jeudi 7 septembre 2017

Biopharm distinguée comme modèle de succès sur le marché africain

L’entreprise pharmaceutique Biopharm, spécialisée dans la fabrication de médicaments génériques, a été distinguée comme modèle de succès sur le marché africain par le London Stock Exchange Group (LSEG), l’organisme britannique qui administre la Bourse de Londres. Le rapport intitulé «Companies To Inspire Africa», rendu public récemment, qui consacre la distinction, s’est basé sur un ensemble de critères objectifs pour opérer sa sélection, tels que le fort taux de croissance, la capacité à créer des emplois, la visibilité sur les marchés mondiaux et la publication de comptes sociaux audités par un cabinet de renom international, signale un communiqué du groupe Biopharm parvenu à notre rédaction. «Sur ces bases, il a sélectionné un ensemble de quelque 350 entreprises privées du continent africain, dont il met en exergue les performances remarquables au cours de la période 2012-2015», note la même source qui estime : «Cette distinction est un témoignage du dynamisme de notre entreprise et de l’engagement personnel qui anime nos équipes de collaborateurs, tout autant que le management de notre entreprise. Elle nous conforte plus que jamais dans notre volonté de renforcer nos positions sur le marché algérien, de même que dans notre capacité à tirer bénéfice des perspectives de croissance qui s’ouvrent à l’échelle des marchés africains.» L’organisme londonien affirme dans son rapport que cette distinction, qui confirme une fois de plus les excellentes performances de cette entreprise privée algérienne, fait suite à un travail d’approche mené à bien par LSEG : «Ce dernier a décidé de regarder du côté du marché africain, autant pour mettre en valeur les potentialités immenses du Vieux Continent que, surtout, pour offrir des opportunités de financement aux investisseurs de la première place financière au monde.» Et de préciser que le rapport final a identifié pas moins de 346 entreprises à travers le continent africain qui peuvent être considérées comme autant de «success-stories», eu égard notamment à la forte croissance (16,3% en moyenne annuelle consolidée) qu’elles ont pu enregistrer au cours de la période 2012-2015. Le rapport note, par ailleurs, que pas moins de sept secteurs sont représentés dans ce panel d’expériences entrepreneuriales, allant de l’agriculture, des télécoms, du commerce de détail, des services financiers, de l’industrie manufacturière, du pharmaceutique, jusqu’aux énergies renouvelables. «Toutes les régions africaines sont concernées, avec toutefois une prédominance de l’ouest et de l’est de l’Afrique. Le Maghreb, quant à lui, est représenté par quelque 52 entreprises, essentiellement du Maroc (32 entreprises) et de Tunisie (14). Mais, le dynamisme des systèmes financiers de nombreux pays (en particulier le Kenya, le Ghana, le Maroc ou la Côte d’Ivoire) fait qu’ils s’ouvrent de plus en plus aux investisseurs internationaux et, qu’à ce titre, ils commencent à intéresser les porteurs de capitaux de la place de Londres», constate le London Stock Exchange Group. Il relève que «l’Algérie accuse sans doute quelque retard de ce point de vue. Non pas, bien sûr, du point de vue des performances intrinsèques de ses entreprises, mais du fait sans doute de leur faible visibilité sur le marché international des capitaux. Il est vrai que, jusqu’à ces dernières années, la question du financement de leur croissance ne se posait pas avec l’acuité qu’elle connaît en 2017. C’est pourquoi cette distinction est une première qu’il faut saluer». Le rapport conclut que «le fait que la société Biopharm fasse partie du lot des entreprises qui se distinguent par leurs performances économiques et financières et par la qualité de leur visibilité internationale est un motif légitime de satisfaction pour son management. Ce n’est donc pas sans raison qu’elle devrait être regardée comme un motif d’inspiration pour toutes les entreprises algériennes».  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire