samedi 7 avril 2018

Le chef d'inspection divisionnaire des Douanes de Annaba limogé

Ce changement intervient au lendemain d’une grande purge dans les rangs des Douanes algériennes à Alger par le même nouveau directeur général suite à la grosse affaire de trafic de conteneurs qui a secoué les wilayas d'Annaba et d’Alger. Le chef d’inspection des Douanes de Annaba, Réda Mehafdi (directeur de wilaya), a été limogé jeudi sur décision du nouveau directeur général, Farouk Bahamid. Il a été remplacé par Moussa Aylane qui occupait les mêmes fonctions dans la wilaya de Tlemcen, avons-nous appris de la direction générale de ce corps constitué. Ce changement intervient au lendemain d’une grande purge dans les rangs des Douanes algériennes à Alger par le même nouveau directeur général, suite à la grosse affaire de trafic de conteneurs qui a secoué les wilayas de Annaba et d’Alger. En effet, après les cadres douaniers d’Alger, on reproche à l’inspecteur divisionnaire des Douanes de Annaba, entre autres fautes professionnelles, d’avoir autorisé un importateur fraudeur de réexpédier sa marchandise, objet d’une fausse déclaration. En effet, cet opérateur économique, activant à Annaba, a déclaré l'importation de 20 conteneurs de panneaux photovoltaïques, alors qu'en réalité, 18 unités étaient chargées de téléviseurs à écran plasma avec la mention «Made in Algeria» et deux seulement de panneaux photovoltaïques. Une manœuvre dangereuse qui a poussé la direction générale des Douanes algériennes à annuler la réexportation et ordonner la saisie de 20 conteneurs. Une opération de contrôle a posteriori à partir de 2014 a été également déclenchée. Première sanction, cet importateur a été pénalisé et sommé de payer une amende de 2,5 milliards de dinars. Aussi, cinq commissionnaires en douane (transitaires) ont payé les frais de cette opération. Ils ont été privés à vie de leur agrément. Pis, selon des responsables douaniers cités par l’APS, cet importateur autant que quatre autres impliqués dans un trafic de conteneurs sont blacklistés par les Douanes algériennes. Afin de contourner cette interdiction, une collusion s'est formée entre ces importateurs et des transitaires à Annaba et Alger, une manœuvre par laquelle ces commissionnaires ont enregistré cinq opérateurs économiques inscrits dans le fichier des fraudeurs comme étant des organismes spécifiques (associations, corps diplomatique...) auxquels le règlement de la procédure douanière, en cas d'importation, les dispense d'avoir un numéro d'identification fiscale (NIF) et les assujettit à une autre procédure spécifique appelée «code 9». Mais un contrôle croisé des banques avec le système Sigad a permis de lancer l’alerte et de débusquer ces actes délictueux, expliquent les mêmes responsables, en précisant que «les conteneurs des marchandises concernées ont été bloqués au port, tandis que les opérations de transfert de devises n'avaient pas encore été effectuées».  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire