dimanche 24 septembre 2017

On vous le dit

Ouverture de la saison du tourisme saharien début octobre Hacène Mermouri, ministre du Tourisme et de l’Artisanat, a annoncé que l’ouverture officielle de la saison du tourisme saharien se fera le 1er octobre prochain à partir de Tamanrasset. S’exprimant sur les ondes de la Radio nationale, il a affirmé que tous les moyens ont été mis en œuvre pour le succès de cette saison, mettant en avant le rôle du comité préparatoire composé de représentants des secteurs concernés par l’activité touristique, à l’instar des ministères des Transports et de l’Intérieur. Il a précisé que la loi permettait aux agences touristiques activant dans le Sud, au nombre de 200, d’exercer leurs activités dans le cadre du tourisme intérieur et extérieur, avant de souligner la nécessité de promouvoir le tourisme interne. Certains experts considèrent le Sahara comme un produit d’appel, c’est-à-dire une porte d’entrée pour accéder au tourisme algérien. C’est par là qu’il faut commencer pour développer la destination Algérie. Cette région du pays est même considérée comme la clef de séduction sur le plan international. L’accent est mis sur le produit de découverte et de rencontre, une démarche qui associe la population locale, qui doit être bénéficiaire du tourisme saharien. Passage réussi pour ASL Airlines France Le vol d’été assuré, pour la première fois, entre Chlef et Paris par ASL Airlines France, a pris fin récemment sur une note positive. La compagnie a promis de revenir l’année prochaine en donnant rendez-vous à sa clientèle. En effet, selon nos informations, la desserte qui s’est étalée sur les mois de juillet et août, à raison de deux rotations par semaine, a suscité l’engouement du grand public, notamment les nationaux établis en France. Elle a connu une fréquentation élevée, malgré la concurrence d’une autre compagnie exploitant la même liaison, précisent nos sources. Et d’ajouter que les quatre vols assurés par les deux transporteurs en direction de la capitale française ont permis tout de même de satisfaire la demande des passagers du centre-ouest du pays transitant pat l’aéroport international de Chlef. Il s’agit notamment de voyageurs des wilayas de Chlef, Aïn Defla, Relizane, Tissemsilt, Tiaret et d’autres régions limitrophes. Pour rappel, cette infrastructure, inaugurée il y a dix ans, accueille sept vols hebdomadaires, dont quatre sur Paris et trois en direction de Marseille. En revanche, il n’y a pas de vols domestiques pour des raisons inconnues. A signaler par ailleurs que l’agence Air Algérie à Chlef, couvrant les wilayas de la région, attend toujours son plan de réhabilitation et de modernisation, décidé pourtant par la compagnie nationale à la mesure du rôle important dévolu à cet aéroport en tant que plateforme stratégique entre Alger, Oran, et les Hauts-Plateaux. Compétition en aéronautique à Blida L’université Saâd Dahleb (Blida 1) accueille et organise, ce lundi 25 septembre, une grande compétition inter-universitaire algérienne en aéronautique. Baptisée «Rocketry», elle demeure, selon les organisateurs, «une première au pays». Elle a été mise au point par «la diaspora algérienne établie au Canada, avec la collaboration des professeurs des universités algériennes», lit-on dans un communiqué de presse émanant de l’université de Blida1. Huit universités algériennes travaillant sur le projet depuis plus d’une année prennent part à cette compétition. Toujours d’après la même source, «le chalenge est de faire vivre à nos étudiants une expérience extraordinaire et enrichissante en ingénierie. Elle saura développer le côté créatif, et surtout compétitif, des futurs cadres du pays, à l’image de ce qui se fait dans les grandes universités du monde». Cette année, la compétition se restreindra à la «simulation, la réalisation et la validation du concept avec des tests sans lancement». Protestation à Laghouat Les fonctionnaires de la direction de l’environnement de la wilaya de Laghouat se disent victimes d’une flagrante dégradation de leurs conditions de travail. Ils se sont rassemblés récemment devant le siège de leur direction pour lancer un véritable cri d’alarme au ministre des Ressources en eau et des Energies renouvelables contre «l’injustice et la hogra», exercées, d’après eux, par leur directeur. «Notre directeur accorde les postes-clés aux fonctionnaires les moins expérimentés. Non à la hogra, non à l’arbitraire et à l’abus de pouvoir. Après épuisement de tous les moyens légaux, nous sommes davantage déterminés à poursuivre notre action jusqu’à la satisfaction de nos revendications», insistent les protestataires.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire