jeudi 20 juillet 2017

L’UNI dément, la CAP s’explique

L’ «alliance» des organisations syndicales et de l’UGTA pour soutenir Ali Haddad connaît ses premières fissures. Ainsi, l’un des signataires, à savoir l’Union nationale des investisseurs algériens (UNI) se démarque de cette déclaration reprochant au Premier ministre Abdelmadjid Tebboune son «geste» envers Ali Haddad, patron du groupe ETRHB et président du Forum des chefs d’entreprise (FCE). Dans une correspondance envoyée au Premier ministre et signée par son secrétaire général, Farid Mellak, l’UNI, dont le président n’est autre que l’homme d’affaires Abdelwahab Rahim, dément carrément avoir pris part à la réunion qui s’est déroulée avant-hier à l’hôtel El Aurassi. «Nous tenons à vous informer, semble-t-il et selon la déclaration portée dans la presse électronique, qu’une réunion de l’UGTA-FCE avec les associations patronales tenue ce jour, le 18 juillet 2017 à l’hôtel El Aurassi en ce qui nous concerne, nous n’avons nullement participé ni signé aucune déclaration», lit-on dans le communiqué de l’UNI adressé à notre rédaction. Cette organisation poursuit en affirmant qu’ «aucun membre de l’UNI n’a assisté à cette réunion ni souscrit à la déclaration. Nous regrettons vivement l’usurpation de notre signature portée sur la déclaration jointe en annexe». La Confédération algérienne du patronat (CAP), présidée par Boualem Merakchi, ne se démarque pas de la déclaration de soutien à Ali Haddad en tant que chef d’une organisation patronale éconduit par le Premier ministre d’une cérémonie officielle. Mais il apporte des précisions par rapport à son soutien à l’action gouvernementale. La CAP a affirmé avoir pris part à cette initiative de l’UGTA qui a regroupé des organisations patronales signataires du pacte économique et social de croissance. La CAP a précisé qu’elle ne fait partie d’aucune chapelle, d’aucun groupe ou d’un quelconque schisme. Elle a ajouté qu’«elle n’a jamais eu à bénéficier directement ou indirectement d’un quelconque privilège ou passe-droit». La CAP a conclu qu’au vu de son parcours, il n’est besoin de s’identifier.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire