vendredi 8 juin 2018

M’sila : Une débaptisation met des chouhada aux oubliettes

L’opération de nomination et de déboulonnage, effectuée le 19 mars dernier dans la wilaya de M’sila, au lieu de rendre hommage aux martyrs et moudjahidine, a généré une vague d’indignation parmi la population. Il s’est avéré que c’était une action de «purge» contre les chouhada par la suppression de leur nom à travers le déboulonnage de plaques commémoratives et d’occultation de martyrs qui ont été des artisans de faits de guerre, à l’image de l’attaque du camp d’El Haourane le 4 février 1958. Des noms qui ne figurent nulle part eu égard à l’immensité du territoire de cette wilaya, alors que d’autres noms de moudjahidine prolifèrent à outrance dans la configuration urbanistique des différentes cités. Le cas du chahid Mohamed Felloussia est édifiant à plus d’un titre au niveau de la ville de M’sila : la plaque commémorative trônant sur le marché couvert central de M’sila depuis janvier 1980 a été arrachée sans que personne ne s’en offusque, ni l’organisation de moudjahidine, ni celle des fils de chouhada et encore moins les autorités de la wilaya. Rappelons que le chahid Mohamed Felloussia, dont la plaque a été déboulonnée, faisait partie des 14 militants nationalistes, membres de l’organisation politico-administrative démantelée en juillet 1958 par les forces coloniales, et ses membres enlevés, torturés par le Détachement opérationnel de protection (DOP)de Sétif, abattus puis jetés dans une fosse commune aux abords du barrage Ksob, à M’sila. Les restes de ces martyrs ont été découverts en 1979. A propos de cette débaptisation du marché, un moudjahid de la première heure a indiqué : «C’est un acte abject qui ne réhabilite ni martyr ni moudjahid, mais s’apparente à une opération délibérée d’effacement d’événements historiques majeurs qui ont jalonné la zone de M’sila, dont les acteurs étaient des habitants de cette cité, ils étaient les éléments actifs durant la Guerre de Libération.» Il y a lieu de signaler que cette opération de débaptisation, destinée en fait à la réhabilitation d martyrs et de moudjahidine, a été, dans la wilaya de M’sila, «un acte d’effacement et de perversion de l’histoire contemporaine,car cette baptisation n’a concerné que les éléments de la Wilaya 6, dont les noms prolifèrent dans les rues, lotissements,cités universitaires… alors que la wilaya de M’sila est composée également des Wilayas historiques 1 et 3, dont des faits de guerre restent dans les annales de la Guerre de Libération sont magistralement occultés», a regretté ce moudjahid, qui semble être désarçonné par cette discrimination.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire