dimanche 18 mars 2018

Les médecins résidents croisent le fer avec Hadjar

Après avoir croisé le fer avec le ministère de la Santé, c’est avec celui de l’Enseignement supérieur que les médecins résidents engagent une polémique. Ils ont décidé, en masse, de boycotter les examens de passage au grade de médecin spécialiste, pendant que le département de Tahar Hadjar maintient les dates des épreuves et s’en prend aux médecins. Lors d’une réunion de leur bureau national, tenue hier à Tizi Ouzou, les membres du Camra (Collectif autonome des médecins résidents algériens) ont confirmé leur intention de boycotter la session des DEMS qui se déroulera en avril. «Nous confirmons le boycott des examens puisque les autorités n’ont donné aucune réponse à nos doléances», a indiqué le porte-parole du collectif, contacté par téléphone. Et au ministre de l’Enseignement supérieur qui veut mettre les médecins résidents devant leurs responsabilités, Mohamed Taileb répond que «les médecins sont des gens responsables qui assument leurs actions». «La responsabilité est celle de tout le monde, M. Hadjar compris», a ajouté un autre médecin. Dans la matinée, Tahar Hadjar a décidé d’ignorer les menaces du Camra. Il maintient donc la tenue des examens de DEMS. Lors d’une intervention, hier à Alger, le ministre a affirmé, que «les épreuves du Diplôme d’études médicales spécialisées (DEMS) seront organisées à partir de dimanche (aujourd’hui 18 mars), comme prévu, et ne seront pas reportées». Il a rappelé, selon les propos rapportés par l’APS, que «lors de la dernière rencontre, une seule revendication a été formulée, à savoir le report des épreuves», précisant que cette revendication «a été rejetée». Par ailleurs, les médecins résidents ont réitéré leur intention de démissionner collectivement si les autorités procèdent à des exclusions parmi les médecins qui refusent de passer les examens.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire