mercredi 10 janvier 2018

Promotion de Tamazight : les deux décennies de progrès

La question Amazighe reste toujours d’actualité en Algérie. Force est de constater, cependant, que cette question a évolué remarquablement depuis les deux dernières décennies. La toute dernière mesure prise en faveur de la promotion de la langue et de la culture amazighes est la consécration du Nouvel an Amazigh, Yennayer comme journée nationale chômée et payée.le Président Abdelaziz Bouteflika a annoncé,a l'occasion du du Conseil des ministres du 27 décembre 2017 sa décision de consacrer Yennayer journée chômée et payée dès le 12 janvier 2018. D’autres réformes ont été menées, par le passé, pour donner à Tamazight la place qui lui sied dans la société algérienne. En effet, depuis la moitié des années 90, une nouvelle démarche politique est empruntée dans le traitement de cette question mettant, ainsi, fin à des années d’exclusion. De la Création du HCA… Un premier pas marquant cette politique d’ouverture et de reconnaissance a été concrétisée par la création du Haut Commissariat à l’Amazighité (HCA) le 27 mai 1995, Cet organisme Etatique (HCA) est la première institution officielle dans le Maghreb «chargé de la réhabilitation de l’amazighité et de la promotion de la langue amazighe». … à la constitutionnalisation de Tamazight Sur le plan Constitutionnel, des amendements avaient été apportés. A la faveur de la révision constitutionnelle de 1996, l’amazighité avait été reconnue comme composante de l’identité nationale aux côtés de l’arabité et de l’islamité. En 2002, l’Algérie reconnait, pour la première fois, Tamazight comme langue national et l’inscrit dans sa Loi fondamentale sur décision du Chef de l’Etat M. Abdelaziz Bouteflika. 14 ans plus tard et dans le cadre de la révision constitutionnelle de 2016, Tamazight est hissée au stade de langue nationale et officielle. L’article 4 de cette nouvelle constitution stipule que «Tamazight est également langue nationale et officielle». En plus de l’officialisation de cette langue, la Loi fondamentale du pays note que «L'Etat œuvre à sa promotion et à son développement dans toutes ses variétés linguistiques en usage sur le territoire national». Elle prévoit, également, la création d’une «Académie algérienne de la langue Amazighe, placée auprès du Président de la République. L'Académie qui s'appuie sur les travaux des experts, est chargée de réunir les conditions de la promotion de Tamazight en vue de concrétiser, à terme, son statut de langue officielle». Pour la concrétisation de cet article, un Conseil interministériel consacré à la dynamisation de l'enseignement de Tamazight et à la préparation du projet de loi organique portant création d'une Académie algérienne de la langue Amazighe, a été réuni par le Premier ministre lundi dernier. Enseignement de Tamazight, un défi à relever La promotion de l’Amazighité dans les textes de loi s’est accompagnée également par un processus de son introduction dans l’enseignement durant les deux dernières décennies. Une commission mixte a été créée, dans cette perspective entre le Haut commissariat à l’Amazighité (HCA) et le ministère de l’Education nationale en 1998. Vingt ans après la création de cette Commission, Tamazight est actuellement enseignée dans 38 wilayas et le ministère de l’Education compte «rajouter une dizaine pour la prochaine rentrée scolaire».  La ministre de l'Education nationale avait indiqué, récemment, que le nombre d'élèves qui étudient la langue amazighe a atteint durant l'année 2017-2018 près de 350.000 élèves au niveau de ces 38 wilayas du pays encadrés par 2.757 enseignants. Rappelant que la langue amazighe avait été introduite dans l'université en 1990, elle a précisé que jusque-là 6.029 étudiants ont obtenu des licences en langue amazighe et 130 autres ont obtenu le master et le doctorat. En plus du secteur de l’éducation, d’autres départements ministériels se sont impliqué dans la promotion de la culture Amazigh. Le ministère de la culture a, dans ce cadre, pris plusieurs initiatives pour faire rayonner la culture Amazigh et promouvoir l’art et l’édition d’expression berbère. Le département de M. Azzeddine Mihoubi a consacré l’année 2018 pour célébrer «le patrimoine culturel Amazigh». Tamazight, un moyen de communication Dans le secteur de la communication, l’engagement en faveur de la promotion de la langue amazigh s’est concrétisé par l’ouverture de médias en Tamazight et par la généralisation de l’utilisation de cette langue. La radio Algérienne qui disposait de Chaines d’expression Amazigh, à l’instar de la «Chaine II» et de la «radio Soummam», a crée une nouvelle station à Tizi Ouzou. Elle a également veillé à une utilisation équitable de la langue Amazigh dans ses variantes locales au niveau de ses stations régionales. En 2009, la Télévision algérienne a lancé une Chaine de télévision d’expression amazihe. A partir de 2011 cette chaîne TV a entamé la diffusion sans interruption de ses programmes. Dans ce sillage, l'Agence nationale Algérie Presse Service (APS) avait lancé en mai 2015, à l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, un site web d'informations générales multimédia en langue tamazight, décliné dans trois caractères (arabe, tifinagh et latin). Discours du président de la République donné en 2002 (Extrait) Pour rappel, le chef de l’Etat a, pour la première fois, évoqué la constitutionnalisation de Tamazight en tant que langue nationale et officielle dans son discours donnée il y a 14 ans lors de son premier mandat dans meeting populaire à Ghardaia le 12 mars 2002 soulignant que sa "décision émanant d’une position de principe et dictée par le devoir sacré et qu’elle est prise par conviction à l’objet de consolider l’unité nationale". 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire