samedi 14 octobre 2017

Le tri sélectif n’est pas pour demain

Durant les 9 premiers mois de l’année en cours, l’entreprise Extranet, chargée de l’hygiène et du ramassage des déchets dans la capitale, a collecté plus de 457 000 tonnes de déchets ménagers. Cette quantité est appelée, selon les prévisions, à atteindre le chiffre de 615 tonnes de déchets ménagers d’ici le mois de décembre prochain. Opérant dans le tri, le recyclage et la récupération de ces détritus, Extranet annonce dans son bilan avoir collecté 600 tonnes de carton, 60 tonnes de plastique et 27 tonnes de pneus. Il est à signaler qu’Extranet procède au tri sélectif dans 145 points, dont 7 sont spécialement dédiés à ce volet de la gestion des déchets. De son côté, l’entreprise Netcom, chargée de la même mission, a recensé dans son bilan pour la même période 390 000 tonnes de déchets ménagers ramassés. Les bilans des deux entreprises font ressortir une quantité importante de déchets qui est de plus de 850 000 tonnes. Le chiffre fort de ces deux bilans est la quantité importante de pain récupérée qui dépasse les 90 tonnes. Un chiffre qui témoigne certes du grand attachement des Algériens à ce produit phare de notre mode de consommation, mais surtout du gaspillage. Durant le mois sacré dernier, l’entreprise Netcom a déclaré avoir collecté 3 tonnes de pain en 20 jours seulement, et ce, uniquement dans les 26 communes de la capitale. Même si cette quantité a connu une baisse de 25%, elle reste tout de même importante, notamment dans l’insuffisance, voire l’absence, d’industrie de récupération de ce pain rassis. Il faut le signaler, l’investissement dans les déchets peine à être lancé réellement. Les quelques entreprises qui s’y sont mises trouvent plusieurs obstacles dont l’indisponibilité de la technologie nécessaire pour le tri et le recyclage des déchets au niveau local, la cherté des machines importées, ainsi que l’absence des circuits clairs de récupération par matière. Pourtant, l’Algérie gagnerait beaucoup en investissant dans ce type de créneaux. Selon les estimations d’experts, les gains annuels générés par l’opération de tri et de valorisation des déchets s’élèvent à près de 56 milliards de dinars. Conscient de cette valeur ajoutée, le ministère de l’Environnement avait mis en place tout une plan d’action afin de mieux gérer ce volet en prévoyant de créer 146 décharges contrôlées, 180 centres d’enfouissement technique, 32 déchetteries et 29 centres de tri. Signalons également qu’un Algérien génère quotidiennement environ un kilo de déchets ménagers. Le taux de couverture en matière de collecte reste quant à lui insatisfaisant. Il est de l’ordre de 67% en milieu rural et 87% en milieu urbain.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire