mardi 5 juin 2018

Portrait de la jeunesse algérienne : À quoi ressemble la jeunesse algérienne et comment voit-elle le monde ?

Après l'Europe, l'enquête Generation What? s'intéresse aux pays du sud de la Méditerranée, notamment à l'Algérie. El Watan est partenaire du projet.   Generation What? est le plus grand projet transmédia jamais entrepris : dessiner le portrait de la génération des 18-34 ans dans les pays du monde entier. Grâce au soutien financier de l’Union européenne, Generation What? met les jeunes de 8 pays du Sud de la Méditerranée au cœur du débat public pendant les six prochains mois.   L'Algérie a son propre site internet: dz.generation-what.org.   Ce site propose aux jeunes de répondre à une enquête de 167 questions. Ces questions, écrites avec des sociologues, abordent des sujets fondamentaux : le rapport des 18-34 ans à leur famille, leur société, le travail, l’amour, leur identité nationale et culturelle, au futur, au fait de devenir adulte, et bien d’autres.     Grâce à une base de données mise à jour en temps réel, les utilisateurs peuvent instantanément comparer leurs réponses à celles des jeunes de leur pays ou région sur des cartes interactives. Ils peuvent également regarder des compilations vidéo de la génération "millennials" prenant l'enquête, montrant différentes opinions auxquelles ils peuvent s'identifier. Nous avons posé trois question à Christophe Nick co-producteur et co-auteur de Generation What? L’enquête a déjà été menée en Europe en 2016. Pourquoi la reconduire aujourd’hui dans les pays du Sud de la Méditerranée et notamment en Algérie ? Christophe Nick : Après le succès du projet en Europe, nous avons voulu lancer le projet dans une autre région, cherchant à savoir si la crise que l’on ressent en Europe nous est spécifique ou si d’autres pays la perçoivent. Les résultats en Europe étaient surprenants, et la rupture générationnelle tellement forte que nous nous sommes dits que ce n’était pas une exception européenne. Les décideurs ne l’ont pas perçu, et c’est dangereux. En même temps, nous souhaitions que les jeunes européens découvrent et entendent les jeunes arabes. Les premières tendances nous montrent qu’ils ont à peu près les mêmes préoccupations.   Combien de sociologues travaillent sur ce projet ? Nous en avons un par pays: Algérie, Égypte, Jordanie, Lybie, Liban, Maroc, Palestine et Tunisie. La coordination est assurée par des statisticiens et une responsable scientifique. Les résultats peuvent perte consultés sur le site de l’enquête en temps réel. Chacun peut trouver des réponses à ses questionnements, se rendre compte qu’il n’est pas seul, qu’il ressemble à ses voisins et qu'il n'y pas vraiment d'oppositions. Pensez-vous qu'en donnant la parole aux jeunes, cette opération aura un réel impact au niveau politique ? C’est possible. Lorsque tu fais ce questionnaire, tu as envie de le faire avec tes copains. Et ensemble vous vous mettez à discuter et à prendre conscience que nous ne sommes pas qu’une somme d’individus mais vraiment un collectif qui s’ignore. C’est le plus important pour pouvoir peser dans la vie sociale en général. Il faut prolonger la démarche vers des propositions d’action. Et d’un coup, cela devient plus concret, se transformant en une somme de revendications positives. Plus profondément c’est vraiment l’idée d’aider les jeunes à prendre conscience que le plafond de verre qui les empêche en ce moment d’intégrer de plain-pied la société, c’est à eux de le faire sauter. Génération What? c’est un instrument, un outil à la disposition des jeunes pour qu'ils puissent être entendus. L’absence de la jeunesse dans les décisions c’est une responsabilité générationnelle, il est absolument temps que la jeunesse prenne sa juste place.       
             Grâce à une base de données mise à jour en temps réel, les utilisateurs peuvent instantanément comparer leurs réponses à celles des jeunes de leur pays ou région sur des cartes interactives. Ils peuvent également regarder des compilations vidéo de la génération "millennials" prenant l'enquête, montrant différentes opinions auxquelles ils peuvent s'identifier.   Nous avons posé trois question à Christophe Nick co-producteur et co-auteur de Generation What?   L’enquête a déjà été menée en Europe en 2016. Pourquoi la reconduire aujourd’hui dans les pays du Sud de la Méditerranée et notamment en Algérie ? Christophe Nick : Après le succès du projet en Europe, nous avons voulu lancer le projet dans une autre région, cherchant à savoir si la crise que l’on ressent en Europe nous est spécifique ou si d’autres pays la perçoivent. Les résultats en Europe étaient surprenants, et la rupture générationnelle tellement forte que nous nous sommes dits que ce n’était pas une exception européenne. Les décideurs ne l’ont pas perçu, et c’est dangereux. En même temps, nous souhaitions que les jeunes européens découvrent et entendent les jeunes arabes. Les premières tendances nous montrent qu’ils ont à peu près les mêmes préoccupations.   Combien de sociologues travaillent sur ce projet ? Nous en avons un par pays: Algérie, Égypte, Jordanie, Lybie, Liban, Maroc, Palestine et Tunisie. La coordination est assurée par des statisticiens et une responsable scientifique. Les résultats peuvent perte consultés sur le site de l’enquête en temps réel. Chacun peut trouver des réponses à ses questionnements, se rendre compte qu’il n’est pas seul, qu’il ressemble à ses voisins et qu'il n'y pas vraiment d'oppositions.   Pensez-vous qu'en donnant la parole aux jeunes, cette opération aura un réel impact au niveau politique ? C’est possible. Lorsque tu fais ce questionnaire, tu as envie de le faire avec tes copains. Et ensemble vous vous mettez à discuter et à prendre conscience que nous ne sommes pas qu’une somme d’individus mais vraiment un collectif qui s’ignore. C’est le plus important pour pouvoir peser dans la vie sociale en général. Il faut prolonger la démarche vers des propositions d’action. Et d’un coup, cela devient plus concret, se transformant en une somme de revendications positives.   Plus profondément c’est vraiment l’idée d’aider les jeunes à prendre conscience que le plafond de verre qui les empêche en ce moment d’intégrer de plain-pied la société, c’est à eux de le faire sauter. Génération What? c’est un instrument, un outil à la disposition des jeunes pour qu'ils puissent être entendus. L’absence de la jeunesse dans les décisions c’est une responsabilité générationnelle, il est absolument temps que la jeunesse prenne sa juste place.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire