vendredi 14 juillet 2017

Mon point de vue

L’Algérie est au pied du mur : les migrants subsahariens sont bien là, chez nous, avec leurs qualités et leurs défauts. Résoudre le problème, si problème il y a, ce n’est pas en les enfonçant davantage avec des accusations. Pire, en faisant croire qu’ils sont la source de tous les dangers ne fera qu’inciter les Algériens à les détester et donc faire naître chez eux le racisme et le rejet de l’autre. A mon avis, les déclarations du Premier ministre Tebboune sont logiques et sont le début d’une solution. Il faudrait  recenser les migrants et leur accorder des papiers. Une carte de séjour qui leur permettrait de travailler. Pour moi, ces migrants, dont la majorité sont des artisans, des diplômés dans différentes filières, peuvent contribuer positivement à notre économie. Le danger, c’est de les laisser livrés à eux-mêmes, dans des endroits, comme à Maghnia, où ils sont entassés au bord d’une rivière, entourés par  la saleté et toutes sortes d’animaux sauvages. Ce sont ces conditions de vie inhumaines qui sont une menace pour eux et pour les Algériens. Eux n’ont pas choisi de vivre dans cette situation désastreuse. L’Etat a longtemps toléré leur présence sans penser aux conclusions de cette hypocrisie. Aujourd’hui, les faits sont là : on n’a pas d’autre choix que de faire comme tous les pays du monde font : régulariser dans le cadre de la loi ceux qui le méritent. Pour le reste, il y a une loi qui leur garantit leurs droits, soit le retour volontaire ou le rapatriement en respectant les traités internationaux…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire