vendredi 1 juin 2018

Dérapage du maire d’Aghbalou à propos du Festival national du théâtre amazigh

Le président de l’Assemblée populaire de la commune d’Aghbalou, dans la wilaya de Bouira a «dérapé» en s’opposant clairement à la tenue de la troisième édition du Festival de théâtre amazigh d’Aghbalou prévu du 9 au 15 juin. Les deux associations initiatrices de l’événement culturel, Assayas Takerboust et Ithren, sont outrées par l’attitude du maire, dont le rejet est qualifié de «gravissime». Pourtant, les deux éditions précédentes se sont déroulées dans une ambiance familiale. Dans sa réponse à l’avant-projet proposé par les deux associations, l’élu «opposant»a précisé dans sa lettre que la commune est loin d’assurer ce genre de manifestations et activités, ou de les parrainer, et ce, pour des raisons diverses. Nacer Terrad, président de l’association Ithren, a indiqué que cette édition est organisée en mémoire de la comédienne et figure du théâtre algérien, la défunte Sonia. «Les deux premières éditions organisées en hommage à l’actrice Aïda Guechoud, aux hommes de théâtre de la région et à Hamida Ait Lhadj. Huit wilayas avaient participé à la rencontre dont les animations ont drainé un public nombreux» a-t-il rappelé. Le président de l’APC, vraisemblablement opposé à toute activité culturelle dans la région, a signifié dans l’un des ses arguments que «les citoyens sont démotivés et désintéressés par apport à ce genre de manifestation» ; il a aussi a souligné l’indisponibilité et l’absence de structure adéquate pour accueillir ou abriter cet événement culturel. En outre, la situation financière actuelle de la commune ne peut, dit- il, supporter ce genre de dépenses et la municipalité ne possède pas des ressources propres afin de couvrir les dépenses allouées à ces activités. Pis encore, dans sa réponse qualifiée de «grave dérapage» par les initiateurs, le maire d’obédience RCD a regretté l’absence de sécurité au niveau de la commune. Réagissant à ce qu’ils ont qualifié de «campagne de dénigrement» basée «sur un triptyque ravageur d’intox généralisée, de mensonges à grande échelle et de déclarations haineuses», l’association Assayas a décidé de maintenir cet événement culturel qui renforce la communion populaire entre les citoyens. Ainsi, dans une déclaration rendue publique hier, l’association en question a rappelé que le seul et unique objectif de cette troisième édition est l’institutionnalisation définitive de ce Festival dans le patrimoine culturel national, pour qu’il puisse bénéficier d’un budget qui lui sera alloué par les autorités nationales afin de le pérenniser. Les rédacteurs du document appellent la population à «plus de vigilance» et à «redoubler d’efforts» pour «déjouer les mensonges et les fourberies tissées par les admirateurs de la division»  ; ils menacent de recourir à des actions musclées dès lors que le premier magistrat de la wilaya saisi sur ce dossier n’a pas encore tranché. Un comité de soutien au festival a été mis en place, et plus de 2000 signataires d’une pétition appellent les pouvoirs publics à «démontrer et manifester leur intérêt pour la culture dans la région».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire