lundi 18 septembre 2017

«Il faut former maintenant la ressource humaine à bien utiliser ce manuel»

- Quelle appréciation font les enseignants du contenu des nouveaux manuels ? Avant de demander l’avis de notre syndicat quant au contenu des nouveaux manuels, il faut se demander si les enseignants qui sont censés travailler avec ces supports sont suffisamment formés, sachant que la majorité des enseignants appelés à travailler avec ces ouvrages viennent tout juste d’être recrutés via le concours. Si une grande partie a suivi une formation d’un mois durant l’été, une partie des nouveaux enseignants figurant sur la liste d’attente n’a même pas eu cette petite formation… Les incohérences seront relevées sur le terrain. Pour notre syndicat, avant de parler des nouveaux manuels, il faut d’abord travailler sur la formation des enseignants. Le Satef revendique depuis plusieurs années la réhabilitation des Instituts techniques de l’éducation ainsi que la généralisation des Ecoles normales supérieures pour une formation de qualité. C’est une condition avant toute autre réforme à entreprendre. - Les nouveaux manuels répondent-ils aux recommandations des pédagogues ? Le Satef est l’un des premiers syndicats à avoir revendiqué la réhabilitation des auteurs algériens. Nos enfants ont le droit d’apprendre les langues qu’ils parlent ; qu’on leur apprenne l’histoire qui les concerne, qu’on leur parle de ce qui les concerne directement… Les nouveaux manuels répondent aux recommandations de la conférence d’évaluation de la réforme qui préconise de réhabiliter la référence algérienne ; reste maintenant à former la ressource humaine à bien utiliser ce manuel. - Comment expliquez-vous la campagne qui vise la ministre à chaque nouvelle décision ? La ministre n’agit pas seule, puisqu’il y a des pédagogues et des spécialistes dans son équipe. Il y a des forces de la société qui revendiquent une école publique de qualité pour que l’école reste uniquement un lieu de science et d’apprentissage, et point de place pour l’idéologie ou la politique. Au même moment, certaines parties activent pour que les questions de l’éduction ne soient pas uniquement du ressort des spécialistes…  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire