lundi 7 août 2017

Algérienne des eaux: 29 milliards de DA de créances impayées par les ménages

Le montant des factures impayées par les ménages   abonnés de l'Algérienne des eaux (ADE) est estimé à 29 milliards de dinars,   a indiqué le directeur chargé de l'alimentation en eau potable auprès du   ministère des Ressources en eau, Smaïl Amirouche, dans un entretien accordé   à l'APS.    Ce qui représente plus de 63% du montant global des créances impayées par   l'ensemble des clients de cette entreprise, qui est estimé à 46 milliards   de dinars.  Le reste des créances est détenue sur les administrations dont   essentiellement les collectivités locales pour un montant de 13 milliards   de DA, alors que le reste (4 milliards de dinars) représente les impayés de   divers créanciers.  Les créances de lÆADE envers ses clients connaissent une augmentation   continue, relève le même responsable qui souligne que cette situation   affecte la santé financière et le bon fonctionnement de cette société dont   essentiellement les opérations d'équipement et de maintenance (remplacement   des pompes, réparation des fuites...).  Qui plus est, le manque de ressources financières s'est traduit par la   difficulté de l'ADE à honorer ses dettes envers Sonalgaz qui sont de 3   milliards de dinars.       C'est dans ce sens que la question des créances impayés a été souvent   soulevée par le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib, avec les   cadres centraux et locaux de l'ADE et de SEAAL (Alger), SEOR (Oran) et   SEACO (Constantine).       Selon M. Amirouche, outre les mises en demeure adressées aux   débiteurs, une campagne de sensibilisation a été lancée tandis que les   recours en justice peuvent intervenir en dernière étape, et ce,   particulièrement pour les grands créanciers.   Pour le cas des communes "mauvais payeurs", M. Amirouche explique que   certaines d'entre elles justifient le non-paiement par des difficultés   financières. Par ailleurs, il a évoqué la mise en place d'un dispositif pour la   généralisation du comptage et l'élimination graduelle du système   forfaitaire de facturation, avançant qu'avec le système forfaitaire, le   volume d'eau consommé n'est pas quantifié.        Plus de 6.000 cas de branchements illicites et près de 80.000 fuites   recensées de janvier à mai 2017 Le bilan d'activités de la cellule de veille et de surveillance des   réseaux fait ressortir 33.841 sorties effectuées sur le terrain entre   janvier et mai 2017.      Il a ainsi été recensé 79.660 fuites dont 64.962 ont été réparées, et   un volume d'eau récupéré de 7,4 millions de m3 sur cette même période.     Le bilan souligne que la prise en charge du reste des fuites est lié à   la disponibilité des moyens humains et matériels.     S'agissant des branchements illicites, le bilan fait ressortir 6.059   cas dont 3.386 ont été éliminés (57%), tandis que 2.606 cas ont été   introduits en justice (43%) et un volume d'eau récupéré de 546.000 m3.      Concernant la consommation, elle est de 180 litres/jour/habitant en   moyenne.      S'agissant des stations de dessalement de l'eau de mer, elles   participent à hauteur de 17% de l'alimentation en eau potable avec les onze   (11) stations réalisées sur les villes   côtières.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire