samedi 17 mars 2018

On vous le dit

- Mise en échec d’une tentative de trafic de 57 kg de kif traité provenant du Maroc Les éléments du 19e groupement des garde-frontières (GGF) de Bab El Assa (Tlemcen) ont réussi, jeudi, à mettre en échec une tentative de trafic de 57 kg de kif traité, provenant du Maroc, a appris l’APS, hier, auprès des services de la Gendarmerie nationale. Agissant sur renseignements, faisant état d’un réseau de trafic de drogue, depuis le Maroc, qui comptait acheminer une quantité de drogue vers le territoire algérien, à travers la bande frontalière ouest, les gardes-frontières ont mobilisé un dispositif sécuritaire qui a permis d’intercepter la quantité de kif traité, transportée à dos de baudets. Les narcotrafiquants ont recours, depuis quelque temps, aux différentes méthodes de trafic de drogue, notamment face aux mesures draconiennes de la surveillance du territoire et de la sécurité frontalière par les multiples dispositifs sécuritaires des services de la Gendarmerie nationale, ainsi qu’aux installations géographiques réalisées tout au long de la bande frontalière ouest. - Le wali de Blida et les investisseurs A Blida, plusieurs opérateurs économiques et commerçants ayant formulé des demandes pour investir disent que les portes de la wilaya ne leur sont pas ouvertes. En effet, des investisseurs ayant eu des décisions de la part de l’ancien wali se retrouvent dans l’incapacité de concrétiser leurs projets pour des raisons qu’ils jugent «subjectives». «Les portes de l’actuel wali sont verrouillées contrairement à son prédécesseur. Est-il en fin de carrière pour agir de la sorte ?», se demande-t-on. Aussi, un porteur de projet a demandé un ancien local appartenant aux services domaniaux, fermé depuis une vingtaine d’années, afin de le transformer en un atelier de confection. A ce jour, aucune réponse de la part de la wilaya ne lui a été adressée. «J’ai demandé à voir le wali à sept reprises, et ce, depuis plusieurs mois, en vain. Mon projet a été bel et bien étudié par les services de la direction de l’industrie et des mines, il reste juste l’aval ou le refus de la wilaya. Pourquoi ce retard injustifié ?» - Deux femmes arrêtées pour vol et actes racistes dans une mosquée à Los Angeles Deux femmes ont été arrêtées en Arizona pour être entrées par effraction dans une mosquée et s’être filmées en train de tenir des propos racistes, accompagnées de trois enfants. Tahnee Gonzales et Elizabeth Dauenhauer ont été arrêtées jeudi par la police de Tempe en banlieue de Phoenix (sud-ouest des Etats-Unis), pour «cambriolage». «Une enquête a révélé qu’elles étaient entrées sur la propriété du Centre islamique de Tempe et y avaient subtilisé plusieurs objets», a indiqué un porte-parole de la municipalité, Ronald Elcock. Un chef d’accusation de crime haineux sera également considéré, précise-t-il dans une déclaration écrite. Les deux femmes, placées en détention à la prison municipale de Tempe, ont posté plusieurs vidéos sur leurs pages Facebook où elles se filment accompagnées d’enfants en train d’entrer dans le jardin du centre islamique, tenant des propos insultants sur les musulmans et encourageant leurs enfants à les répéter. Ahmad Al Akoum, directeur des relations inter-religions du centre et l’un de ses imams, a expliqué à la presse que ce cambriolage avait eu lieu le 4 mars au matin, quand personne d’autre ne se trouvait sur place. - Deux études mettent à mal la théorie d’un bienfait de l’obésité Deux études, dont une britannique publiée hier, mettent à mal la théorie controversée du «paradoxe de l’obésité», selon laquelle le surpoids pourrait être un bienfait pour la santé du cœur. L’étude britannique, parue dans la revue European Heart Journal, a porté sur les dossiers médicaux de près de 297 000 adultes, entre 2006 et 2010. Les chercheurs de l’université de Glasgow ont montré une corrélation entre le surpoids, mesuré grâce à l’indice de masse corporelle (IMC) et au tour de taille, et le risque de maladie cardio-vasculaire. L’IMC des personnes courant le moins ce risque est aux environs de 22 à 23, ce que les médecins appellent une «corpulence normale». Au-delà, le risque augmente, plus rapidement chez les femmes que chez les hommes. Une étude américaine, publiée fin février dans JAMA Cardiology, avait abouti aux mêmes conclusions. Elle établissait aussi une corrélation entre la corpulence de plus de 190 000 personnes, mesurée entre 1964 et 2015, et leurs maladies cardio-vasculaires.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire