samedi 14 octobre 2017

Santé publique : Le Snpsp sera reçu au ministère le 17 octobre

Le syndicat national des praticiens de santé publique (Snpsp) sera reçu le 17 octobre prochain au ministère de la santé, annonce le syndicat. Les représentants du Snpsp seront reçus, dans le cadre « du dialogue et concertation » promis par le ministre actuels, autour de la plateforme de revendication qui s’articule sur les condition de travail et la carrière des praticiens. En juillet dernier, le Snpsp a annoncé le gel du mouvement de protestation enclenché au début de l’année et que le syndicat comptait reprendre vu l’état de «déliquescence» du système de santé.  A l’issue de son conseil national tenu avant-hier, le Snpsp a maintenu la session de ce conseil ouverte, afin de décider de la suite à donner au mouvement de protestation. Des assemblées générales ont été tenues à travers les structures du syndicat pour mettre en place le calendrier de la protestation. Le syndicat exprime depuis plusieurs mois  des préoccupations concernant le «statu quo» dans lequel se trouvent plusieurs dossiers décisifs pour la corporation. Le département de Hasebellaoui est donc interpellé sur les conditions d’exercice des médecins.   Entre la situation de sous effectifs et le manque de moyens de prise en charte, le Snpsp exige des solutions d’urgence.    Le Snpsp  qui  dénonce son exclusion de toute concertation sur « les questions engageant l’avenir du secteur » réclame  à  être reconnu comme partenaire social et d’être ainsi  associé dans l’élaboration de la nouvelle loi sanitaire. Le Snpsp réclame aussi la création d’une indemnité pour les réquisitions pour les examens de fin d’année et la période électorale ainsi que l’installation des représentants de ce syndicat dans les différents comités nationaux, notamment ceux en relation avec la carrière professionnelle.  le syndicat revendique en outre l’application de l’accord portant  sur  la révision du statut de praticien de la santé publique, la préservation du reliquat d’ancienneté et  la mise en place de l’arrêté interministériel consacrant le droit à l’alignement après une formation supplémentaire entre l’ancien et le nouveau diplôme.    

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire