mercredi 11 avril 2018

Les résidents «non satisfaits» de la réunion avec le ministre de la Santé

La réunion organisée hier après-midi entre le ministre de la Santé, le Pr Hasbellaoui, et des représentants des résidents en sciences médicales n’a pas permis d’aboutir à un résultat satisfaisant. «La rencontre d’aujourd’hui était l’occasion de revenir principalement sur les propositions de la tutelle. Mais il n’y a pas de mesures concrètes qui permettront de décider le gel de notre grève», estime, dans une déclaration à El Watan, le délégué du Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra), le Dr Benseba Sofiane, à l’issue de la réunion qui a duré jusqu’en début de soirée. La rencontre d’hier est intervenue après l’échec du dernier round de dialogue tenu le 1er avril. Les propositions contenues dans le compte-rendu diffusé par le Département de Mokhtar Hasbellaoui n’ont pas convaincu les grévistes de geler leur action. Réunis en assemblées générales à travers les facultés de médecine du pays, les médecins résidents ont voté le maintien de leur mouvement de protestation. Intervenant en marge d’une activité jeudi dernier, le ministre de la Santé affirme avoir instruit son cabinet pour organiser une nouvelle réunion pour «apporter les éclaircissements nécessaires» pour que les médecins reprennent le travail. Les délégués du Camra affirment avoir fait des «concessions» lors de la réunion sans avoir reçu un écho favorable. «Nous nous attachons aux propositions contenues dans notre plateforme de revendications. Le ministère s’accroche au caractère obligatoire du service civil que nous voulons abroger. Nous avons demandé à la tutelle ce qu’elle propose en contrepartie. De notre côté, nous avons proposé la réduction à deux ans maximum du service civil sur tout le territoire national. Le ministre n’a pas donné de réponse», regrette le Dr Benseba. Une rencontre la semaine prochaine Si le caractère obligatoire du service civil reste la pomme de discorde entre les deux parties, les autres revendications sont en partie satisfaites : le ministre a, par exemple, donné son accord pour la révision, en commun avec les délégués, du statut des résidents. Une rencontre est prévue aujourd’hui pour discuter de ce point. Les représentants des résidents estiment que le dialogue «doit rester ouvert». Le principe d’une rencontre avec le ministre de la Santé est arrêté pour la semaine prochaine. «On aimerait bien sûr reprendre notre formation. Mais il n’est pas question d’abandonner notre action légitime sans avoir abouti à des réponses satisfaisantes», assène Benseba, qui dénonce «l’épée de Damoclès de l’arrêt de la grève imposé par le ministère». Des délégués ont démenti, dans la journée d’hier, avoir été les initiateurs d’un formulaire d’évaluation des propositions du ministère sur les réseaux sociaux. «Nous n’avons diffusé aucun document à nos camarades. Il s’est avéré que c’est une résidente qui a posté le formulaire sur une évaluation des propositions du ministère et des contre-propositions. Au Camra, nous avons décidé de nous en tenir à notre plateforme de revendications qui contient toutes nos propositions», recadre le représentant des résidents de la faculté de médecine de Blida, le Dr Kikout Samir. En attendant un dénouement de la crise, qui dure depuis cinq mois, le boycott de la deuxième session du diplôme d’études médicales spéciales (DEMS) devra se poursuivre jusqu’au 12 avril. «Dimanche dernier, ce sont 16 spécialités qui ont été boycottées. Le boycott se poursuivra jusqu’au 12 avril», précise le délégué des résidents de la faculté de Blida.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire