutenant que la finale de la CAN 2019, opposition entre les deux meilleures équipes de la compétition, "laissera le souvenir d'une rencontre aussi tendue qu'elle était attendue par les protagonistes". "Pourtant, le but très précoce de Bounedjah (2e), pas oublié par la réussite, aurait pu donner le coup d'envoi d'une partie très festive, aux intentions débridées, a-t-il ajouté.


vendredi 19 juillet 2019

Mobilisation citoyenne pacifique – vendredi 22 : le hirak aux couleurs nationales et au rythme de la CAN 2019

Encore une fois ni le soleil de plomb, ni la joie du bac (ou la déception des recalés) ni la finale de la CAN 2019 n’ont eu raison de l’élan hirakiste en ce 22ème vendredi de la mobilisation citoyenne revendicative et pacifique qui se déroule dans un contexte exceptionnel relatifs aux préparatifs du dialogue national qui semble approcher à grand pas. Mobilisés autour des mêmes slogans prônant un prompt et profond changement du système et dégager ses actuels symboles, les hirakiens sont au rendrez-vous dans les places publiques, plaques tournantes du hirak à travers le pays, où femmes, hommes et enfants y déferlent vêtus, à l'occasion de l’évènement national, des maillots aux couleurs nationales. Dans la quasi totalité des wilayas les marcheurs se sont rassemblés autour de carrées de jeunes hissant l'emblème national et chantant des reprises de chansons sportives dédiées à l'Equipe nationale de football.  


CAN-2019 / Bensalah aux Verts : "les Algériens veulent fêter la victoire "

Le Chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, a rendu visite jeudi à la sélection algérienne de football à son lieu de résidence au Caire, à la veille de la finale de la CAN 2019 face à son homologue sénégalaise, vendredi au stade international du Caire (20h00 algériennes). Accompagné de MM. Raouf Salim Bernaoui et Sabri Boukadoum, respectivement ministre de la Jeunesse et des Sports et des Affaires étrangères, le Chef de l’Etat a discuté longuement avec les joueurs algériens et le staff technique sous la conduite de l’entraîneur national, Djamel Belmadi. "Je vous transmets le message de 44 millions d’Algériens fiers de votre parcours mais surtout de l’esprit de combativité qui caractérise ce groupe pour atteindre ce que vous avez fait jusqu’à présent", a déclaré M. Bensalah qui n’a pas manqué de relever les espoirs mis par l’ensemble du peuple algérien pour remporter ce sacre africain. A l’adresse de l’entraîneur national, Djamel Belmadi, le Chef de l’Etat a lancé que les supporters des Verts lui font confiance, ajoutant que les Algériens veulent "fêter" la victoire finale demain (vendredi). Au cours de cette visite, M. Bensalah a entendu des explications de la part du président de la Fédération algérienne de football (FAF), Kheiredine Zetchi, notamment par rapport à l’opération de transport des supporters algériens qui commenceront à rallier la capitale égyptienne dans la nuit de jeudi à vendredi. Les joueurs, pour leur part, ont énormément apprécié la visite du Chef de l’Etat, tout en le rassurant de tout faire pour être à la hauteur de la confiance placée en eux et procurer par là même occasion la joie au peuple algérien. Le Chef de l’Etat est arrivé jeudi au Caire pour une visite à l’occasion de la finale de la Coupe d’Afrique des nations, opposant vendredi (20h00 algériennes) la sélection algérienne à son homologue sénégalaise.


Bensalah qualifie de "pas positif" l'initiative du Forum de la société civile pour le changement

Bensalah qualifie de "pas positif" l'initiative du Forum de la société civile pour le changementLe chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, a qualifié jeudi de "pas positif" l'initiative du Forum de la société civile pour le changement qui a proposé une liste de personnalités nationales pour mener le processus de facilitation du dialogue, annonçant que des consultations seront engagées pour la "constitution de ce panel", dont la composition définitive sera annoncée "prochainement". "Le chef de l'Etat a pris connaissance du contenu de la communication faite, hier, 17 juillet 2019, par le +Forum de la société civile pour le changement+ et considère qu'il s'agit d'un pas positif dans le sens de la concrétisation de la démarche proposée par l'Etat", a indiqué la présidence de la République dans un communiqué. M.Bensalah a considéré, à ce titre, cette proposition "de nature à servir de base pour la constitution du panel de personnalités nationales appelées à mener le processus de facilitation du dialogue", a ajouté la présidence de la République. "Comme souhaité par nos concitoyens et comme l'avait souligné le chef de l'Etat, ces personnalités devaient être crédibles, indépendantes, sans affiliation partisane et sans ambition électorale. Des personnalités qui émergent du fait de leur autorité morale ou de leur légitimité historique, politique ou socioprofessionnelle", a souligné le communiqué. Selon la même source, "les personnalités proposées par le Forum, sont de ce point de vue, et sous réserve de leur disponibilité, pleinement éligibles à l'accomplissement de cette noble mission au service de notre pays". Satisfaite de la démarche de la société civile pour tenter de trouver une solution à la crise, la présidence de la République a fait savoir, à ce titre, que "des consultations seront, donc, entreprises en vue de parvenir à la constitution de ce panel dont la composition définitive sera annoncée prochainement". "En prenant cette louable initiative, la société civile, apporte ainsi une contribution concrète à l'amorce d'un dialogue constructif et de bonne foi, auquel n'a cessé d'appeler le chef de l'Etat", a-t-on ajouté. La présidence de la République a réaffirmé, dans ce contexte, que "ce dialogue, prôné également par notre Armée nationale populaire et sur lequel a insisté à maintes reprises M. le Vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'ANP, qui s'est engagé à l'accompagner, reste l'unique moyen pour construire un consensus fécond, le plus large possible, de nature à permettre la réunion des conditions appropriées pour l'organisation, dans les meilleurs délais, de l'élection présidentielle, seule à même de permettre au pays d'engager les réformes dont il a tant besoin".


jeudi 18 juillet 2019

BAC 2019 : un taux de réussite de 54,56%

Le taux de réussite à l'examen du baccalauréat (session 2019) a atteint 54,56%, a appris l'APS jeudi auprès du ministère de l'Education nationale. Un total de 674.831 candidats avaient passé l'examen du Baccalauréat en juin dernier, dont 411.431 scolarisés et 263.400 libres, selon les statistiques du ministère de l'Education nationale. Quelque 4226 candidats détenus avaient également subi les épreuves du baccalauréat répartis sur 43 établissements pénitentiaires agréés par le ministère de l'Education nationale en tant que centres d'examens, sous la supervision de l'Office national des examens et concours (ONEC). Le ministre de l'Education nationale, Abdelhakim Belabed, avait affirmé qu'aucune fuite de sujets n'avait été enregistrée cette année sur Internet durant cette session, saluant "l'effort et le travail colossal des différents organes de l'Etat". Le taux de réussite au baccalauréat de la session 2018 était de 55,88%. La filière des mathématiques était en tête avec un taux de réussite de 78,61%.


CAN 2019 - Finale : Sénégal- Algérie, entrée gratuite pour les supporters algériens

©Ph.CAF

Les supporters algériens présents en Egypte, pourront assister gratuitement à la finale de la Coupe d’Afrique des nations CAN-2019 de football, vendredi entre l’équipe algérienne et son homologue sénégalaise, au stade International du Caire (20h00, algérienne), a appris l’APS mercredi auprès de la délégation algérienne. Les fans algériens pourront accéder au stade sur présentation de leur passeport, précise la même source. La décision a été prise par les autorités égyptiennes en concertation avec la fédération algérienne (FAF). Un Conseil interministériel, présidé par le Premier ministre, Noureddine Bedoui, a décidé de mobiliser vingt-huit (28) avions pour transporter, dans la nuit de jeudi à vendredi, quelque 4.800 supporters vers le Caire pour encourager les Verts. Neuf avions de transport militaire seront également mis à la disposition des supporters algériens en prévision du déplacement au Caire pour soutenir l'équipe nationale de football en finale de la CAN-2019, vendredi face au Sénégal L’équipe nationale s’est qualifiée pour la finale, en dominant le Nigeria (2-1), alors que le Sénégal a éliminé la Tunisie (1-0, a.p). Les deux équipes se sont déjà affrontées en phase de poules, dans un match soldé par une victoire des  Verts (1-0). APS


CAN-2019 : M. Bensalah reçu par le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi

Le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah a été reçu, jeudi au palais présidentiel au Caire (Egypte), par le président de la République arabe d'Egypte, Abdel Fattah al-Sissi, à l'occasion de la finale de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN-2019) de football, mettant aux prises la sélection algérienne de football à son homologue sénégalaise, vendredi au stade international du Caire (20h00 heure algérienne). Lors de cette rencontre qui s'est déroulée en présence du ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Choukri et son homologue algérien, Sabri Boukadoum, ainsi que de l'ambassadeur d'Algérie en Egypte, Nadir Larbaoui, le président égyptien a félicité son homologue algérien pour la "belle" qualification de la sélection nationale à la finale de la CAN, abritée par l'Egypte depuis le 21 juin dernier. Le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah a exprimé "ses profonds remerciements et sa haute gratitude pour les efforts consentis par l'Egypte et l'ensemble de ses institutions, ainsi que pour les facilitations offertes et la grande coopération avec le public algérien, lors de cette CAN marquée par une très bonne organisation", selon un communiqué de la présidence de la République. Les deux parties ont exprimé leur grande satisfaction de la nature privilégiée et exceptionnelle des relations bilatérales, enracinées dans l'histoire de la lutte commune, a ajouté le communiqué. Plusieurs questions régionales et internationales d'intérêt commun ont été passées en revue, outre les moyens de promotion de la solidarité arabe pour faire face aux défis actuels. Pour rappel, le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah est arrivé, jeudi matin au Caire, pour assister à la finale de la Coupe d'Afrique des nations (CAN-2019). APS


Invité à la Radio, Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d’un dialogue sans les mesures d’apaisement

Figurant parmi les 13 personnalités proposées par le forum civil pour le changement en vue d’engager un dialogue avec le pouvoir pour une sortie de crise politique, M. Karim Younes explique  ce qui l’a poussé à répondre favorablement à cette initiative. Bien qu’« une médiation politique dans le contexte actuel est en effet hautement délicate », l’invité de la Radio signifie qu’on ne peut assister indifférent à la situation « dangereuse » que traverse le pays. S’exprimant ce matin à l’émission L’invité de la rédaction de la Radio Algérienne, l’ex-président de l’Assemblée nationale démissionnaire en 2004, relève qu’il « ne semble pas que les autorités du pays aient donné suffisamment d’importance à l’écoute des masses populaires ». Il insiste sur une transition générationnelle devant laquelle « nous n’avons plus de choix (...)Les jeunes d’aujourd’hui ont des revendications tout à fait légitimes d’une Algérie nouvelle, une génération qui a enfanté des femmes et des hommes de qualité ».


Affaires Haddad et Tahkout : Amar Ghoul placé sous mandat de dépôt

Ph.DR

L'ancien ministre des Transports, Amar Ghoul, a été placé sous mandat de dépôt, jeudi, après sa comparution devant le conseiller enquêteur près la Cour suprême à Alger, dans le cadre des enquêtes liées à des affaires de corruption, a-t-on appris auprès de cette Cour. Amar Ghoul est poursuivi dans le cadre des affaires liées aux hommes d'affaires Ali Haddad et Mahieddine Tahkout. Pour rappel, le parquet général près la Cour suprême avait engagé les procédures de poursuite judiciaire à l'encontre du membre du Conseil de la nation, Amar Ghoul suite au renoncement volontaire de son immunité parlementaire. APS


M. Bensalah quitte Alger à destination du Caire pour assister à la finale de la CAN 2019

Le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, a quitté jeudi Alger à destination du Caire où il assistera à la finale de la 32ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) de football qui opposera vendredi l'équipe nationale algérienne à son homologue du Sénégal. M. Bensalah était accampagné par le ministre des Affaires étrangères Sabri Boukadoum. L'Algérie s'était qualifiée, dimanche, à la finale de la Coupe d'Afrique des Nations de football après sa victoire, en demi-finale, devant le Nigéria (2-1), alors que le Sénégal a battu la Tunisie (1-0) en prolongation. Suite à cette qualification, le chef de l'Etat a adressé un message de félicitations à l'équipe nationale et aux supporters, dans lequel il a réitéré l'engagement de l'Etat à poursuivre ses efforts et à réunir toutes les conditions appropriées pour que cette victoire soit couronnée d'autres succès sur les plans continental et international. APS


mercredi 17 juillet 2019

Crise politique : le Forum civil pour le changement propose une liste de personnalités pour mener la médiation et le dialogue

Le président du Forum civil pour la changement (FCPC), Abderrahmane Arar a dévoilé, mercredi à Alger, la liste des personnalités nationales, proposée par le Forum, pour mener la médiation et le dialogue, une fois «cautionnée par le peuple et les décideurs». S'exprimant lors d'une conférence de presse, M. Arar a précisé que «ce forum qui regroupe 70 associations au niveau national a proposé une liste de personnalités nationales pour mener la médiation et le dialogue, une fois cautionnée par le peuple algérien et le hirak en premier lieu, et les décideurs», soulignant que «cette liste regroupe des personnalités nationales, des anciens responsables, des militants des droits de l'Homme, des syndicalistes, des académiciens et des personnalités de la société civile». «Ces personnalités ont donné leur accord pour assumer ce rôle», a-t-il ajouté.         Il s'agit de la moudjahida Djamila Bouhired, de l'ancien ministre des Affaires étrangères et diplomate, Ahmed Taleb Ibrahimi, des deux anciens chefs de Gouvernement Mouloud Hamrouche et Mokdad Sifi, outre l'ancien président de l'Assemblée populaire nationale (APN), Karim Younes. Parmi les personnalités proposées figurent également: l'avocat Mustapha Bouchachi, la constitutionnaliste Fatiha Benabaou, les enseignants universitaires Nacer Djabi et Smail Lalmas, le syndicaliste Ilyes Merabet, la militante associative Nafissa Hireche, la militante des droits de l'Homme Aicha Zinai et Islam Benaya. Concernant les normes et critères adoptés pour le choix de ces personnalités, M. Arar a cité, entre autres, «la crédibilité, la neutralité, la rupture avec l'ancien régime et l'appartenance au hirak», ajoutant qu'«elles ne doivent avoir aucune ambition politique». Dans le même sillage, il a expliqué que «la proposition de cette liste a pour objectif d'instaurer un climat de confiance et de sérénité, en vue d'œuvrer à trouver des solutions pour la sortie de crise que vit le pays». APS


Algérie-Mali : «le rôle pivot» de l'Algérie dans le processus de règlement de la crise politique au Mali évoqué

Le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, a évoqué, ce mercredi lors d'une audience accordée au ministre malien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Tiébilé Dramé, «le rôle pivot» de l'Algérie dans le processus de règlement et de réconciliation au Mali, indique un communiqué de la Présidence de la République. «Le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah a reçu, le 17 juillet 2019, M. Tiébilé Dramé, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale de la République du Mali frère, porteur d'un message de son excellence Ibrahim Boubacar Keita, président de la République du Mali», précise la même source. L'audience a été l'occasion d'évoquer «le rôle pivot de l'Algérie dans le règlement et la réconciliation au Mali». La rencontre a porté également sur «les relations historiques et excellentes liant les deux pays et les moyens de leur renforcement au service des intérêts des deux peuples frères». A cette occasion, «la convergence des vues sur les différentes questions régionales, notamment la situation dans la région sahélo-saharienne, ainsi que sur les questions africaines intéressant les deux pays frères», a été également saluée. « La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours en cours » A l’issue de cette audience, M Tiébilé Dramé avait affirmé que la mise en œuvre de l'Accord de paix et de réconciliation au Mali est toujours «en cours», rappelant le rôle déterminant de l'Algérie dans la conclusion de cet accord. A propos des discussions avec le chef de l’Etat, l’hôte de l’Algérie a ajouté qu’elles ont porté « sur l'Accord de paix et de réconciliation au Mali issu des négociations inter-maliennes», un processus lancé sous la conduite d'une médiation internationale, dont l'Algérie est le chef de file, soulignant que la mise en œuvre de cet accord est toujours «en cours». Il a salué, à cet égard, le rôle du Comité de suivi de la mise en œuvre de cet accord présidé par d'«éminents diplomates algériens». Le MAE malien a, par ailleurs, salué les liens historiques qui unissent l'Algérie et le Mali, indiquant avoir transmis au chef de l'Etat un message du président malien, Ibrahim Boubacar Keita, portant sur le «renforcement continu des relations bilatérales». M. Dramé est arrivé mardi à Alger pour une visite de deux jours dans le cadre de la poursuite de la concertation politique entre les deux pays autour des relations bilatérales et des questions régionales d'intérêt commun. Ce déplacement en Algérie du chef de la diplomatie malienne intervient à la suite de la visite à Bamako, les 17 et 18 juin dernier, du ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, à l'occasion de laquelle il a coprésidé avec son homologue malien la 14ème session du Comité bilatéral stratégique (CBS) algéro-malien. M. Boukadoum a présidé à l'occasion de cette même visite la 3ème réunion ministérielle du Comité de suivi de l'Accord (CSA) d'Alger. APS


M. Chahar Boulakhras, PDG de la Sonelgaz, à la Radio : «nous avons connu un pic historique de 15 0133 mégawatts»

M. Chahar Boulakhras, PDG de la Sonelgaz. ©Ph. Radio Algérie Multimédia.

Dans un entretien accordé à la Radio Algérienne, le nouveau président-directeur général de la Sonelgaz, M. Chahar Boulakhras, a expliqué que les petites coupures d’électricité occasionnelles enregistrées ça et là ces derniers temps, ne peuvent être assimilées à du délestage, sachant que ce dernier signifie un arrêt volontaire de l’approvisionnement dans un réseau électrique en vue de rétablir l’équilibre entre la production et la consommation. Autrement dit, un manque de production, ce qui n’est pas du tout le cas pour notre pays, précise l’invité de la Radio.   S'exprimant ce matin lors de l'émission de la matinale L'invité de la rédaction, M. Boulakhras revient sur les investissements consenstis par l'entreprise en vue justement de parer à de telles situations qui, faut-il le souligner, survienent également dans des pays bien plus développés par des périodes caniculaires telles que connaît notre pays en ces moments, ce qui est tout à fait naturel. 


BAC 2019 : l'annonce des résultats avancée au jeudi 18 juillet

Le ministère de l'Education nationale a indiqué mardi que la date  de l'annonce des résultats du Baccalauréat session 2019, a été avancée au jeudi 18 juillet 2019 à 18h00. Les listes des lauréats seront affichées le même jour au niveau des établissements scolaires, ainsi qu'au niveau du site de l'Office national des Examens et Concours (ONEC) http://bac.onec.dz. Les résultats peuvent êtres consultés gratuitement à travers les trois opérateurs de téléphonie mobile, à savoir Mobilis, Djezzy et Oredoo par des SMS en composant le code *567?. Tout en remerciant Algérie Télécom et les trois opérateurs de téléphonie mobile, le ministère de l’Education nationale a souhaite la réussite à tous les candidats.


Présidentielle : les personnalités nationales qui conduiront le processus du dialogue inclusif seront connues prochainement

Présidence de la République Algérienne - ©Ph.DR

Les personnalités nationales qui conduiront le processus du dialogue inclusif auquel a appel le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah pour l'organisation de la prochaine élection présidentielle, seront «prochainement» connues, a indiqué, mardi, un communiqué de la présidence de la République.  La même source a précisé que M. Bensalah, a accordé, mardi , une audience au Premier ministre, Noureddine Bedoui, lors de laquelle, «il a été procédé à l'évaluation de la situation politique à la lumière de l'approche déclinée par le chef de l'Etat dans son discours prononcé à la veille de la commémoration de la fête de l'indépendance et de la jeunesse et à l'examen des mesures que l'Etat compte mettre en place pour accompagner le processus de dialogue inclusif visant l'organisation de l'élection présidentielle, un processus qui sera conduit par un panel de personnalités nationales probes, indépendantes et crédibles, dont la composante, actuellement objet de contacts et de consultations, sera connue incessamment». Dans ce contexte,  le chef de l'Etat a mis en avant la nécessité de faire prévaloir le dialogue et l'intérêt suprême du pays en interagissant avec les différents partenaires sociaux dans tous les domaines et de réactiver les mécanismes d'action de proximité pour la prise en charge des préoccupations des citoyens et des intervenants sur tout le territoire national. APS


mardi 16 juillet 2019

Entretiens entre M. Boukadoum et son homologue malien Tiébili Dramé

Ph.APS

Le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, s'est entretenu mardi à Alger avec son homologue malien, Tiébilé Dramé, qui effectue une visite de deux jours en Algérie, durant laquelle il remettra un message du président Ibrahim Boubacar Keita, au chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah. Les entretiens élargis aux membres des deux délégations se déroulent au siège du ministre des Affaires étrangères. Arrivé dans la matinée à Alger, M. Dramé a été accueilli à l'aéroport international Houari-Boumediene par M. Boukadoum.  Dans une déclaration à la presse, le ministre malien a indiqué être porteur d'un message du président malien, Ibrahim Boubacar Keita, au chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah. «Nous allons continuer les discussions algéro-maliennes entamées précédemment à Bamako entre les chefs de la diplomatie des deux pays», a-t-il notamment dit, faisant part de la volonté des pays de «renforcer davantage leurs relations bilatérales». Les discussions porteront aussi sur l'accord de paix et de réconciliation au Mali, un processus lancé en 2014, sous la conduite d'une médiation internationale, dont l'Algérie avait été le chef de file. La visite à Alger de M. Dramé permettra également aux deux ministres de «poursuivre la concertation politique entre les deux pays autour des relations bilatérales et des questions régionales d'intérêt commun». Ce déplacement en Algérie du chef de la diplomatie malienne intervient à la suite de la visite à Bamako, les 17 et 18 juin dernier, de M. Boukadoum, à l'occasion de laquelle il a coprésidé avec son homologue malien la 14ème session du Comité bilatéral stratégique (CBS) algéro-malien. M. Boukadoum a présidé à l'occasion de cette même visite la 3ème réunion ministérielle du Comité de suivi de l'Accord (CSA) d'Alger. APS


Crise politique en Algérie : Abdelkader Soufi revient sur les propositions de sortie de crise de Bensalah (Vidéo)

«Il est nécessaire d’adopter une approche tridimensionnelle pour sortir de la crise dans laquelle se débat le pays et surmonter la situation de blocage». C’est ce que propose le politologue, Abdelkader Soufi, appelant à profiter de la dynamique du « Hirak » aux fins de concrétiser le changement démocratique souhaité par les Algériens. Dans un entretien accordé à Radio Algérie Multimédia, il note que le chef de l’Etat s’est engagé à garantir l’amorce d’un dialogue sérieux et rationnel pour sortir de la crise. Selon lui, «Bensalah a fourni une série de garanties pour parvenir à un dialogue rationnel, visionnaire et sérieux ». « Il s’est engagé, ajoute-t-il, à assurer le respect  de l’indépendance et de l’autonomie des acteurs de ce dialogue » chargés d’élaborer  pour élaborer les mécanismes de conduite tendant à répondre de manière conséquente « aux exigences du mouvement populaire». M. Soufi a également  souligné «l’engagement de l’Etat et de l’institution militaire à rester neutre » face à ce processus.  En quoi consistent les garanties de Bensalah ? Qualifiant ces engagements de « constructifs », le politologue précise qu’en plus de l’engagement de l’Etat à rester en dehors de ce processus, le président a, de plus, invité les acteurs politiques à former un « organe indépendant chargé d’organiser les élections» disposant de l’autonomie administrative et financière, pour garantir des élections présidentielles « transparentes et équitables ». Selon lui, La composante de cet organe», « constitué de «personnalités indépendantes et sans affiliations partisanes ni lien avec l’Etat», constitue une autre garantie de transparence. Pour le politologue, cette approche est «claire et pratique», car, argumente-t-il, le dialogue, dont l’objectif tend à l’organisation d’une élection présidentielle « dès que possible», permettra d’entamer dans la sérénité le projet de concrétisation du changement. «Ce processus du changement sera, dit-il concrétisé à travers plusieurs étapes dont la pierre angulaire est le recours aux urnes pour élire un nouveau président ».   "Un seul garant le peuple" L’intervenant qui considère, par ailleurs, que le Comité indépendant de personnalité consensuelles désignées par la classe politique est la seule solution pour sortir de la crise», appelle à réduire les clivages dans le but, poursuit-il, d’asseoir une convergence des points de vue et établir un sentiment de confiance entre toutes les parties au dialogue. Soufi fait remarquer, à juste titre, que dans ce processus, le Comité ne sera qu’une instance d’organisation dont le peuple constitue le garant. «Le peuple en marche, insiste-t-il, doit jouer un rôle déterminant, parce que c’est à lui qu’échoit le rôle de contrôle et de surveillance des élections ». Mettant en garde contre ceux tentés s’exécuter des « agendas étrangers douteux », le politologue appelle les Algériens à emprunter les voies menant vers un changement démocratique d’une Algérie Algérienne et non pas celle « dont rêve la France coloniale » une Algérie de la légalité  garantissant les libertés et des chances  égales à tous ses  citoyens.  


Finale de la Coupe d’Afrique : le ministre de la Jeunesse et des sports annonce l'acheminement aérien de 4.800 supporters vers Le Caire

L'Algérie s’apprête à organiser, incessamment, un pont aérien destiné à assurer le transport des supporters désireux d’assister à la finale de la Coupe d'afrique de football, opposant l'équipe d'Algérie à celle du Sénégal.  S’exprimant, mardi, durant l’émission L’Invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio Algérienne, le ministre de la Jeunesse et des sports rappelle qu’en prévision de cette compétition continentale et aux fins d’encadrer les fans des verts, le gouvernement avait mobilisé un staff regroupant des représentants de son ministère et de ceux de la Santé, des Affaires étrangères, de l’intérieur et celui du Tourisme. M. Raouf Selim Bernaoui, indique qu’en plus des quelque 3.000 supporters déjà présents dans la capitale Egyptienne, les 28 vols programmés par les compagnies Air Algérie, Tassili Airline et les 9 autres par l’ANP, vont permettre, dit-il, d’acheminer 4.800 autres à des « tarifs symboliques »  (35.000 dinars par personne). Il précise que les appareils mobilisés pour la circonstance vont décoller à partir de plusieurs villes du pays, dont notamment celles de Tamanrasset, Illizi, Tindouf, Béchar, Ouargla, Oued Souf, Biskra, Annaba, Constantine, Sétif, Alger et Oran. Afin d’éviter le précédent d’Oum Dorman (Soudan) où s’était déroulée la rencontre Algérie – Egypte, le ministre a assuré que le rapatriement des supporters sera, cette fois, mieux encadré pour permettre leur retour au pays, dans les meilleures conditions possibles de l'ensemble des supporters.   A propos de l’organisation des compétions sportives dans le pays, l’aménagement des infrastructures, le renforcement de la formation des athlètes, les phénomènes de corruption et de violence dans les stades, M. Bernaoui annonce que les deux textes de loi consacrés à ces divers aspects et mis sous le boisseau trois années durant, vont incessamment entrer en application pour commencer à les traiter.  Il affirme, d’autre part, que son ministère va s'attacher à mener la lutte aux ingérences intempestives de personnes étrangères dans le monde du sport ainsi qu'a la marginalisation d’athlètes de haut niveau, des situations dont il considère qu’elles ont fait « beaucoup de mal » à cette activité.    


Astronomie : une éclipse lunaire partielle observée mardi

Une éclipse lunaire partielle sera visible, ce mardi, à partir de plusieurs parties du monde, a annoncé la Royal Astronomical Society   (RAS) de Londres dans un communiqué.    Cette éclipse sera visible en Afrique, dans une large partie de l'Europe, de l'Asie, de la partie orientale de l'Amérique du Sud et de celle de celle de l'Australie, a précisé cet organisme.    L'éclipse partielle débutera à 20h01 GMT (21h01 heure d'Alger), sera à son maximum à 21h30 GMT (22h30, heure d'Alger) et s'achèvera à 22h59 GMT   (23h59).    La même source indique que le satellite de la terre, qui prendra à ce moment une couleur rougeatre, ne se trouvera pas totalement dans l'ombre et que l'éclipse ne sera donc que partielle. Environ 60 % de sa surface visible sera couverte par l'ombre de la terre, a fait savoir la RAS.    Une éclipse de Lune se produit lorsque le Soleil, la Terre et la Lune sont alignés. Ce satellite de la terre se retrouve alors dans l'ombre de la   Terre.   L'éclipse pourra être observée à l'oeil nu et sans aucun danger, contrairement aux éclipses de Soleil. 


lundi 15 juillet 2019

Formation professionnelle: les inscriptions du 15 juillet au 21 septembre prochains

Les inscriptions dans le secteur de la formation et de l'enseignement professionnels sont ouvertes du lundi 15 juillet au samedi 21 septembre 2019 sur le site web www.mfep.gov.dz et au niveau de tous les établissements de formation professionnelle, a annoncé lundi le ministère en charge du secteur dans un communiqué. Les journées de sélection et d'orientation auront lieu les 22, 23 et 24 septembre, alors que la proclamation des résultats interviendra le 26 du même mois, précise le communiqué. La rentrée officielle de la formation et de l'enseignement professionnels a été fixée quant à elle au 29 septembre, a indiqué le ministère. APS


Formation professionnelle: les inscriptions du 15 juillet au 21 septembre prochains

Les inscriptions dans le secteur de la formation et de l'enseignement professionnels sont ouvertes du lundi 15 juillet au samedi 21 septembre 2019 sur le site web www.mfep.gov.dz et au niveau de tous les établissements de formation professionnelle, a annoncé lundi le ministère en charge du secteur dans un communiqué. Les journées de sélection et d'orientation auront lieu les 22, 23 et 24 septembre, alors que la proclamation des résultats interviendra le 26 du même mois, précise le communiqué. La rentrée officielle de la formation et de l'enseignement professionnels a été fixée quant à elle au 29 septembre, a indiqué le ministère. APS


Conseil interministériel élargi : examen des préparatifs de la prochaine rentrée sociale

Un conseil interministériel élargi s'est tenu, dimanche, sous la présidence du Premier ministre, Noureddine Bedoui, consacré à l'examen des préparatifs de la prochaine rentrée sociale, une réunion couronnée par un communiqué dont voici le texte: "Le Premier ministre, Noureddine Bedoui, a présidé, dimanche 14 juillet 2019, une réunion d'un conseil interministériel élargi consacré à l'examen des préparatifs de la prochaine rentrée sociale y compris ceux relatifs à la rentrée pédagogique, au cours duquel ont été exposées les mesures prises par dix-sept (17) secteurs ministériels, les ministres ayant présenté leurs rapports d'étape concernant ces préparatifs, notamment l'état de mise en £uvre des décisions prises lors des deux conseils ministériels tenus les 23 avril et le 19 mai 2019 concernant le même sujet". A l'issue des exposés présentés, le Premier ministre a mis l'accent sur l'importance de ce rendez-vous et la nécessaire mobilisation de tous pour sa réussite, notamment dans la conjoncture que traverse notre pays et qui exige la multiplication et la conjugaison des efforts, en particulier ce qui a trait à la rentrée scolaire qui constitue la première priorité durant l'étape actuelle. A cet effet, plus de 09 millions d'élèves, 1.8 million  d'étudiants, tous cycles confondus, et 380.000 apprentis du secteur de la formation et de l'enseignement professionnels seront accueillis à la prochaine rentrée pédagogique. Les efforts des autorités publiques pour le renforcement de l'infrastructure éducative ont été sanctionnés par la réalisation de plusieurs structures. Ainsi, Plus de 695 nouvelles structures scolaires, dont 452 primaires, 144 CEM et 99 lycées, en sus de 273 nouvelles cantines scolaires, seront mis en service à la prochaine rentrée scolaire. S'agissant de la rentrée universitaire, le secteur de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique sera renforcé par plus de 62.000 nouvelles places pédagogiques et plus de 31.000 nouveaux lits, au profit des étudiants, portant ainsi la capacité d'hébergement globale à plus de 658.000 lits. Quant au secteur de la formation et l'enseignement professionnels, il s'agit de la mise en service de 24 nouveaux établissements de formation, d'une capacité de plus de 15.000 apprentis, qui viendront s'ajouter à 1.295 établissements déjà existants. Le Premier ministre a décidé ce qui suit:   Premièrement: pour la rentrée scolaire, universitaire et professionnelle: Il a décidé d'"accélérer la réalisation des différentes infrastructures devant entrer en service et dont les travaux ont avancé considérablement et chargé le ministre des Finances de veiller personnellement à mobiliser les ressources financières nécessaire à cet effet et d'envoyer des commissions d'inspection multisectorielles pour s'enquérir de l'état d'avancement des travaux sur le terrain au niveau de toutes les wilayas, en accordant un intérêt particulier aux infrastructures situées dans la wilaya d'Alger, eu égard à la forte demande enregistrée". Il a, en outre, décidé d'"accorder un grand intérêt aux personnes aux besoins spécifiques en élevant le niveau de prise en charge des élèves aux besoins spécifiques, afin de leur garantir les mêmes chances de scolarisation". A ce titre, le Premier ministre a chargé le ministre des Finances de "mobiliser toutes les ressources financières nécessaires à l'encadrement et à la mise à niveau des établissements spécialisés", soulignant que "la question de la prise en charge des personnes aux besoins spécifiques est une valeur sociétale noble que tous les secteurs doivent concrétiser dans le cadre de leurs programmes". A cet effet, le Premier ministre a chargé les secteurs de l'Education nationale, de la Formation et de l'Enseignement supérieur de consacrer au moins 3% de leurs ressources humaines et de leurs capacités pédagogiques aux élèves issus de cette catégorie, sachant que des classes intégrées et aménagées seront créées dès la prochaine rentrée scolaire pour la prise en charge de cette catégorie. Dans le même contexte, M. Bedoui a chargé les ministres de l'Intérieur et du Travail de revoir les mécanismes de mise à contribution des petites et moyennes entreprises créées au titre des différents programmes de soutien à l'emploi de jeunes dans la prise en charge de ces prestations et la mise à contribution des collectivités locales, notamment à travers la mise en œuvre du nouveau cadre réglementaire relatif aux délégations de service public. Concernant les structures relevant du secteur de l'Enseignement supérieur en cours de réalisation, le ministère des Finances procèdera à l'affectation des postes budgétaires nécessaires à leur gestion, à l'achèvement de leurs travaux de réalisation. Il s'agit de la méthode utilisée dans la réalisation de tous les projets publics dans le cadre de la rationalisation des dépenses publiques.           Il a également été question de l'activation du rôle des centres d'excellence et de leurs annexes en matière de formation professionnelle et d'apprentissage, en adoptant une approche d'anticipation pour la conformité du produit de formation avec les besoins du marché d'emploi tout en les adaptant aux spécificités de chaque activité et de chaque région. Dans ce sens, le Premier ministre a ordonné d'exploiter les ressources disponibles du secteur, et à leur tête, le fonds national de développement de l'apprentissage et de la formation continue qui constitue un acquis pour les apprentis.  Il a invité, également, le ministre de la Formation professionnelle à faire une présentation, lors du prochain conseil ministériel, sur les centres d'excellence et la situation de ce fonds spécial. Le Premier ministre a donné des instructions au ministre des Finances pour formuler des propositions sur l'exploitation optimale des ressources financières non exploitées, disponibles au niveau des différents fonds spéciaux.  Deuxièmement: pour la rentrée sociale  La nécessité de faire prévaloir le dialogue avec les différents partenaires sociaux dans tous les domaines, d'activer les mécanismes de l'action de proximité et d'écoute à travers les sorties de terrain par tous les secteurs, et prendre des mesures immédiates pour la prise en charge des préoccupations des citoyens et des opérateurs au niveau national. S'agissant de la campagne moissonnage-abattage de la saison actuelle, le Premier ministre a donné des instructions pour la prise en charge immédiate des préoccupations exprimés par les agriculteurs concernant la facilitation des opérations de stockage de récolte de blé pour cette année qui s'avère exceptionnelle notamment à l'Est du pays. Dans ce cadre, les ministres de l'Intérieur, de l'Agriculture et de Industrie ont été chargés de prendre des mesures d'urgence pour l'exploitation des capacités de stockage disponibles sur le territoire algérien et sa mise à disposition du produit nationale en premier lieu, ainsi que l'accélération de la réalisation des centres de stockage des céréales. La nécessité d'assurer un approvisionnement ordinaire et régulier du marché national en produits alimentaires, énergétiques et en eau potable et l'impératif d'accélérer la réalisation des projets relevant du secteur des Ressources en eau, essentiellement, la réalisation de quatre stations d'épuration des eaux usées à la wilaya de Djelfa, prévue en deux phases 2019 et 2020, outre l'amélioration de la qualité des eaux potables dans cette wilaya. Le Premier ministre a instruit également à l'effet d'assurer l'exploitation des capacités nationales de recherche lors de la réalisation et de la gestion des cinq stations de dessalement en cours et la formulation de propositions concernant la rationalisation de la gestion des 11 stations de dessalement en cours de réalisation pour acquitter des missions qui leur ont été assignées. La nécessité de renforcer les opérations de jumelage entre les établissements de santé publique du nord et celles du sud, dans le cadre des préparatifs en cours dans le domaine de la santé publique. Après exposition des préparatifs du secteur de la Jeunesse et des Sports en prévision de la prochaine saison, le Premier ministre a souligné la nécessité de proposer des solutions pratiques sur l'exploitation idéale des structures sportives et pour jeunes, les mettant à la disposition de la catégorie des jeunes et du mouvement sportif national à l'instar du pôle sportif relevant de la Région d'El Bez à Sétif. Le Premier ministre a chargé le ministre de l'agriculture d'activer la dernière décision du Gouvernement portant soutien de la filière élevage camelin et caprin au niveau du Grand sud et des zones steppiques en assurant une subvention des prix de fourrage, un accompagnement vétérinaire et les eaux en faveur des éleveurs de cette richesse animalière nationale".


L’analyse en économie, Mohamed Cherif Benmihoub : l’appel à la planche à billets a été une décision irréfléchie et irrationnelle

Des suites du gel au recours de la « planche à billets », une mesure destinée selon ses promoteurs à assurer le financement de l’économie, des Algériens s’interrogent sur les moyens que le gouvernement entend mettre en œuvre pour lui mobiliser des fonds de substitution. Pour l’analyste en économie, Mohamed Chérif Benmiloud, en procédant de cette manière, les responsables politiques d’alors, ont agi de façon « irrationnelle et irréfléchie », parce que, déclare-t-il, ils n'ont pas jugé utile d'en appeler à des sources alternatives pour financer le déficit budgétaire et les investissements publics à venir. Il s’agit là, observe-t-il, de procédés avec lesquels l’économie ne s’accommode pas et qui, prévient-il, risqueraient fort de mener le pays vers une perte de sa souveraineté. Accueilli, lundi, à l’émission l’Invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio Algérienne, l'intervenant constate que le gel annoncé par l’actuel gouvernement du recours à la planche à billet n'est qu'une simple « action de  communication ». Il présage en outre que 40% des 6.553 milliards de dinars imprimés au titre du financement non conventionnel de l’économie vont, à coup sûr, constituer une réserve dans laquelle celui-ci n'hésitera pas à puiser.   Critique, il observe que ce dernier n’a, lui aussi, pas fait l’effort de réfléchir à une solution médiane consistant, par exemple, à faire appel à la fiscalité ordinaire, voire, à recourir à l’endettement extérieur. Pour se sortir de ce mauvais pas, l’Algérie, estime-t-il, va devoir agir sur les dépenses de fonctionnement de l’Etat, dont il estime qu’elles devraient être réduites d’au moins 10%, « hors salaires » Relevant une faiblesse de la croissance économique, le professeur Benmiloud propose de fiscaliser l’économie informelle et d'imposer les patrimoines constitués « au cours des dernières années », sur la base d’un tas de facteurs, parmi lesquels il mentionne des avantages et autres subventions indues.  


Les Verts en finale : l’Algérie en liesse

Un dimanche de joie et de fête sur tout le territoire national à l'occasion de la victoire des fennecs. Le coup de sifflé proclamant la fin de la partie a été le signal attendu par les millions d'Algériens qui ont envahi spontanément les rues. En un petit laps de temps des cortèges se forment par une masse composée de toutes les générations et de toutes catégories sociales. Femmes, vieux et jeunes entonnent, jusqu’à une tardive de la soirée, les chants en l’honneur de l’équipe nationale et des slogans du Hirak.   Les algérois ont envahi les rues de la capitale pour saluer l`exploit de la sélection nationale de football. Des cortèges de voitures drapées aux couleurs de l’emblème national ont ainsi sillonné les boulevards de la ville à coups de klaxons, de youyous et de chants. La torpeur dans laquelle étaient plongés les quartiers d`Alger a laissé place à une liesse ayant illuminé la capitale en cette soirée estivale. La foule des inconditionnels des "Verts" grossissait davantage, à mesure que les cortèges affluaient dans les principales places d`Alger. Embrassades, danses, chants, fumigènes et larmes de joie ont marqué cette soirée, une manière de saluer la performance de ces "Guerriers du Désert". La nuit sera longue à Alger qui a retrouvé cette joie et cette magie procurées par le football. Une ambiance qui n'a pas manqué de raviver les souvenirs forts agréables des triomphes et autres épopées sportives algériennes.


CAN 2019 : le Chef de l'Etat félicite l'équipe nationale pour sa qualification à la finale

Le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah a adressé, dimanche, un message de félicitations à l'équipe nationale et aux supporters suite à la qualification des Verts face au Nigéria à la finale de la CAN 2019 qui se déroule en Egypte, réitérant l'engagement de l'Etat à poursuivre ses efforts à réunir toutes les conditions appropriées pour que cette victoire soit couronnée d'autres succès sur les plans continental et international. "Vivant pleinement l'allégresse populaire à l'occasion de la qualification de l'équipe nationale à la finale de la CAN, je ne puis qu'adresser, au nom de tout le peuple algérien et en mon nom, mes sincères félicitations à vous tous, joueurs, entraineur, ou encore techniciens et supporters pour ce merveilleux exploit", lit-on dans le message du chef de l'Etat. "Armés d'un esprit de patriotisme et de fair-play suprême, vous étiez de véritables combattants ne ménageant aucun effort pour arracher la victoire, vous donnant pour seul objectif l'accession à ces stades avancés et honorables de la compétition continentale, c'est là tout le professionnalisme", a écrit M. Bensalah. S'adressant également aux joueurs et aux membres de la sélection nationale, M. Bensalah a dit avoir "apprécié et continue à admirer, à l'instar de tous les Algériennes et Algériens, tous âges confondus, le parcours exceptionnel de notre équipe nationale lors de cette coupe d'Afrique, et ô combien je fus ému par ces images relayées par les médias à travers le monde, traduisant le niveau raffiné et singulier de patriotisme, de civisme et de discipline dont ont fait montre les aficionados algériens comme ils l'ont de tout temps démontré à chaque fois qu'il est question de porter haut notre emblème national". "Chacun de nous a vécu au rythme de l'hymne national", a-t-il encore soutenu, estimant que "ces moments resteront gravés à jamais dans notre mémoire nationale, et traduisent l'esprit de sacrifice de nos jeunes et leur désir d'honorer les couleurs nationales sur le plan international. Nous avons grand espoir de voir notre équipe nationale toujours pionnière, en décrochant davantage de victoires à tous les niveaux, et monter sur le trône de l'Afrique". Réitérant, en conclusion, ses remerciements et sa considération à la sélection nationale, M. Bensalah a affirmé encore une fois "l'engagement de l'Etat à poursuivre ses efforts à réunir toutes les conditions appropriées pour qu'elle soit couronnée d'autres succès sur les plans continental et international", exprimant ses "voeux pour nos joueurs intrépides de brillance et de réussite". APS


dimanche 14 juillet 2019

Affaire Tahkout : Youcef Yousfi placé en détention provisoire

Le Conseiller enquêteur près la Cour suprême a ordonné, dimanche à Alger, la mise en détention provisoire de l'ancien ministre de l'Industrie et des mines, Youcef Yousfi, dans le cadre de l'enquête relative à l'affaire de l'homme d'affaires, Mahieddine Tahkout, indique un communiqué de cette instance. "Dans le cadre de l'enquête instruite au niveau de la Cour suprême concernant l'affaire de Mahieddine Tahkout, M. Youcef Yousfi a été auditionné, aujourd'hui le 14 juillet 2019 par le Conseiller enquêteur", précise le communiqué. Le mis en cause, est poursuivi pour "octroi d'indus avantages lors de passation de marchés publics et de contrats en violation des dispositions législatives, abus de fonction, dilapidation de deniers publics, conflit d'intérêts et corruption lors de la conclusion des marchés publics", ajoute la même source. A cet effet, "le conseiller enquêteur a ordonné la mise en détention provisoire du mis en cause", conclut le communiqué. APS


Lutte contre les incendies de forêts : M. Ali Mahmoudi alerte contre la déficience des moyens d’intervention

En cette période estivale marquées à certains moments par des pics de forte chaleur, elles sont en tout 40 wilayas qui, en raison de la menace persistante d’incendies de forêt, ont de nouveau été placées sous la vigilante surveillance des services forestiers et de la protection civile. Afin de prévenir la survenue de potentiels sinistres, l’administration des forêts a, comme chaque année durant l’été, réactivé 414 postes de vigie appuyés par 486 brigades mobiles d’intervention, dont une bonne partie du matériel roulant, datant de 2006, demanderait toutefois à être renouvelé. Intervenant, dimanche, à l’émission L’Invité de rédaction de la chaine 3 de la Radio Algérienne, le directeur général des Forêts, Ali Mahmoudi indique que l’ensemble de ce dispositif anti-incendie est encadré par près de 3.300 agents dont il juge le nombre insuffisant mais qui pourrait en cas d’alerte au feu être rapidement être appuyés par des éléments de la Protection civile. Les services forestiers, signale-t-il, souffrent actuellement d’un sérieux manque d’effectifs, en raison, explique-t-il, de « la saignée » provoquée par les nombreux départs à la retraite de personnels dont il observe au passage qu’ils n'ont pas encore été remplacés. Devant cette délicates situation, M. Mahmoudi appelle les pouvoirs publics de lever rapidement le gel sur les 1.220 postes promis en 2015, tout comme il réclame un renforcement des effectifs de lutte par l’apport de 3.070 saisonniers pouvant, dit-il, être rapidement être recrutés parmi les populations résidant à proximité ou à l’intérieur des superficies forestières. Couvrant actuellement une superficie totale de 4,5 millions d’hectares, le patrimoine forestier national a été la proie, en 2017, de plusieurs incendies qui se sont soldés par la perte de quelque 57.000 hectares. Le directeur des Forêts rappelle à ce propos que durant les 20 dernières années les flammes ont, chaque saison, provoqué une destruction moyenne de 32.000 hectares de zones boisées, réduisant d'autant les efforts de reboisement entrepris par son administration.   Il tient, par ailleurs, à prévenir contre les atteintes dont la forêt Algérienne est l'objet de la part de nombre d'autoconstructeurs qui y érigent des propriétés, multipliant en ce faisant, les risques de d'incendies       


Lutte contre les incendies de forêts : M. Ali Mahmoudi alerte contre la déficience des moyens d’intervention

En cette période estivale marquées à certains moments par des pics de forte chaleur, elles sont en tout 40 wilayas qui, en raison de la menace persistante d’incendies de forêt, ont de nouveau été placées sous la vigilante surveillance des services forestiers et de la protection civile. Afin de prévenir la survenue de potentiels sinistres, l’administration des forêts a, comme chaque année durant l’été, réactivé 414 postes de vigie appuyés par 486 brigades mobiles d’intervention, dont une bonne partie du matériel roulant, datant de 2006, demanderait toutefois à être renouvelé. Intervenant, dimanche, à l’émission L’Invité de rédaction de la chaine 3 de la Radio Algérienne, le directeur général des Forêts, Ali Mahmoudi indique que l’ensemble de ce dispositif anti-incendie est encadré par près de 3.300 agents dont il juge le nombre insuffisant mais qui pourrait en cas d’alerte au feu être rapidement être appuyés par des éléments de la Protection civile. Les services forestiers, signale-t-il, souffrent actuellement d’un sérieux manque d’effectifs, en raison, explique-t-il, de « la saignée » provoquée par les nombreux départs à la retraite de personnels dont il observe au passage qu’ils n'ont pas encore été remplacés. Devant cette délicates situation, M. Mahmoudi appelle les pouvoirs publics de lever rapidement le gel sur les 1.220 postes promis en 2015, tout comme il réclame un renforcement des effectifs de lutte par l’apport de 3.070 saisonniers pouvant, dit-il, être rapidement être recrutés parmi les populations résidant à proximité ou à l’intérieur des superficies forestières.    


samedi 13 juillet 2019

BMS : Températures caniculaires jusqu'à dimanche sur plusieurs wilayas du sud

Des températures caniculaires dépasseront localement les 48 degrés °C sur plusieurs wilayas du Sud du pays, a indiqué samedi  l'Office national de météorologie dans un bulletin spécial. Ces températures caniculaires affecteront les wilayas d'Adrar, le Nord de Tamanrasset, Ouargla et El Oued, a précisé la même source, ajoutant que la validité de ce BMS est en cours jusqu'au dimanche à 21H00.  


Loukal confirme le "gel" du financement non conventionnel

Le recours au financement non conventionnel, dès la fin 2017, pour pallier les rétrécissements des liquidités bancaires, suite à la chute des cours du pétrole, a été "gelé" pour l'année 2019, mais restera un instrument de financement valable jusqu'à 2022, a indiqué le ministre des Finances, Mohamed Loukal. "Le financement non conventionnel a été gelé pour l'exercice en cours (2019), mais il reste un levier important, mais non exclusif, de financement pour le Trésor jusqu'à 2022", a-t-il déclaré dans un entretien accordé à l'APS. M. Loukal a, dans ce sens, fait savoir que la décision de "suspendre temporairement" le recours à ce mode de financement, communément appelé "planche à billets", a été prise lors d'une réunion du gouvernement, tenue le 26 juin dernier. Rendu possible grâce à un amendement de la loi sur la monnaie et le crédit, autorisant le Trésor public à s'endetter directement auprès de la Banque d'Algérie (BA), le financement non conventionnel était programmé pour une période transitoire de cinq ans (2017-2022). Cette période devait voir la concrétisation de réformes structurelles importantes. "Le gouvernement a décidé de satisfaire les besoins de financement de l'exercice 2019 sans recourir, de nouveau, au financement non conventionnel qui restera figé à son niveau de janvier 2019, soit à 6.553,2 milliards (mds) de DA", a précisé M. Loukal. S'agissant de la prise en charge des besoins de financement au titre de l'année en cours, le ministre a expliqué qu'elle sera assurée par des "sources alternatives", disponibles sur le marché, avec une politique budgétaire basée sur une rationalisation soutenue des importations. M. Loukal a indiqué que sur les 6.553,2 mds DA mobilisés dans le cadre du financement non conventionnel, appelé communément "la planche à billets", environ 5.500 mds de DA ont été injectés dans l'économie. "Il reste donc 1.000 mds de DA environ, mobilisés depuis le 18 janvier 2019, qui sont destinés à financer une partie du déficit du Trésor de l'exercice en cours", a-t-il souligné. La crise financière sévère, induite par un déclin drastique des prix pétroliers, s'était traduite par l'épuisement du Fonds de régulation des recettes (FRR), en février 2017, et l'enregistrement de 1.400 mds de DA d'arriérés de paiement à fin 2017. Le déficit du Trésor avait atteint 1.590,28 mds de DA à la fin 2017 (8,5% du PIB). En dépit de cette situation financière fragile, l'année 2017 a été marquée par le retour à l'expansion budgétaire due à la relance de la réalisation de projets socio-économiques dans les secteurs de l'Education, la Santé et des Ressources en Eau. "Cette situation s'est traduite par des tensions accrues sur la trésorerie de l'Etat faisant naître un besoin de financement conséquent, alors que le budget avait utilisé tous les instruments dont il pouvait disposer", rappelle M. Loukal pour justifier le recours au financement non conventionnel en 2017. La poursuite de l'expansion budgétaire et la prise en charge du déficit de la Caisse Nationale des Retraites (CNR) a aggravé le déficit du Trésor en 2018, lequel a atteint 1.952,57 mds de DA (9,6% du PIB), dont 900 mds de DA ont été couverts par le recours au financement non conventionnel. Avec les 570 mds de DA mobilisés en 2017, la couverture du déficit du Trésor par le biais de ce financement avait atteint 1.470 mds de DA à fin 2018, a relevé encore le ministre.  


BMS : Températures caniculaires jusqu'à dimanche sur plusieurs wilayas du sud

Des températures caniculaires dépasseront localement les 48 degrés °C sur plusieurs wilayas du Sud du pays, a indiqué samedi  l'Office national de météorologie dans un bulletin spécial. Ces températures caniculaires affecteront les wilayas d'Adrar, le Nord de Tamanrasset, Ouargla et El Oued, a précisé la même source, ajoutant que la validité de ce BMS est en cours jusqu'au dimanche à 21H00.  


Les réserves de change à 72,6 milliards de dollars fin avril 2019

L'érosion des réserves de change de l'Algérie se poursuit pour atteindre une baisse de 7,28 milliards usd durant les quatre premiers mois de l'année en cours. Et les réserves de change ont reculé donc à 72,6 milliards de dollars (mds usd) à la fin avril 2019, contre 79,88 mds usd à la fin de l’année 2018, a indiqué le ministre des Finances, Mohamed Loukal. "Le niveau des réserves est relativement satisfaisant, il équivaut à deux années d'importation et il nous permet une marge de manœuvre importante en matière de redressement de la situation financière", a commenté M. Loukal dans un entretien à l'APS. En 2018, les réserves de change s'étaient contractées de 17,45 mds de DA par rapport à la fin 2017 (97,33 mds usd). La loi de finances 2019 prévoit, pour la période 2019-2021, une baisse des réserves de change à 62 milliards usd en 2019, puis à 47,8 milliards usd en 2020 pour atteindre 33.8 milliards usd en 2021. Pour faire face à l'érosion continue des réserves de change, le gouvernement s'est récemment engagé dans une démarche basée sur la rationalisation des importations des biens, à travers leur limitation aux besoins réels du marché national, en attendant la généralisation de cette approche aux services, a rappelé le ministre.  


vendredi 12 juillet 2019

Mobilisation citoyenne pacifique – vendredi 21 : le dégagisme toujours et le renouveau pour toujours réclament les manifestants

Vêtus de couleurs nationales, les Algériens continuent d’investir les places publiques, traditionnels fiefs du hirak à travers les villes d’Algérie pour le 21ème vendredi consécutif de la mobilisation citoyenne pacifique depuis le 22 février de l’année en cours avec pour mots d’ordre des slogans inspirés du principe du "dégagisme" pur et dur ainsi que le désir d’un renouveau de la classe qui mène les rouages de l’Etat et un changement profond du système de gouvernance dans un Etat civil. A Alger, et sous un soleil de plomb, les citoyens affluent toujours vers le centre ville sur l’axe Audin-Grande poste. Dans les slogans, Amina Hadjiet de la radio chaîne 3, constate qu’ils persistent à clamer le départ du gouvernement comme préalable au dialogue, plus de liberté et une République civile. Les citoyens persistent encore sur le caractère pacifique et un prompt changement qui profitent concrètement aux générations futures. Il y a lieu de constater, dit-elle, que la foule est moins nombreuse que le vendredi passé et le déploiement des forces de sécurité demeure inchangé au niveau des artères principales d’Alger centre, notamment celles inaccessibles à l'image du tunnel des facultés ou la trémie de Mauritania. Les Bônois qui déferlaient vers les palces entourant le théatre régional, Azzedine Medjoubi, n'ont pas manqué, pour la plupart des hirakiens, à ce 21ème rendez-vous de la mobilisation citoyenne pacifique et animée par des cris de : "Partez !!" et "Nous ne cèderons pas", a noté Abdelbaki Djabal, correspondant de la radio chaîne 3 à Annaba. Les citoyens étaient nombreux à Jijel à scander une réelle rupture avec l'ancien système et l'édification d'un état civil de droit, rapporte Abdelhamid Zouad, pour la radio chaîne 3, de la 21ème marche qui parcourt les principales avenues de la ville.   


jeudi 11 juillet 2019

Marche des avocats dans au moins trois wilayas en solidarité avec le mouvement populaire

Des centaines d'avocats ont organisé jeudi à Alger, une marche de «solidarité» avec le mouvement populaire visant à «changer l'ancien système», et la mise en place d'«un Etat moderne avec des institutions efficaces». Les avocats se sont, d'abord, rassemblés au niveau du tribunal de Sidi M'hamed, avant d'entamer une marche en direction de l'Assemblée populaire nationale (APN) en brandissant des pancartes où il est mentionné notamment «liberté d'opinion, liberté de circuler», ou encore «la défense exige un Etat de droit», «Algérie libre et démocratique», et justice indépendante ... Les robes noires ont, en effet, exprimé leur refus aux atteintes à la liberté d'expression et à la liberté de manifester pacifiquement, exigeant «la libération des détenues d'opinion», à l'exemple, de Lakhdar Bouragaa et les manifestants arrêtés les vendredis passés et placés sous mandat de dépôt. Cet appel pour les marches, organisées dans d'autres wilayas, a été décidé suite à l'Assemblée générale extraordinaire des Conseils de tous les barreaux d'Algérie, convoquée, samedi dernier à Béjaïa par le Conseil de l'Union nationale des barreaux d'Algérie (UNBA). APS/ Radio Algérienne


Revue El-Djaich - ANP : l'attachement aux solutions constitutionnelles conduisant à des présidentielles pour surmonter la crise

L'attachement aux solutions légales et constitutionnelles conduisant à l’organisation d’élections présidentielles dans les plus brefs délais permettra à l'Algérie de surmonter la crise conjoncturelle qu’elle traverse, souligne la revue El-Djeich dans son dernier numéro. «C'est là une position de principe qui ne saurait, en aucun cas, être remise en cause et une option nécessaire qu’impose une des règles essentielles de la démocratie. Une démarche qui balisera la voie à l’édification de l’Algérie de demain sur des fondements solides, la conduira vers des horizons plus sûrs et qui démontrera, en même temps, ce que le Haut commandement de l’ANP n'a eu de cesse d’affirmer, à savoir qu’il ne nourrissait aucune ambition politique, contrairement aux assertions tendancieuses et mensongères de certaines voix», souligne l'éditorial du dernier numéro de la revue de l'ANP. L'éditorial relève, en outre, que «l'ANP continuera d’avancer sur la voie qui mènera à la concrétisation de la volonté populaire, conformément à l'engagement qu’elle a pris d’œuvrer à ce que la crise que traverse le pays soit surmontée afin de renouer avec le processus électoral et s'en remettre aux urnes pour l'élection d'un président de la République et de barrer ainsi la route à ceux qui revendiquent une période de transition qui constitue, à n'en pas douter, un choix aventureux qui n'a d’autre finalité que d’ébranler la stabilité du pays et de le plonger dans des futilités, sources de déviations et d’égarements dont il serait difficile d’en sortir». «Les réalisations concrétisées jusqu’à présent par notre Commandement, qu’il s’agisse de la lutte contre la corruption, d'accompagner le peuple, de respect de la Constitution ou d'encouragement du dialogue entre toutes les parties, est en lui-même un acte patriotique grandiose qui reflète le souci de l’institution militaire, de son Commandement et de tous les hommes sincères, de barrer la route à tous les +Don Quichotte+ chargés de la mission de proposer des solutions importées et de concrétiser des agendas néfastes enrobés dans des terminologies et expressions douteuses. C'est le vœu de la bande, de ses têtes et de tous ceux qui leur vouent allégeance», indique la revue. Pour El-Djeich, c'est ainsi que se traduit «le souci de l'institution militaire de l'impératif de respecter la Constitution du pays et d'appliquer les lois en vigueur, pour barrer la voie à tous les opportunistes, arrivistes et traitres qui tentent de brouiller les efforts des fidèles fils de l'Algérie et les empêcher de servir leur patrie, car servir la patrie signifie, incontestablement, l'impératif de faire face aux ennemis de la nation». La revue cite, dans ce sens, les propos soulignés par le général de corps d’armée, Ahmed Gaïd Salah, lors de sa dernière visite à l’Académie militaire de Cherchell, à savoir «les malveillants ne craignent que les hommes de bonne volonté». «En effet, ne font peur aux corrompus que les gens honnêtes, l'alignement du peuple autour de son armée ainsi que la confiance qu'il voue aux héritiers de la glorieuse ALN», estime El-Djeich, ajoutant que «cette réalité fait peur aux forces du mal, aux agitateurs de l’ombre et les rappelle à leur véritable dimension de groupe de voleurs et de mafieux sans aucun honneur ni dignité, prêts à vendre leur pays pour concrétiser des intérêts étroits et satisfaire leurs maîtres et mentors». Pour la revue, «notre armée ne craint ni ces méthodes ni ces comportements, encore moins les tours de passe-passe tant qu'elle jouit du soutien du peuple qui a confiance en sa démarche». «Bien que le travail, la sincérité, le dévouement et la loyauté sont la clé du succès et de la victoire, les mercenaires, les serviteurs zélés et autres pêcheurs en eaux troubles se cramponnent à toute bouée qui pourrait leur éviter d’être emportés par cette marée humaine qui se déverse dans les artères de toutes les villes et contrées du pays», affirme El-Djeich. «Notre peuple continuera de préserver son unité, sa cohésion et sa haute conscience des manœuvres et complots ourdis contre lui, malgré les tentatives désespérées d’infiltrer ses marches pacifiques légitimes par une poignée de traitres qui tentent vainement de semer les graines de la discorde et de la division au sein du peuple uni et de porter atteinte aux valeurs de l’Algérie et de sa glorieuse Révolution», ajoute la même source. L'Editorial rappelle, enfin, qu'«il incombe aux jeunes générations de notre pays qui n’ont pas eu à endurer l’enfer de la destruction, qui n’ont pas eu à voir les dommages et les massacres perpétrés par les forces du mal et obscurantistes, d’avoir conscience que le recouvrement de la souveraineté nationale et la liberté dont nous jouissons aujourd’hui n’ont pas été ni un cadeau ni le fait du hasard, encore moins la résultante de concessions faites par quiconque, mais qu’elles ont été le couronnement d’immenses sacrifices consentis par les Chouhada de la Révolution libératrice et des martyrs du devoir national, de la résistance des Moudjahidine de la glorieuse Révolution de Novembre ainsi que des braves éléments de l’ANP à la mémoire desquels nous nous recueillons et auxquels nous rendons hommage en ces festivités commémoratives du 57e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie». APS


Hachemi Siagh à la Radio : Nous n'avons jusque-là engagé aucune réforme économique encore

Invité à livrer ses analyses de l’économie nationale et suggérer les solutions idoines qui seraient encore possibles, l’expert en finance internationale, M. Hachemi Siagh, a expliqué que pour remettre l’économie algérienne sur les bonnes rails, il faut revenir à la pratique de la bonne gouvernance qui se résume en quatre principes fondamentaux. Mais avant cela, et lors de l'émission matinale L'invité de la rédaction de la Radio Algérienne, M. Siagh est d'abord revenu en quelques mots sur ce qui a de tout temps caractérisé l'économie algérienne. Il s’agit d’abord d’une économie, basée sur la rente, mono-exportatrice, d’hydrocarbures en l’occurrence, produits dont les prix oscillants sur le marché international la mettent souvent en dangereuse dépendance. Ensuite, la dépense publique a pris une place prépondérante et pousse d’une certaine manière à l’importation et le développement du commerce au détriment de la production de richesses. Notre économie a également vu l’évolution menaçante du secteur informel.