jeudi 21 septembre 2017

Audiovisuel : Ecran noir pour KBC

La chaîne de télévision du groupe El Khabar, KBC, est à l’arrêt. Les associés de l’entreprise ont décidé de dissoudre la société «World Vision», qui représente la chaîne en Algérie, a annoncé un communiqué repris par El Khabar. Contacté, le directeur général de KBC (Khabar Broadcasting Corporation, enregistrée à Londres) confirme la nouvelle qui circule dans les rédactions algéroises depuis plusieurs jours déjà. «Nous avons, malheureusement, décidé de déclarer la faillite de l’entreprise», a-t-il indiqué. «Nous avons tout fait pour éviter cette situation. Mais nous n’avons pas d’autre choix que de mettre fin à cette aventure», a-t-il poursuivi. Il a expliqué que seules des raisons financières ont conduit à la fermeture de la chaîne généraliste qui émet depuis un peu plus de 3 ans. La chaîne KBC a coûté au groupe El Khabar près de 3 000 millions de dinars (300 milliards de centimes), ajoute Ali Djerri qui indique que l’entreprise El Khabar a «cru, au départ, à l’aventure» Mais des conditions économiques et politiques ont produit l’échec de la télévision. A commencer par la baisse des recettes publicitaires du quotidien. «Quand nous avions lancé la chaîne, il y avait encore un peu de publicité. Ce n’est plus le cas», a-t-il précisé. La fermeture de KBC va pousser des dizaines d’employés au chômage. Selon nos informations, au moins 120 salariés étaient de service lorsque les portes de la chaîne avaient fermé la semaine dernière. A ceux-là, il faut ajouter quelques dizaines d’autres qui ont quitté l’entreprise les mois précédents sans pouvoir toucher leurs salaires. Les salariés de KBC ont en effet travaillé durant de longs mois sans percevoir la totalité de leurs salaires. Ce qui constitue une dette énorme pour la société. «C’est au liquidateur de régler tout cela», a indiqué Ali Djerri qui précise que la société traîne d’autres dettes. Les employés de l’entreprise ont recouru à l’Inspection du travail pour recouvrer leurs droits. Mais il semble que la situation est beaucoup plus délicate, puisque le liquidateur devra trouver les ressources nécessaires pour payer les créanciers et les salariés en même temps. En 2015, les associés d’El Khabar avaient décidé de vendre le groupe médiatique à Cevital. Mais la justice a invalidé la transaction lors d’un procès controversé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire