mercredi 8 novembre 2017

«On aurait pu éviter la crise s’il y avait eu une gestion efficace»

Voter pour le  FLN et le RND, c’est voter pour ceux qui ont ruiné le pays et mené l’Algérie à la dérive», a martelé, d’emblée, hier, Mohcine Belabbas, président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), à Draâ El Mizan, où il a entamé son périple électoral dans la wilaya de Tizi Ouzou. «Nous avions déjà averti les décideurs sur les conséquences de la chute des prix du pétrole», a-t-il ajouté tout en précisant que cela découle inévitablement d’une gestion hasardeuse, dénuée de toute forme de transparence et d’efficacité. «S’il y avait eu une gestion efficace depuis plusieurs années, on aurait pu éviter la situation  dans laquelle se morfond actuellement le pays», a-t-il asséné. Le leader du RCD a ainsi mis l’accent, dans son discours, sur les multiples difficultés auxquelles sont confrontés les citoyens, notamment l’inévitable inflation qui touche le pouvoir d’achat des ménages. «Un gouvernement qui recourt à la planche à billets, c’est un gouvernement qui a échoué», a-t-il laissé entendre avant de prendre son bâton de pèlerin vers la daïra de Boghni, toujours au sud de Tizi Ouzou, où il a également rencontré la société civile de la région. Là aussi, le président du RCD a rappelé les grands axes du programme de son parti comme il a mis en exergue quelques orientations données aux élus de son parti ayant déjà eu à gérer des APC. «Notre parti a toujours accompagné ses élus, qui ont démontré qu’on peut développer nos communes. Et ce, à travers une gestion solidaire tout en associant les représentants de la société civile dans la prise de décision. Cette démarche dénote une transparence dans la prise en charge des préoccupations des citoyens. Elle permet aussi aux élus d’arracher des projets d’investissement afin de générer des ressources pour la commune et créer des postes d’emploi», a-t-il souligné, tout en illustrant ses propos avec l’exemple de Hadjeret Ennous, qui était une municipalité pauvre avant de connaître un véritable développement local, et ce, a-t-il indiqué, grâce au dévouement des élus RCD qui sont à la tête de cette APC depuis 2007. «Cette commune a connu un grand changement, surtout avec la création de projets d’investissement qui génèrent beaucoup de ressources. Donc, on peut facilement avoir les moyens de rendre sa commune autonome sur le plan financier, sans attendre les budgets de l’Etat», a-t-il insisté. Et de se diriger vers Aïn El Hammam, où il a également rencontré les citoyens de cette localité. Devant la permanence électorale de sa formation politique, M. Belabbas a appelé à la mobilisation des citoyens autour du programme du RCD, qui plaide, a-t-il promis, pour le dégel des projets structurants dont a bénéficié la wilaya de Tizi Ouzou. «Le pouvoir continue à pousser le citoyen à se désintéresser de la vie politique, tout en lui présentant un tableau noir de la situation du pays. Cela incite surtout la classe juvénile à prendre la fuite vers des cieux plus cléments», a-t-il dit. L’orateur a cité, au passage, le phénomène des harraga qui ne cesse de prendre de l’ampleur en Algérie. «Notre discours est un message d’espoir», a-t-il insisté. Par ailleurs, notons que Mohcine Belabbas, accompagné, entre autres, des députés Yacine Aissioune, Mohand Arezki Hamdous et Hamid Aït Saïd ainsi que Malik Hassas, tête de liste APW, Mohamed Ameziane Acherfouche et Mohand Akli Aoudj, candidats à la même assemblée, a poursuivi sa sortie vers les daïras de Larbaâ Nath Irathen, Tizi Rached, Mekla et Bouzeguène. Il continuera son périple, aujourd’hui, à Azazga, Azeffoun, Tigzirt, Ouaguenoun, Beni Douala et Maâtkas.    

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire