dimanche 15 octobre 2017

On vous le dit

Des routes colmatées à Chlef  grâce à Mme Benghabrit   Il a fallu attendre la visite de la ministre de l’Education, Nouria Benghabrit, prévue aujourd’hui  à Chlef, pour que les autorités locales daignent enfin ordonner le colmatage des routes en mauvais état dans la commune du chef-lieu de wilaya. L’opération a,comme il fallait s’y attendre, touché principalement les axes que devra emprunter la ministre.  Ainsi, les crevasses qui parsèment le boulevard principal de haï Nasr ont pu être provisoirement colmatées. Les habitants de cette agglomération avaient pourtant  attiré, à plusieurs reprises, l’attention des responsables sur ces trous béants entravant continuellement la circulation, mais leurs doléances sont restées lettre morte. Alors, combien faudra-t-il de visites ministérielles dans la région pour que les routes défoncées et les trottoirs malmenés retrouvent leur état normal ? A signaler par ailleurs que notre journaliste à Chlef n’a pas été convié officiellement par les services de la wilaya à couvrir la visite de Mme Benghabrit, à l’instar des autres confrères. Une attitude incompréhensible et condamnable qui n’honore pas ses auteurs. Foule au 2e Salon de l’emploi de MBI Sétif Lancé l’année dernière,  en partenariat  avec World Learning Algeria, l’Institut MBI de Sétif a réussi à organiser la 2e édition du Salon de l’emploi, dédié aux diplômés de l’université. Selon les chiffres de l’Office national des statistiques (ONS) et de l’Organisation internationale du travail (OIT), le chômage des universitaires a atteint 17,5%, contre une moyenne nationale de l’ordre de 12,5%. Les résultats  de la première expérience  ont boosté  la participation à la nouvelle  étape, tenue à la maison de la culture de la capitale des Hauts-Plateaux. L’espace a été  envahi par plus de  1000 participants demandeurs d’emploi, et une trentaine  d’entreprises et d’organismes à fort potentiel en termes de recrutement. «Le centre de carrière de MBI forme les étudiants aux nouvelles techniques d’emploi par l’accès gratuit à la plateforme en ligne de recherche et demande d’emploi Souktel. La présente rencontre tend à jeter de nouvelles  passerelles entre  les organismes de formation et les jeunes diplômés», souligne, non sans fierté,  Mohamed Yahiaoui, le patron de MBI. Condor Electronics poursuit son envol Le fabricant algérien des produits électroniques, électroménagers et multimédia, Condor Electronics, poursuit son envol vers d’autres cieux avec sa nouvelle participation au Gitex de Dubaï. En effet, il a participé au Salon Gitex 2017, qui s’est tenu au World Trade Centre de Dubaï du 8 au 12 octobre 2017. Un rendez-vous incontournable des professionnels des technologies et du numérique, que la société Condor Electronics n’a pas raté, en marquant sa présence. Un Salon international où se côtoient plus de 3700 entreprises venues de plus de 60 pays et qui draine plus de 146 000 visiteurs. Sur le stand Condor Electronics, d’une superficie de 27 m², les visiteurs du Salon ont découvert les dernières innovations et produits Made in Algeria sur sa gamme en électronique, IT et TV à la pointe de la technologie et certifiés aux normes internationales de qualité et de sécurité les plus strictes. Les plus grands acteurs des domaines des nouvelles technologies et de l’électronique étaient présents à cette nouvelle édition du Gitex, et Condor a profité de cette opportunité pour promouvoir son savoir-faire et créer de nouveaux liens en vue de profiter de nouvelles occasions. L’investissement français et le député RND Lors de sa visite, jeudi à Blida, Xavier Driencourt, ambassadeur de France en Algérie, a eu des entretiens avec Abdelkader Taieb Ezzraïmi, député RND à Blida et PDG du groupe SIM. «Les échanges ont été fructueux avec Taieb Ezzraïmi, président du groupe SIM, à l’occasion de la visite de l’ambassadeur», peut-on lire sur le site internet de l’ambassade de France en Algérie. «La visite de Xavier Driencourt à Blida demeure une énième opportunité pour booster le partenariat économique entre les opérateurs des deux rives de la Méditerranée. En tant que député, il est de mon devoir de promouvoir l’investissement étranger à Blida et dans toute l’Algérie. Nous avons discuté d’éventuels projets de développement, surtout dans le domaine agricole», a-t-il déclaré. Et de poursuivre : «Je l’ai même invité à visiter la wilaya de Aïn Defla, laquelle demeure une région aux mille potentialités agricoles. Elle est considérée comme un bassin laitier qui nécessite davantage de développement et un partenariat gagnant-gagnant.»  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire