vendredi 19 janvier 2018

Les marins-pêcheurs dénoncent les «criminels de la mer»

Taha Hammouche, Directeur général de la pêche et de l’aquaculture (DGPA), avait effectué à l’abri des caméras, mercredi dernier, une visite à la partie ouest du littoral de la wilaya de Tipasa afin de s’enquérir de l’état du secteur de la pêche et de rencontrer les différentes catégories des gens de la mer. Moult difficultés empoisonnent l’activité maritime et le quotidien des marins-pêcheurs. Les raisons avaient été évoquées lors d’une séance de travail organisée à l’Ecole de formation des techniques de la pêche et de l’aquaculture (EFTPA) de Cherchell. Le déballage avait eu lieu lors de la rencontre du DGPA avec les armateurs et les pêcheurs. La pollution de la mer et du littoral, l’augmentation des charges, l’absence des contrôles qui encouragent les dérives, notamment la pêche à l’explosif et l’utilisation des filets criminels à la mer, la corruption, l’incivisme des professionnels de la mer, l’inexistence d’une organisation représentative des gens de la mer, l’absence d’une collaboration efficace entre l’administration et les marins-pêcheurs, la sécurité individuelle des équipages, le manque de respect du repos biologique, l’absence d’une relation entre les pêcheurs et les scientifiques : autant de thèmes qui avaient été à l’origine d’un débat. Taha Hammouche avait pris acte des interventions, sachant que l’objectif de ses déplacements consiste d’abord à débroussailler le terrain miné du secteur de la pêche et de l’aquaculture, mais surtout sensibiliser les professionnels de la mer à s’intégrer et s’organiser pour mieux prendre en charge leurs préoccupations. Saisissant l’opportunité de la présence du 1er responsable du secteur de la pêche, les marins-pêcheurs ont dénoncé «les criminels de la mer impunis», qui continuent à «massacrer» la faune et la flore marines.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire