samedi 11 novembre 2017

On vous le dit :

L’administration s’invite dans l’arène de la campagne électorale à Tipasa Compte tenu de la morosité de la campagne électorale, l’incapacité des formations politiques à convaincre les citoyens à aller aux urnes pour accomplir leur devoir, la présence des candidats qui traînent des casseroles, sur les affiches, d’une part, et d’autre part, le désintérêt total des familles affiché à l’égard de l’échéance électorale du 23 novembre 2017, l’administration de la wilaya de Tipasa s’est auto-invitée dans l’arène depuis jeudi dernier jusqu’au 22 novembre, afin de booster la campagne électorale. Le spectre de l’abstention suscite des craintes. En effet, la wilaya de Tipasa avait mobilisé des moyens matériels et humains, notamment quatre bus, plusieurs véhicules et les associations qui relèvent des directions de la jeunesse et des sports, de la culture et de l’action sociale. Cette caravane, qui avait été construite en un laps de temps record, s’est illustrée en mettant en avant des slogans créés par la cellule communication de la wilaya : «Démocratie participative locale est la force de propositions des citoyens» ; «Démocratie participative locale est l’implication du citoyen» ; «Démocratie participative locale pour une meilleure proximité». Les membres des différentes associations, y compris ceux du CRA, se dispersent dans chaque localité à la rencontre des familles et des citoyens pour les convaincre d’aller voter. Le civisme d’une citoyenne anonyme Mercredi dernier, à quelques encablures du barrage fixe des policiers du Chenoua (Tipasa), en allant à pied vers son domicile, dans la direction ouest, une citoyenne anonyme trouve un permis de conduire appartenant à un citoyen de Tipasa et une somme d’argent de 4000 DA. La citoyenne, après avoir récupéré le document et l’argent perdus, est revenue sur ses pas pour les remettre aux éléments de la Sûreté nationale en faction au barrage fixe de Chenoua. L’un des policiers venu du siège de la sûreté de wilaya de Tipasa a récupéré les objets perdus. En réponse à notre question, l’officier de police nous dit : «J’ai reconnu le titulaire du permis de conduire. Nous allons prendre attache avec lui pour lui remettre son argent et son permis de conduire.» Le civisme de la citoyenne anonyme, qui vit quelque part dans une zone rurale aux alentours de la ville de Tipasa, a été hautement apprécié. Nous quittons le barrage de la police avec ce beau geste rare de cette Algérienne, qui a replongé dans l’anonymat. Un bureau du FLN à Boudouaou incendié Dans la nuit du mardi à mercredi derniers, un incendie a ravagé une permanence FLN au centre-ville de Boudouaou, à l’ouest de Boumerdès. C’est le matin du 8 novembre que les militants de ce parti ont trouvé le lieu noirci par les flammes que les éléments de la protection civile avaient réussi à éteindre. Tout le mobilier a été ravagé. Selon un responsable local du parti i, il s’agirait d’un incendie criminel. Le local, qui servait de bureau, avait été loué auprès d’un privé. Il s’agit là d’un premier incident ayant émaillé la campagne électorale, assez terne du reste, où l’affichage sauvage a dépassé les bornes, au point que des emplacements ont été squattés délibérément au vu de l’ampleur du phénomène. L’univers du créateur de Tintin aux enchères         Des lithographies, des journaux, des albums rares, des figurines et surtout quelques oeuvres originales d’Hergé, le   créateur de Tintin, seront mis aux enchères le 18 novembre à Paris. Clou de la vente, organisée par la maison Artcurial, un dessin en couleurs signé Hergé pour la couverture du journal le Petit Vingtième publié le 14   février 1939. Cette œuvre, à l’encre de Chine et aquarelle, est estimée entre 600 000 et 800 000 euros. Le dessin (20,50 x 21 cm) représente Tintin et Milou se faisant escorter par un majordome au palais royal de Syldavie, le royaume (imaginaire) du «pélican noir». Il s’agit évidemment d’une illustration pour «Le Sceptre d’Ottokar», publié à l’époque en feuilleton en noir et blanc (d’août 1938 à août 1939) dans les pages du Petit Vingtième, supplément hebdomadaire pour la jeunesse du journal conservateur catholique belge Le Vingtième siècle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire