mardi 27 mars 2018

Dominique de Villepin à la Radio Algérienne : la guerre contre l’Irak a marqué le début de la déstabilisation du Moyen-Orient

Venu à Alger pour y donner une conférence et y présenter son livre, « Réconcilier les silences », l’ancien Premier ministre et ministre des Affaires étrangères Français sous le président Chirac, Dominique de Villepin, s’est exprimé, mardi, à l’émission L’Invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio Algérienne, commentant divers sujets de l’actualité mondiale, marquée par des crises et conflits majeurs. De la guerre américaine menée contre l’Irak, à laquelle il s’était énergiquement opposé en 2003, il déclare qu’elle a été « payée cher » par la communauté internationale, puisque, poursuit-il, elle a constitué « un point de départ important » pour la déstabilisation de l’ensemble du Moyen-Orient. « Mon inquiétude à ce moment-là, dit-il, n’a fait que s’accroire durant des années (…) On l’a vue, rappelle-t-il, avec les interventions française et anglaise en Libye », conduisant « à l’anarchie et à la destruction d’une société ». Parmi les autres conflits, il cite le cas de l’Afghanistan où, note-t-il, l’intervention internationale dirigée par les Etats-Unis n’a pas conduit « aux résultats espérés », de même qu’au Yémen et en Syrie, où ont été créées des  « situations tragiques », l’intervention militaire nourrissant la guerre. « L’instabilité est contagieuse, la violence voyage », poursuit-il, rappelant qu’au delà du Moyen-Orient, celle-ci a gagné le Caucase, l’Asie Centrale et jusqu’à une partie du Continent indien. Citant le cas de l’Afrique, il attire l’attention sur l’effet de la « contamination » terroriste au Mali, par ricochet de la guerre déclenchée par l’intervention occidentale contre la Libye. De la « décennie noire » des années 90, vécue dans leur chair par les Algériens, l’ancien diplomate constate qu’en France et en Europe, « nous la vivons au quotidien », à travers la menace constante du terrorisme, « dotée de capacités d’adaptations permanentes ». Mais, s’interroge-t-il aussitôt, il faut revenir, « beaucoup plus en amont », sur les causes profondes « qui nourrissent le terrorisme », dont il considère qu’elles ne sauraient être simplifiées aux seules causes sociales ou identitaires. Parmi ces dernières, il met en avant comme cause géopolitique « profonde » le développement du terrorisme dans les Etats fragiles, « voire dans les Etats faillis ». Selon lui, ce n’est pas un hasard si le terrorisme s’est beaucoup implanté en Irak, en Syrie en Libye ou au Mali. Les raison qu’il met en avant sont liées à l’absence de structures d’Etat et de stratégies politiques inclusives « qui ne laissent personne de côté ».    


Aucun commentaire:

Publier un commentaire