mercredi 7 février 2018

Il sera traduit devant la commission de discipline

Lors de sa conférence de presse tenue au siège du parti à Alger, Djamel Ould Abbès n’a pas mâché ses mots contre la création de la coordination de soutien au 5e mandat du président Bouteflika, annoncée par le député Baha Eddine Tliba. «Ce qu’on a appelé coordination, c’est du vent. Les anciens ministres cités comme faisant partie de cette coordination ont tous démenti», a affirmé Djamel Ould Abbès qui a révélé que toutes les personnalités citées se sont démarquées de l’initiative de Baha Eddine Tliba, à l’image du président de l’APN, Saïd Bouhedja, du ministre chargé des Relations avec le Parlement, Tahar Khaoua, de l’ancien Premier ministre, Abdelmalek Sellal, de l’ancien chef de gouvernement, Abdelaziz Belkhadem, de l’ancien ministre de l’Energie, Chakib Khelil, de l’ancien ministre des Ressources en eau, Abdelkader Ouali, et du député Djamel Bouras. «Toutes ces personnalités nous ont envoyé des écrits dans lesquels ils se démarquent de cette initiative», a poursuivi un Ould Abbès remonté, qui a révélé que c’est l’ancien ministre de la Communication, Hamid Grine, qui a rédigé le démenti diffusé ces dernières heures. Conséquence directe de l’initiative de l’ancien vice-président de l’APN, un passage devant la commission de discipline, présidée par Amar Ouazzani. C’est à l’ancien vice-président de l’APN de 2007 à 2012, installé par Amar Saadani, que reviendra le droit de statuer sur le «cas Tliba». «Celui qui a lancé l’initiative, nous l’avions prévenu à plusieurs reprises, a déclaré M. Ould Abbès. Mais il n’a rien voulu entendre.» Le chef du parti a encore répété que seul le président de la République et président du parti était en droit de parler du 5e mandat «Le chef de l’Etat est le président du FLN. Le premier et dernier mot lui reviennent. Quand il nous informera, on vous transmettra. On ne rentre pas dans ses prérogatives», a conclu M. Ould Abbès.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire