mercredi 21 février 2018

«Le ‘‘système’’ Eni a permis des paiements disproportionnés»

- Après des années de rebondissements, les affaires ENI (Eni Algérie et ENI Nigeria) reviennent par devant le tribunal de Milan pour être jugées lundi 5 mars prochain. Des affaires avec des liens et des ramifications dépassant largement le cercle du management du géant ENI pour déborder la classe politique et même le corps des magistrats et hauts fonctionnaires. D’abord comment voyez-vous ce procès ? Qu’est-ce qu’il représente pour vous ? J’ai été le premier journaliste à écrire que l’achat et la vente du champ pétrolifère nigérian Opl 245 avaient des aspects peu clairs. Je l’ai fait dans un article publié le 1er août 2012 par le journal pour lequel je travaillais, Il Sole 24 Ore, dans lequel je parlais d’une commission d’enquête de la Chambre des députés du Nigeria qui investiguait sur l’acquisition par Eni et Shell d’un permis d’exploration pour un champ pétrolier offshore, et en particulier sur la possibilité qu’un pot-de-vin ait été versé à l’ancien ministre nigérian du Pétrole, Dan Etete. Cet article a marqué le début d’une longue série qui, au cours de cinq années, m’a poussé à reconstruire cette histoire et ses développements judiciaires avec continuité. Mais selon l’anti-enquête découverte par le parquet de Milan, j’aurais été, moi aussi, complice d’une conspiration visant à délégitimer la haute direction de la compagnie pétrolière. Et mes articles, loin d’être le fruit d’un journalisme d’investigation sain, auraient été des instruments d’attaque médiatique du CEO d’Eni, Claudio Descalzi. Evidemment, il me fait plaisir que cette fraude ait été découverte. Mais j’ai eu de la chance. C’était bien que les enquêteurs de la Guardia di Finanza soient bons et durs. Cela ne pouvait pas arriver. - Les parquets de Messine, de Rome et de Milan ont récemment arrêté une quinzaine de personnes, dont des juges, avocats, hommes d’affaires... dans ce qu’il convient d’appeler «affaire de pistage» (espionnage) et conditionnement des enquêtes ENI. Les juges avaient mis au jour un «faux complot» contre ENI, qui aurait servi de moyen à l’ancien procureur de Syracuse – sous les verrous – pour pister les enquêtes en cours sur ENI, et les magistrats ont découvert qu’il y a un lien direct entre le réseau créé par un avocat et le top management de ENI en la personne de Massimo Mantovani (ex-directeur du service juridique), actuel Chief Gas & Lng Marketing and Power Officer du groupe. Selon le procureur général de Milan, le chef de la division juridique de l’ENI, Massimo Mantovani, avait orchestré une véritable «anti-enquête». Grâce au travail d’investigation de la Guardia di Finanza, cette «anti-enquête» s’est avérée être ce qu’elle était : un canular. Mais attention, ici vous ne parlez pas simplement d’une nouvelle fake news. Non, si le procureur général de Milan a raison, nous parlons du produit d’une «association criminelle» visant à détecter l’enquête et conçue par le chef du département juridique de la plus grande société italienne, la plus internationale et la plus influente au monde. En présentant les comptes pour 2017, le 16 février, le CEO d’Eni, Claudio Descalzi, a expliqué qu’il avait renforcé la structure du capital, porté le résultat du raffinage au niveau record des 8 dernières années et «dépassé toutes les attentes» dans la réduction des coûts de production de chaque baril de pétrole brut. Tout cela aussi grâce à la restructuration du groupe mise en place par lui. Cette restructuration, cependant, n’a nullement abordé la question que pour toute autre entreprise équivalente à la taille et le poids d’Eni serait considérée comme une urgence d’alerte rouge : celle de la gouvernance. Bien que la société ait été jugée pour corruption non pas dans une seule procédure mais dans deux procédures judiciaires différentes et l’un de ses cadres supérieurs a été accusé d’avoir essayé de délégitimer l’autorité judiciaire nationale. - Est-ce uniquement le procès d’ENI, ou sera-t-il le procès d’un «système» maffieux, rompu aux pratiques de la corruption internationale ? Les enquêtes sur la corruption en Algérie et au Nigeria n’ont rien à voir avec la mafia. Mais ils sont tout aussi corrosifs du tissu social d’un pays. Un pays qui produit du pétrole. Le système d’ENI était une politique commerciale vis-à-vis des pays producteurs de pétrole, en l’occurrence africains, qui s’est révélé suffisamment «détendu» pour permettre des paiements disproportionnés — on parle de plus d’un milliard de dollars au Nigeria et plus de 200 millions en Algérie — à des personnes liées aux dirigeants politiques de ces pays. A mon avis, cette politique commerciale est basée sur ce que personne ne dit, mais beaucoup pensent en Italie : dans le monde en développement, la seule façon de faire des affaires est d’avoir cette politique commerciale. Même si c’était vrai, ou si c’était dans certains pays, je rejette fermement cette logique parce que la même logique a signifié qu’un pays extraordinairement riche comme le Nigeria est resté pendant des décennies entre les mains des kleptocrates. - Suspectés et mis en cause par les magistrats, le PDG d’ENI, Claudio Descalzi, son prédécesseur Paolo Scaroni, qui passent pour les bénéficiaires directs des activités du réseau de l’avocat Amara, seront jugés le 5 mars. Le cours des procès ENI Nigeria et ENI Algérie sera-t-il tout autre, selon vous ? Je pense que ce qui émergera de cette troisième procession pourrait influencer le cours et les résultats des deux autres. - Doit-on s’attendre à des révélations et à d’éventuelles mises en accusation de noms de fonctionnaires publics étrangers ? Dans l’histoire de ce que j’appelle l’anti-enquête, je ne pense pas que des personnes non italiennes aient été impliquées. C’était une affaire entièrement interne. - Qu’en sera-t-il de l’ancien président du Conseil, Matteo Renzi, si le procès débouche sur une condamnation de Descalzi, sachant que l’ancien président du Conseil l’avait défendu publiquement ? Je pense que Renzi en sortira très réduit par les résultats des élections politiques, qui auront lieu en Italie le 4 mars prochain. Aussi pour cette raison je crois que l’histoire de l’anti-enquête n’aura pas un impact significatif sur lui. Il devrait sûrement l’avoir, si en Italie les dirigeants payaient les conséquences de leurs mauvais choix. Mais cela n’arrive presque jamais. - Si dans le dossier ENI Nigeria, les juges ont ordonné des poursuites contre de hauts dirigeants du Nigeria (Etete, par exemple), pourquoi ce n’est pas le cas pour l’ancien ministre algérien Chakib Khelil, impliqué dans l’affaire Saipem ? Je ne pense pas que ce soit par choix politique. Je pense que les magistrats de Milan n’ont pas trouvé les preuves que l’argent donné par Saipem à Farid Bedjaoui soit allé à des fonctionnaires algériens tels que Khelil. Aussi parce que les autorités libanaises n’ont jamais donné leur collaboration sur les comptes bancaires de Bedjaoui, malgré les demandes répétées du bureau du procureur de Milan.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire