dimanche 22 octobre 2017

«On travaille pour définir les mécanismes d’aide à la presse»

Le fonds d’aide à la presse fait partie des mesures adoptées par le gouvernement pour permettre aux journaux de surmonter les chocs économiques à venir. Actuellement, on travaille justement pour définir les mécanismes et les conditions d’accès à ce dispositif d’aide aux journaux», a déclaré, hier, le ministre de la Communication, Djamel Kaouane, lors de sa visite dans la wilaya de Tizi Ouzou. Le même représentant du gouvernement a souligné également que la situation que traverse la presse en Algérie est très difficile, précisant que plusieurs titres ont d’importantes redevances impayées au niveau de l’imprimerie. Il a aussi rappelé que plus de 60 journaux ont mis la clef sous le paillasson depuis 2014. «Il y a une soixantaine de titres qui ont cessé de paraître depuis trois ans, mais il est utile de souligner que, durant cette période, pas moins de 30 journaux ont été créés. Nous avons actuellement plus de 150 titres de presse», a-t-il indiqué avant de parler du blocage du support d’information électronique TSA (Tout Sur l’Algérie). «Je n’ai pas d’information sur le blocage de TSA. Même ses responsables n’ont pas fourni plus d’explications sur la situation de leur site qui est, peut-être, liée à un problème avec l’hébergeur», a-t-il expliqué. Evoquant le volet publicité, M. Kaouane a estimé que «l’ANEP permet aux journaux de vivre en dépit de la conjoncture économique actuelle que traverse le pays». «Le chiffre d’affaires de l’ANEP a chuté de 60%», a-t-il également rappelé. Pour ce qui est de la carte de presse, le ministre a indiqué que son département compte assainir le fichier des journalistes professionnels. «Nous veillerons à ce que seuls les concernés soient détenteurs de la carte nationale de journaliste professionnel», a-t-il insisté. «Il y a eu de la complaisance dans la délivrance de quelques cartes nationales de journalistes professionnels. Certains directeurs de journaux ont délivré des attestations de travail à des personnes qui n’ont rien à voir avec la profession», a-t-il révélé. Par ailleurs, notons que lors de sa visite dans la wilaya de Tizi Ouzou, M. Kaouane a procédé à la mise en service de la maison de la presse Malik Aït Aoudia, où 15 titres, dont El Watan, Liberté, El Khabar, l’Expression, El Mohdjahid, Horizons et l’APS ont eu droit à des locaux pour abriter leurs siège des bureaux régionaux. Ensuite, il a déposé une gerbe de fleurs devant la stèle Tahar Djaout et une autre devant le mémorial des journalistes assassinés. Il s’est également déplacé à Tizi Rached, où il a donné le coup d’envoi d’un semi-marathon organisé à la mémoire de Smaïl Yefsah, journaliste assassiné en 1992. Enfin, M. Kaouane a visité le chantier des 100 logements LPA que réalise l’OPGI à Draâ Ben Khedda, et dont une partie est affectée à des journalistes exerçant dans la wilaya de Tizi Ouzou.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire