jeudi 15 février 2018

Grèves: les groupes parlementaires du Conseil de la nation appellent à faire prévaloir l'intérêt suprême du pays

Les groupes parlementaires du Conseil de la nation du tiers présidentiel, du parti du Front de libération nationale (FLN) et du Rassemblement national démocratique (RND) ont appelé mercredi, à "faire prévaloir l'intérêt suprême du pays", dans un contexte marqué par les mouvements de protestation survenus sur la scène nationale, estimant que les revendications soulevées doivent être exprimées "dans le respect des lois de la République".  Dans un communiqué commun, les groupes parlementaires de la chambre haute du Parlement ont dit "suivre avec intérêt les mouvements de revendication survenus sur la scène nationale", qui doivent se faire "dans le respect des intérêt de toutes les parties, tout en veillant à faire prévaloir l'intérêt suprême du pays et à tenir compte de ses capacités actuelles, loin de toute politique d'escalade aux retombées fâcheuses".  L'Etat, sous la direction du président de la République, Abdelaziz Bouteflika "n'a pas renoncé et ne renoncera point au volet social et à son devoir de protéger ses citoyens et garantir leur droits légitimes dans le cadre de l'équité et de la justice sociales", ont-ils affirmé.  Ces groupes parlementaires qui disent comprendre certaines préoccupations soulevées, estiment que ces revendications doivent être exprimées dans le  "respect des lois de la République, en prônant la voie du dialogue et en œuvrant à la recherche de solutions idoines, au mieux de l'intérêt général".  Apres avoir réaffirmé leur "soutien absolu" au programme du président de la République et leur "appui total" au gouvernement, ils se sont dits convaincus de la volonté de l'exécutif "d'œuvrer à une prise en charge adéquate de ces préoccupations".  Les trois groupes parlementaires qui ont invité les ministères concernés à être à l'écoute et à prôner le dialogue, ont estimé que "l'engagement pris pour la mise en œuvre du programme du président de la République, ayant permis à l'Algérie de relever plusieurs défis, et à leur tête le rétablissement de la sécurité et de la stabilité, exige l'adhésion à ce programme et l'appui de ses objectifs nationaux", d'où la nécessité de "classer les priorités pour faire face aux multiples défis auxquels le pays est confronté".                  


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire