lundi 9 octobre 2017

On vous le dit

Le premier Smart bus mis en exploitation depuis Ghardaïa Symboliquement et coïncidant avec la visite du ministre des Travaux publics et des Transports, la mise en circulation du premier Smart bus algérien a été organisée à partir de Ghardaïa. Il reliera le M’zab à Tamanrasset, soit une distance de 1600 km. Bus de nouvelle génération, équipé d’un système de géolocalisation, d’un réseau internet wifi à haut débit, d’une plateforme de recharge du crédit pour les trois opérateurs de téléphonie mobile, d’un terminal de paiement électronique pour la vente des billets, d’un micro-onde et d’un réfrigérateur, il représente le haut standard en matière de confort et de sécurité routière. «C’est le premier bus de cette classe. Il y en aura en tout 400 qui seront opérationnels sur les quatre TV- Centre, TV- Est, TV- Ouest et TV- Sud», a indiqué à la presse Abdelghani Zaâlane, ministre des Travaux publics et des Transports. «Ce genre de bus, notamment son système de géolocalisation, permet de surveiller à distance le nombre de kilomètres effectués par chaque chauffeur et ainsi de les contraindre au repos lorsque la limite autorisée est atteinte. Le bus est aussi équipé d’un système de limitation de vitesse, une espèce de bride-moteur, qui empêche tout chauffeur de faire de la vitesse», a aussi déclaré le ministre, qui s’est réjoui de cette nouvelle acquisition pour remplacer les vieux bus. Il ajoutera que «plus de 90% des accidents sont dus au facteur humain et seuls 30% à diverses raisons, soit mécanique ou autre. Ce genre de véhicule permettra, à ne point douter, de réduire très sensiblement le nombre d’accidents». Simple activité ministérielle pour le Grand Sud Annoncée en grande pompe avec la présence de plusieurs invités de marque et de la presse, l’ouverture de la saison du tourisme saharien a été finalement réduite à une simple activité ministérielle. Hassen Mermouri, ministre du Tourisme et de l’Artisanat, a effectué, vendredi dernier, un déplacement à Tamanrasset avec une délégation réduite. Selon ses déclarations, les pouvoirs publics sont déterminés à accompagner les opérateurs pour relancer cette destination. Mais la déclinaison d’objectifs globaux stratégiques en objectifs opérationnels est indispensable. La saison touristique du Sud éprouve beaucoup de difficultés depuis quelques années. Les agences qui survivent tant bien que mal font grise mine. Des analystes estiment que malgré ses potentialités considérables, il continue de dépendre de la situation sécuritaire et du contexte géopolitique. Traditionnellement dirigé vers une clientèle occidentale, il est à l’agonie.   Un projet présidentiel bâclé à Blida ! Le lycée Ibn Rochd de Blida, autrefois considéré comme un symbole de lumière et de savoir de toute la région du centre du pays, où de grandes personnalités y ont poursuivi leurs études, à l’instar de Abane Ramdane, se dégrade de jour en jour. Et pourtant, une opération de sa réhabilitation a été engagée il y a quelques années. Les travaux sont finis et leur réception a été approuvée. Toutefois, de graves carences sont à signaler. Des plafonds qui s’effondrent, omniprésence de malfaçons… Les travaux ont pourtant coûté la bagatelle de 17,4 milliards de centimes. Ce constat désolant risque de créer un danger aux élèves. Le wali de Blida, Layadhi Mostefa, a, lors du récent conseil de wilaya, demandé une expertise des travaux et mis en demeure les deux parties concernées (bureau d’études et entreprise réalisatrice) de reprendre les travaux conformément aux normes. «Sinon, une poursuite judiciaire sera engagée envers les auteurs concernés». La mue du lycée en question est qualifiée de véritable fiasco. Et dire qu’il s’agit d’un projet du président de la République ! Salon de revalorisation des déchets La deuxième édition du Salon international de la récupération et de la valorisation des déchets «Revade» se tiendra à partir d’aujourd’hui et jusqu’au 12 octobre au Palais des expositions (Alger). Dédié à la collecte, au tri, au transport, au traitement, à la valorisation et au recyclage des déchets, ce Salon est organisé par la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (CACI), en collaboration avec l’Agence nationale des déchets (AND) et la Safex. La réduction des ressources financières extérieures de l’Algérie incite à rechercher de nouvelles voies et de nouveaux moyens pour contribuer à la substitution de la production locale aux importations, pour exploiter au maximum les ressources productives disponibles en Algérie, notamment par la récupération et le recyclage des déchets et pour encourager l’investissement dans les nouvelles activités et la création de nouvelles entreprises. Il existe environ 10 entreprises privées qui activent dans la récupération et la valorisation des pneus usagés et réalisent principalement des tapis de routes et du granulat dont le marché reste très prometteur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire