dimanche 24 juin 2018

Le PDG de la Compagnie Algérienne d’assurance et de garantie des exportations : l’acte d’exporter ne s'improvise pas

L’Algérie manque encore de compétences pour maitriser ses activités d’exportations, si ce n’est dans le secteur des hydrocarbures et dans celui des produits miniers, constate le PDG de la Compagnie Algérienne d’assurance et de garantie des exportations (CAGEX). rappellant les récents refoulements de marchandises Algériennes par des importateurs étrangers, M. Djillali Tariket souligne qu’il existe nombre de conditions à respecter, tant du point de vue documentaire que de conformité pour prétendre exporter.  S'exprimant, dimanche, à l'émission L'Invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio Algérienne, il rappelle que les raisons amenant des importateurs à rejeter des cargaisons de produits sont souvent liées à leur non-conformité avec les spécifications d’un contrat, ou bien à des raisons d'ordre sanitaires. Pour s’éviter de pareils désagréments, il estime utile que l’opérateur Algérien veille au plus près pour que les marchandises qu'il cherche à placer sur les marchés à l'étanger soient, « en tous points de vues », conformes aux exigences de l’acheteur. Il précise, par ailleurs, qu’en cas de refoulement de sa cargaison, c'est à l’exportateur qu'impute  l’entière responsabilité des dommages causés et non pas à l’assurance, laquelle, dit-il, ne peut se manifester qu’en cas d’accident provoquant la destruction du produit exporté. M. Tariket note qu’il existe deux cas où l’assurance intervient : celle consistant à dédommager les pertes causées à une marchandise durant son acheminement et celle visant à indemniser l’exportateur lorsque l’acheteur refuse de s’acquitter du paiement de celle-ci. Il signale, d'autre part, d’autre part, que la CAGEX joue un rôle de conseiller de l’exportateur, dés lors que celui-ci est en négociation avec un client étranger, afin de lui éviter, dit-il, d’avoir à subir les conséquences d’un impayé. Sur les quelque 500 exportateurs potentiels, l’intervenant relève que seule une centaine parmi eux a  recours à l’assurance. Notant que le recours à la CAGEX « est utile mais pas nécessaire », il  rappelle toutefois que l’assurance crédit est un outil de prévention des risques contre des importateurs insolvables.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire