samedi 5 août 2017

Hors de leur wilaya, ils portent secours à une famille accidentée

En revenant jeudi matin de leur mission d’encadrement et d’assistance de la procession des 13 bus de migrants nigériens, transférés mercredi d’Alger vers Hassi Lefhel, puis In Salah, avant de poursuivre vers Tamanrasset, et enfin, leur pays d’origine, le Niger, les éléments de la Protection civile de l’unité principale de la wilaya de Ghardaïa, conduite par le médecin-commandant Brahim Benyammi, découvrent, à 120 km au sud d’El Ménéa, une voiture de tourisme de marque Nissan renversée sur le terre-plein de la RN51, reliant El Ménéa à Timimoune, soit sur le territoire de la wilaya d’Adrar. Sans aucune hésitation, sans penser à se dire que ce n’est pas leur territoire de compétence,  ils foncent pour porter secours aux 3 occupants du véhicule :  Le père, la quarantaine, la mère, la trentaine, et une fillette âgée de quatre ans. A leur arrivée sur les lieux, le médecin-commandant Benyammi n’a pu que constater le décès de la fillette, alors que ses parents étaient blessés. Après avoir prodigué sur place  les premiers soins aux blessés, ils les ont transportés à bord de leur ambulance vers l’hôpital Colonel Mohamed Chaâbani d’El Ménéa (wilaya de Ghardaïa), où la dépouille de la fillette a été déposée, alors que le couple a été admis aux urgences médicochirurgicales, où le personnel médical les a pris en charge. Noble geste s’il en fut, même si par essence tout médecin est de par son prononcé du serment d’Hippocrate, conduit à porter secours et assistance à toute âme en détresse. Des gestes pareils laissent encore espérer que quelque part il reste encore des fragments d’humanité. Tant mieux, ça réchauffe le cœur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire