samedi 21 juillet 2018

JAJ 2018 - Tir à l'arc : une médaille d’argent sauve la face

La sélection nationale de tir à l'arc est parvenue à sauver les meubles dans ces Jeux africains de la jeunesse (JAJ 2018) en remportant la médaille d’argent, par équipes, ce samedi à la Prise d'eau de Bourouba. Décevants depuis le début de la compétition, les archers algériens ont pu limiter les dégâts en remportant la médaille d’argent par équipes, à l’occasion de la 3e et dernière journée des épreuves du tir à l'arc. Les Algériens ont été dominés en finale par l’Egypte (6-2), tandis que la médaille de bronze a été attribuée à l'Afrique du Sud aux dépens du Maroc (6-0).     Chez les dames, les Algériennes se sont contentées de la 4e place. En dépit de cette maigre moisson, l’entraineur national, Abdelhafid Belkhodja, s’est dit satisfait de la prestation de ses protégés. « Au vu des conditions que je qualifie de nulles dans lesquelles nous avons préparé cette échéance, je suis entièrement satisfait de cette médaille d'argent. Nous avons réalisé vendredi une grosse performance en éliminant l'Afrique du Sud, championne d'Afrique », a-t-il déclaré à l’issue des épreuves. En revanche, Belkhodja n’a pas raté l’occasion pour tirer la sonnette d’alarme et dénoncer la vétusté des outils de compétition mis à la disposition de ses athlètes. « Nous devons avoir plus de moyens pour pouvoir viser plus haut. On ne peut pas prétendre aller aux JOJ avec un arc collé avec de la super glue. Nous devons avoir le minimum d'outils à l'instar de tous les pays. Comme les arcs sont considérés comme des armes, il faut toute une procédure pour pouvoir les importer. Je ne peux pas espérer une qualification aux JOJ dans de telles conditions", a pesté le patron de l’EN. Conséquence de cette petite prestation, l’Algérie sera absente des Jeux olympiques de la jeunesse (JOJ 2018), prévus du 6 au 18 octobre prochain à Buenos Aires (Argentine). Pour sa part, le continent noir sera représenté par deux archers égyptiens (1 garçon et 1 fille), un Sud-Africain et une Namibienne.   Mohamed Kermia


Aucun commentaire:

Publier un commentaire