dimanche 10 décembre 2017

L’Afrique face aux défis des conflits armés, du terrorisme et du trafic des migrants

Plus d’une cinquantaine de responsables africains des services de sécurité et d’experts internationaux prendront part, aujourd’hui et demain à  Oran, à une conférence de haut niveau organisée par l’Union africaine et consacrée à la lutte contre le terrorisme dans le continent. Pour les participants, dont l’Algérie, qui aura à partager son expérience dans le domaine, il est question de trouver des réponses effectives et durables pour lutter contre le phénomène du terrorisme auquel sont confrontés de nombreux pays africains, déjà lourdement affectés par les phénomènes de prolifération de trafic d’armes, de drogue et même de la traite des humains, notamment avec l’apparition de nombreux cas d’esclavage auxquels ont été soumis des migrants africains en Libye. Au cours des travaux, il est question pour les Etats membres de l’Union africaine de s’entendre sur  une «vision commune sur les défis réels en matière de lutte contre le terrorisme et sur les moyens à même de permettre une lutte efficace et durable contre le terrorisme et la radicalisation». Tous les spécialistes s’accordent à dire que la lutte antiterroriste ne peut être exclusivement militaire; elle doit prendre en charge plusieurs aspects liés aux sources qui génèrent le phénomène de l’extrémisme, à savoir les volets idéologique, économique, social et culturel. Si le commissaire de l’Union africaine pour la sécurité et la paix, Smail Chergui, met l’accent sur les menaces terroristes sur la stabilité des pays africains et  insiste sur le volet de la coopération sécuritaire et l’échange d’expériences, notamment celle de l’Algérie, pour faire face à ce fléau, le directeur du Centre africain d’étude et de recherche sur le terrorisme (Caert) aborde la question liée aux sources qui génèrent l’extrémisme et la violence, particulièrement, l’idéologie  et plaide pour un travail de proximité en direction de la communauté des religieux, des imams et des prédicateurs africains.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire