dimanche 8 avril 2018

Renforcement des capacités de traitement

Les agences de contrôle technique des véhicules vont renforcer leurs brigades et prolonger leurs horaires de travail. C’est que qu’a indiqué hier l'Etablissement national de contrôle technique automobile (Enacta) dans un communiqué de presse.  «Les agences de contrôle technique agréées par le ministère des Travaux publics et des Transports procéderont, dans l'immédiat, au renforcement de leurs brigades et à l'étalement de l'amplitude horaire de travail, et ce, jusqu'à absorption de la demande conjoncturelle et la normalisation définitive de la situation», est-il souligné en substance. L’objectif recherché est de faciliter aux automobilistes l'accomplissement de cette mesure réglementaire dans les meilleures conditions. En effet, ces dernières semaines, plusieurs automobilistes sont obligés de se lever aux aurores pour espérer se procurer une place pour passer le contrôle. Au niveau des différents centres de contrôle technique, de longues files d’attente sont quotidiennement recensées. Certains reviennent bredouilles après plusieurs heures d'attente en raison de la mise en place d'un système de quotas des véhicules à contrôler. Le traitement de chaque voiture a été fixé à un minimum de 20 minutes pour les véhicules légers, et 30 minutes pour les poids lourds. Le contrôle technique concerne les véhicules particuliers tous les 2 ans pour ceux de moins de 6 ans d’âge et chaque année pour les véhicules de plus de 6 ans d’âge. Il concerne toutes les catégories de véhicules à chaque changement de propriétaire et à chaque réimmatriculation du véhicule. Comment en est-on arrivé à cette situation ? La décision de réduction du nombre de véhicules contrôlés quotidiennement à 30 au lieu de 100, voire 120 par jour, a été prise après avoir constaté une complaisance dont font parfois preuve certaines agences chargées de cette opération. Quelque 5000 véhicules ont été immobilisés en 2016 pour «cause de défaillance technique». Il a été révélé que 33 agences ont été fermées pour cause de contrôle de complaisance, alors que 36 autres ont vu leur agrément retiré. Les contrôles n’ont pas dépassé 5 minutes sur des véhicules vétustes. Il suffit de voir l'état de certains véhicules pour comprendre qu'il y a un problème au niveau de quelques agences de contrôle. Le contrôle technique des véhicules automobiles et les modalités de son exercice ont été instaurés par décret exécutif n°03-232 du 10 juin 2003, le but étant de vérifier le véhicule et d'immobiliser celui qui présente un danger pour la circulation routière ou  pour la personne qui le conduit, ainsi que les citoyens. Il a aussi pour objectif «la contribution à la réduction des accidents de la route et du coût induit pour la collectivité nationale et l'accroissement de la durée de vie du parc national de véhicules automobiles».Les problèmes au niveau du freinage et de l’éclairage sont les deux principales causes de contre-visite. Les contrevenants au contrôle technique automobile obligatoire s’exposent non seulement à une amende de 20 000 à 50 000 DA, mais aussi à une peine d’emprisonnement d’une durée de deux à six mois.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire