mardi 9 janvier 2018

Asile politique en France : Demandes en hausse des Algériens

Plus de 2400 Algériens ont déposé des demandes d’asile politique en France, selon l’agence AFP. Ils sont donc 24% de plus à avoir déposé des demandes d’asile politique auprès de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), ceci, en comparaison avec les chiffres de l’Ofpra de 2016. Selon le même organisme, en 2017, la France a enregistré au total 100 412 demandes d’asile, selon des chiffres dévoilés hier par Pascal Brice, directeur général de l’Ofpra, l’organisme chargé d’accorder la protection aux réfugiés, cité par la presse française. Selon ce responsable, il s’agit d’un niveau «historique», mais aussi d’une hausse notable de 17% par rapport à l’année précédente. En comparaison, la progression était de 6,5% en 2016, selon le même office. Le nombre des demandes ayant reçu un avis favorable, autrement dit le nombre des demandeurs d’asile devenant réfugiés, a toutefois baissé, passant de 38% en 2016 à 36% l’an dernier, dont 27% accordés par l’Ofpra (soit près de 43 000 personnes), le reste provenant des recours devant la cour d’appel (CNDA). Le tableau de la demande d’asile en 2017, publié par l’office, se distingue par une forte progression des ressortissants de pays d’Afrique de l’Ouest, notamment des Ivoiriens, dont le nombre a plus que doublé (3243). La hausse concerne aussi les ressortissants de la République démocratique du Congo (+15% à 2941). En 2017, le premier pays d’origine des demandeurs d’asile a été l’Albanie, avec 7630 demandes (hors mineurs accompagnants), soit une hausse de 66%, selon la même source. L’Afghanistan est le deuxième pays d’origine des demandeurs d’asile politique. Ce pays a représenté 5987 demandes (+6%). Viennent ensuite les ressortissants d’Haïti (stable à 4934), puis les Soudanais (-24% à 4486), et les Guinéens qui ont été 3780 à solliciter l’asile (+62%). L’Ofpra a pris en 2017 plus de 115 000 décisions, en hausse de près de 30% par rapport à 2016, ce qui constitue un record historique depuis que la quasi-totalité des demandeurs d’asile ont droit à un entretien à l’Ofpra. Le délai moyen d’attente pour les demandeurs à l’Ofpra est tombé à près de 3 mois (114 jours), deux fois moins qu’en janvier 2015 (7,4 mois, soit 226 jours). Cet organisme poursuit ses efforts pour atteindre en 2018 l’objectif des 2 mois le concernant «dans le strict respect des droits de chaque demandeur, en veillant à l’expertise des officiers de protection et à la qualité de l’accompagnement des demandeurs d’asile par le monde associatif et les travailleurs sociaux». L’Ofpra exerce des missions essentiellement liées à l’instruction des demandes de protection internationale sur la base des conventions de Genève du 28 juillet 1951 et de New York du 28 septembre 1954 et du Ceseda. L’organisme se charge également de la protection juridique et administrative à l’égard des réfugiés statutaires, des apatrides statutaires et des bénéficiaires de la protection subsidiaire, ainsi qu’une mission de conseil dans le cadre de la procédure de l’asile à la frontière.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire