mercredi 29 novembre 2017

L'économiste, Mohamed Chérif Belmihoub : seules des enquêtes « géantes, empiriques et sérieuses» permettront d'évaluer le marché informel

S’exprimant, mercredi, a l’émission L’Invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio Algérienne, le professeur en économie, Mohamed Chérif Belmihoub estime que l’article relatif à l’impôt sur la fortune, qui a été rejeté par les députés, n’a pas été « bien préparé », donnant à ces derniers, un argument quant à la difficulté de le mettre en œuvre. Selon lui, il aurait été plus judicieux d’améliorer le rendement de l’impôt sur le patrimoine, d’autant, dit-il, que celui-ci est habituellement investi dans le patrimoine personnel de l’entrepreneur et non dans celui de l’entreprise. Revenant à l’administration fiscale, jugée « archaïque » dans son fonctionnement et ses bases de données, l'économiste considère que sa réorganisation restant largement  tributaire de celle de l’administration générale, en tant qu’ « ossature de l’Etat », demanderait à être réformée dans son ensemble. A propos des recettes engrangées par cette administration, dont 42% proviennent des ponctions sur les revenus, à raison de 34% sur les salaires (IRG) et 8% sur les bénéfices des sociétés (IBS), il observe qu’il s’agit là d’une situation  « anormale », d’autant que, relève-t-il, les impôts sur l’activité « rapportent moins ». Commentant, d’autre part, la place que continue d’occuper l’informel dans l’économie, M. Belmihoub estime que seules des enquêtes « géantes, empiriques et sérieuses», menée sur le terrain, sont à même de l’évaluer précisément. Quand, déclare-t-il, le gouvernement ne contrôle que quelques segments de l’économie et que les autres sphères échappent totalement à son contrôle, ces dernières ont tendance à s’élargir de plus en plus. Pour réussir la lutte contre la corruption et cette économie parallèle, l'invité appelle à s’inspirer les expériences entreprises à ce titre dans des pays d’Amérique latine. 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire