lundi 4 décembre 2017

Des partis dénoncent le rejet des recours

Nous ne sommes pas dans un Etat de droit et, par conséquent, la justice n’est nullement indépendante.» C’est par cette phrase assassine que des responsables de partis politiques ont exprimé leur consternation quant au verdict rendu par les chambres administratives chargées d’étudier les recours déposés après l’annonce des résultats préliminaires des élections locales du 23 novembre dernier. Tous les recours déposés par plusieurs formations politiques ont connu un rejet catégorique. C’est le cas notamment du PT dirigé par Louisa Hanoune, du RCD de Mohcine Belabbas et du MSP, présidé par Abdelmadjid Menasra. Ces entités dénoncent l’alignement de la justice sur l’administration. Il y a eu, s’indigne Taazibt du PT, un rejet quasi général des recours de tous les partis. Il rappelle les propos tenus par le président de la Haute instance de surveillance des élections lors des dernières législatives, à savoir la confirmation par la justice des décisions prises par l’administration. «Nous sommes dans cette configuration. La justice dans notre pays suit les décisions de l’administration et, cette fois encore, elle n’a pas dérogé à cette règle. Nos recours ont été rejetés dans leur ensemble. Ainsi, la justice a confirmé les résultats de la mascarade du 23 novembre», note cet élu. Le PT a présenté des dizaines de recours dans plusieurs wilayas. «Si l’Etat était assez fort, il aurait annulé les résultats du scrutin qui n’ont rien à voir avec les élections. Ce sont des hold-up électoraux», note-t-il, déplorant au passage la contribution de plusieurs acteurs à cette mascarade, notamment l’argent sale, les partis de l’allégeance, la Haute instance de surveillance des élections, l’administration et enfin le bourrage des urnes qui a été utilisé, selon l’élu, comme une arme fatale. Un scrutin hypothéqué De son côté, le MSP crie au scandale. Son président, Menasra, conçoit mal que la justice en 2017 peine à être indépendante et cautionne la violation des droits des citoyens. «On ne se faisait pas d’illusions quant au verdict des chambres administratives, mais cette fois-ci la fraude était flagrante à tous les niveaux. C’était trop. Il y a un mécontentement généralisé en raison de l’alignement de la justice sur l’administration», condamne Menasra. Tous les recours déposés par ce parti ont été rejetés. Certains ont été jugés irrecevables sur la forme et d’autres rejetés pour non-fondement. A Oran, tous les recours, 64 au total, déposés, y compris ceux du RND, ont été rejetés par la justice. De même à Annaba et Ouargla où les tribunaux administratifs ont confirmé les résultats préliminaires en faveur du FLN. «A Oran, comme à Annaba ou Ouargla et dans d’autres wilayas, nous sommes revenus à l’ère du parti unique», ironise le patron du MSP. Toutefois, les résultats des premiers recours ne sont pas surprenants pour le RCD qui estime que le juge administratif est loin d’être indépendant et là se pose le problème de l’Etat de droit. «L’administration a violé les règles fondamentales du vote. Les résultats du scrutin sont hypothéqués», dénonce Fella Sadat. Rappelons que les partis ayant contesté l’opération de vote ont introduit des recours auprès de la commission électorale de wilaya composée de trois magistrats qui siègent au niveau de la cour. Si la commission rejette les recours, les partis se retournent vers les chambres administratives. Ces dernières, selon les partis, ne contredisent jamais la commission et encore moins l’administration, confirmant la plupart du temps les résultats préliminaires rendus publics par les pouvoirs publics. «Tant que nous n’avons pas une instance indépendante qui se charge de l’organisation et du contrôle du scrutin, les élections ne seront ni libres ni transparentes en Algérie», affirment des responsables de partis politiques. A préciser qu’une fois les résultats des recours connus, on procède, dans les 72 heures qui suivent, à l’installation des présidents d’APC et APW, et le ministère de l’Intérieur rendra public un communiqué relatif aux résultats officiels des élections locales du 23 novembre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire