lundi 11 juin 2018

On vous le dit

Talaï refuse la réconciliation avec Tliba Pas de réconciliation entre les deux députés de Annaba, Boudjemaâ Talaï et Tliba Bahaeddine. En effet, les médiateurs qui ont tenté d’enterrer la hache de guerre ont subi une sèche rebuffade de la part de l’ancien ministre des Transports qui, selon ses propos, n’est pas disposé à un heureux compromis.  «C’est une affaire personnelle que je saurai régler à ma manière», estime-t-il. Selon des indiscrétions, Mostepha Karim Rehiel, l’ex-directeur de cabinet de l’ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal, qui a été aperçu dernièrement avec Tliba dans sa résidence, n’a jamais tenté la réconciliation entre les deux belligérants. «C’est une couverture pour justifier sa présence avec le controversé député dans sa résidence au Club des Pins au lendemain de sa désignation au nouveau bureau politique, version Ould Abbès», confient plusieurs cadres du vieux parti. Rappelons qu’une campagne de dénigrement a visé le mois dernier Boudjemaâ Talaï, dont l’objet est un ancien marché de silos de 2200 milliards, contracté en 2013 entre un groupe italien et l’OAIC. A l’époque, l’ancien ministre était le PDG de Batimétal. Les conclusions des contrôles effectués par l’IGF ont innocenté le mis en cause.  Recrudescence des vols à la mosquée du CCI de Chlef Les fidèles de la mosquée du CCI, au centre de Chlef , appelée communément «Masdjid Es-Saoudia», se plaignent de plus en plus de vols pendant la prière. Et de s’interroger comment un tel phénomène s’est développé dans un lieu de culte, situé pourtant juste en face du siège de la wilaya et fréquenté régulièrement par des responsables de l’exécutif de wilaya, dont le wali de Chlef ? En tout cas, de nombreux vols de chaussures et de sandales ont été signalés, ces derniers jours, par les fidèles, à la sortie de cette mosquée après la prière des tarawih. On peut donc imaginer les désagréments que ces derniers ont dû subir après s’être retrouvés dans la rue pieds nus ! LSP d’Ouled Fayet : quand la wilaya devient source de blocage Les souscripteurs au programme de logements LSP à Alger (projet des 548 logements d’Ouled Fayet) sont très inquiets. En plus des lenteurs des travaux de réalisation, devant être achevés début 2019, les concernés ne comprennent pas la décision de la wilaya d’Alger de retarder la validation du projet et la liste définitive des bénéficiaires. Cette non-validation du projet a ainsi bloqué le traitement administratif des dossiers des postulants, sachant que cette validation est, selon des souscripteurs ayant pris contact avec notre rédaction, nécessaire pour libérer l’apport financier de la Caisse nationale du logement (CNL), prévu dans ce dispositif. Rappelant qu’ils se sont acquittés des 840 000 DA d’apport initial, les souscripteurs interpellent la wilaya et l’OPGI de Hussein Dey. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire