vendredi 9 mars 2018

Avec 149 664 femmes chefs d’entreprise, la présence féminine dans le monde des affaires insignifiante

L’Algérie compte 149 664 femmes d’affaires sur un global de 1,96 million de chefs d’entreprise, selon le bilan du Centre national du registre du commerce (CNRC). Ainsi, leur nombre a augmenté de 26 507 durant les cinq dernières années, soit une croissance de 21,5%. En effet, entre fin 2013 et fin février 2018, le nombre de femmes commerçantes est passé de 123 157 à 149 664. Mais, il reste faible, puisqu’il n’est que de l’ordre 7,6% du total de la population des chefs d’entreprise. Sur l’ensemble de ces femmes commerçantes, 138 327 exercent sous le statut de personnes physiques, et 11 337 sous celui de personnes morales (sociétés). La tranche d’âge qui compte le plus de femmes d’affaires exerçant sous le statut de personnes physiques est celle variant entre 39-48 ans (26,15%), suivie des 49-58 ans (24,3%), des 29-38 ans (20%), 59-68 ans (13,8%), des 69 ans et plus (11,8%), des 20-28 ans (4,1%). Par secteur d’activité, la présence des femmes d’affaires, personnes physiques, est beaucoup plus importante, notamment dans la distribution en détail (49,84%) suivie par les services (37,51%), la production de biens (9,1%), la distribution en gros (3,3%) et la production artisanale (0,24%). Dans le commerce extérieur, précisément l’exportation, leur présence est insignifiante avec 0,01%. Au sein de ces catégories d’activités, les plus exercées sont le commerce de détail de l’alimentation (18,6%), le commerce en détail de l’habillement, bijouterie, maroquinerie et produits de beauté (11%), les services liés aux transports et annexes (7,3%), le commerce de détail d’articles destinés aux activités sportives et de loisirs, les équipements de bureau et les activités artistiques (7%), les activités liées à l’hébergement et à la restauration (6,6%) et les services liés à la diffusion du courrier, à la presse et à la télécommunication (5,2%). Peu nombreuses au sud Quant aux femmes commerçantes, personnes morales, elles exercent surtout dans les services (40%), la production de biens (25,4%), l’importation pour la revente en l’état (16,04%), la distribution en gros (10%), la distribution en détail (6,8%), la production artisanale (1,05%) et l’exportation (0,75%). Dans ces secteurs, les activités de production ou de transformation liées au domaine des matériaux de construction, aux travaux du bâtiment, grands travaux publics (8,4%), les entreprises d’études et d’assistance (7,4%), les services culturels et récréatifs (6%), les services liés aux transports et annexes (5%) et l’importation (10%) sont les plus représentatives. Par région, ce sont les grandes villes qui se taillent la part du lion dans la participation féminine dans le monde des affaires. Ainsi, Alger vient en tête avec un 16 513 (11% du total national des femmes d’affaires), suivie d’Oran avec 9772 (6,5%), de Tlemcen avec 5543 (3,7%), de Sidi Bel Abbès avec 5444 (3,6%) de Constantine avec 5366 (3,6%), de Tizi Ouzou avec 5262 (3,5%), de Blida avec 4883 (3,3%) et de Chlef avec 4045 (2,7%). Au Sud et dans les Hauts-Plateaux, elles sont très peu nombreuses les femmes à se lancer dans les affaires. Par ailleurs, à fin février, le nombre de femmes étrangères gérantes d’entreprises inscrites au registre du commerce s’est élevé à 441, soit 266 sociétés dont la gérante est de nationalité étrangère et 175 femmes d’affaires, personnes physiques, représentant une trentaine de nationalités. A titre indicatif, les professions libérales et les activités agricoles ne sont pas prises en compte dans le bilan du CNRC parce qu’elles sont encadrées par des dispositifs législatifs et réglementaires particuliers.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire